Accueil Epargne A 122 $ le baril, la consommation risque un vrai coup de pompe