Accueil Epargne Du CAC 40 au Russell 2000, six semaines pour rien, six semaines pourries ?