Accueil Chronique Pourquoi « nous » ?