« Pas d’accord commercial avec un paradis fiscal ! »

Rédigé le 19 avril 2017 par | Libéralisme Imprimer

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a fait parvenir vendredi 31 mars aux 27 chefs d’Etat un document comportant les lignes directrices pour la négociation d’un accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Ce document insiste, en son alinéa 19, sur la nécessité de conditionner la conclusion de cet accord à la garantie que le Royaume-Uni respecte certains standards en matière de concurrence fiscale. En effet, les officiels britanniques avaient averti à plusieurs reprises que le gouvernement britannique n’hésiterait pas à baisser ses prélèvements obligatoires pour compenser d’éventuelles sanctions commerciales.

Contrecarrer la concurrence fiscale pour mieux pressurer les citoyens

La réponse des gouvernements européens est tout de même ahurissante. Dans un monde normal, les dirigeants prendraient acte et tenteraient d’aménager leur fiscalité pour créer un environnement attractif et compétitif, capable d’attirer les talents et les capitaux.

Mais nos gouvernements refusent de modérer leur rapacité et préfèrent favoriser la diffusion de leurs mauvaises pratiques fiscales, quitte à affaiblir la compétitivité de tout un continent.

Que la baisse de la fiscalité en vienne à être utilisée comme une menace et une arme diplomatique en dit long sur le lamentable niveau des débats économiques qui agitent le continent européen.

Les gouvernements ne semblent pas considérer que c’est de toute manière dans l’intérêt de leurs populations respectives de payer le moins d’impôt possible, pour favoriser le développement économique. [NDLR : Savez-vous qu’il existe un actif qui reste encore un petit paradis fiscal comparé à l’enfer français ? Stable, rentable et sécurisant, découvrez tous ses charmes en cliquant ici.]

L’apparition d’un paradis fiscal aux portes de l’Europe serait tout à fait utile. Le fait que les prélèvements obligatoires et les dépenses publiques s’élèvent en moyenne respectivement à 40% et 48% du PIB dans l’Union européenne suggère une concurrence fiscale encore trop faible qu’il conviendrait de stimuler davantage.

Dépenses publiques dans l'Union européenne 2015 (% PIB) Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Recettes fiscales dans l'Union européenne 2014 - 2015 (% PIB) Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Mercantilisme et caprices politiques

La médiocrité des discussions économiques se ressent également quand chacun laisse entrevoir la possibilité d’une guerre commerciale. Les dirigeants européens conçoivent l’ouverture du marché continental aux Britanniques comme une concession, et pensent qu’ils n’ont presque rien à perdre à fermer le marché européen aux Britanniques. En réalité, tout le monde gagnerait à pouvoir commercer librement sans avoir à subir de quelconques obstacles inutiles.

Les dirigeants européens préfèrent instaurer des barrières, quitte à aller contre les intérêts de leurs propres citoyens, car un Royaume-Uni en bonne santé « en dépit » du Brexit affaiblirait la légitimité de l’édifice communautaire.

Les partisans de l’intégration n’ont cessé de professer l’apocalypse dans l’hypothèse d’une sécession britannique. Certes, le Royaume-Uni n’est pas encore sorti de l’UE, il est donc impossible de dresser un bilan pour l’instant.

Mais comment réagirait-on si, une fois cette sortie achevée, le scénario catastrophe ne se produisait pas ? La peur de la pauvreté – qui explique encore un certain attachement vis-à-vis de l’Union européenne – n’aurait plus aucune raison d’être. L’euroscepticisme gagnerait davantage les populations.

Mots clé : - -

Ferghane Azihari
Ferghane Azihari
Coordinateur pour Students for Liberty

Étudiant en droit et en science politique à l’université de Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Ferghane Azihari est coordinateur local pour Students for Liberty, un réseau international destiné à promouvoir l’économie de marché.

Il est également chargé de mission pour l’École de la Liberté, une plateforme de recherche et d’éducation destinée à faire connaître la tradition libérale à travers le prisme de toutes les sciences humaines.

Il publie régulièrement pour le magazine Contrepoints en France, l’Institut Ludwig von Mises aux États-Unis. Il est également rédacteur chez Young Voices. Ses centres d’intérêt se portent plus particulièrement sur les politiques européennes, les relations internationales, la fiscalité et plus généralement les rapports entre le droit positif et la concurrence.

2 commentaires pour “« Pas d’accord commercial avec un paradis fiscal ! »”

  1. Cent pour cent d’accord avec votre analyse. Si, en France, il n’y a pas d’alternative à cause de la dette pour la monnaie euro, j’ose espérer, qu’enfin, le nouveau président(e) de notre pays s’intéressera de très près à la fiscalité, la libérera pour rendre notre pays attractif, quitte, si, nécessaire, à prendre de la distance par rapport à la construction artificielle de la zone Euro. Enlever les barrières douanières imposées par l’UE (qui ne le sont pas pour certains) reprendre la liberté de commercer, d’échanger, librement, comme envisage de faire la Grande-Bretagne. Seule solution pour sortir du marasme ambiant et menaçant (sanction ou punition). Stop!

  2. 100% pas d’accord 😀
    Un fiscalité trop basse n’apporte aucune richesse au pays qui la pratique. Il est donc normal, pour éviter l’endettement des pays et pour éviter le dupping fiscale d’empêcher les partenaires de la pratiquer.
    Si vous ne taxez plus les entreprises, vous reportez les taxes sur le travail, et là non plus vous n’êtes plus compétitifs.
    A moins que votre objectif soit de ne plus taxer ni les entreprises, ni le travail. Du coup un monde sans Etat quoi. Ce n’est malheureusement pour vous pas ce que veulent la majorité des gens.

Laissez un commentaire