Qu’est-ce qu’un vrai économiste ?

Rédigé le 20 juillet 2012 par | Epargne Imprimer

Hier, nous parlions de la seule question qui vaut la peine d’être posée depuis 2008 — qui encaissera la perte ?

En fait, cette question a plusieurs variantes… mais elles finissent toutes de la même manière. Des erreurs ont été faites ; quelqu’un va payer. Qui ?

Les économistes ne sont pas stupides. Surtout ceux qui gagnent des prix Nobel. Ils répondent bien aux tests. Ils font de grandes écoles. Ils sont généralement doués en maths.

Les mathématiques sont importantes pour l’économie moderne. Grâce à elles, l’économie ressemble à une science. Si l’on se penche sur les thèses de doctorat en économie des 20 dernières années, on trouve des chiffres dans quasiment toutes. Beaucoup de chiffres. On peut y trouver des dizaines de 9… des centaines de 5… voire des milliers de 0.

On y trouvera aussi des symboles. Des symboles grecs. Et des symboles de mathématicien. Ces symboles veulent dirent quelque chose. Idem pour les chiffres.

On peut ensuite utiliser ces significations pour élaborer encore plus de théories. Complexes. Sophistiquées. Précises. Impressionnantes.

Et ne valant généralement pas plus qu’une queue de cerise.

Nous affirmons cela après de longues observations. C’est le résultat de réflexions soigneuses et d’intuition hardie.

Nos observations se sont déroulées durant la dernière dizaine d’années environ. En dépit de tous leurs chiffres, formules et prix Nobel, les grands économistes américains, y compris leur général en chef, Ben Bernanke, ont été apparemment incapables de voir une chose si évidente que même nous l’avions repérée : l’effondrement de l’immobilier et l’explosion du marché du crédit.

▪ La différence entre vrais et faux économistes
Ce n’est pas que les économistes sont idiots. Simplement ils suivent un plan de carrière différent. Un véritable économiste garde les yeux ouverts. Il lit le journal. Il lit des livres. Il étudie l’histoire. Il parle aux chauffeurs de taxis et aux entrepreneurs. Il essaie de comprendre ce qui est arrivé par le passé… et ce qui se produit aujourd’hui.

Il ne se fait pas d’illusions. L’avenir ne sera jamais identique au passé. Mais il y aura des similitudes. Et ces similitudes peuvent être étudiées…

Il n’apprécie guère les chiffres. Il sait qu’on ne peut pas leur faire confiance. Ils sont comme des prostituées ou des lobbyistes — ils travailleront pour « quiconque les paie ».

« Vous voulez un 2 ? Je vous donne un 2. Et je rajoute un 7, tiens. Combien pouvez-vous payer ? »

Il se méfie plus particulièrement des nombres précis. Le PIB a grimpé de 2,4%, disent les économistes. Ah… pas de 2,5% ? Ni de 2,6% ? Ensuite, l’économiste donne un « facteur de confiance », pour rendre les chiffres encore plus fiables. Il sera confiant à 72% que son chiffre de 2,4% est correct. Et vous pouvez être 91% certain que le vrai chiffre se situe quelque part entre 2,3% et 2,5%.

Plus grande est la précision, plus gros est le mensonge.

Leur vision étant obscurcie par tous ces chiffres précis et calculs améliorés, la plupart des économistes n’ont pas pu voir arriver la crise. Si l’on en croit les preuves, leurs chiffres ne sont pas très utiles.

Mais voilà qu’ils les ressortent… cette fois-ci pour résoudre le problème qu’ils n’ont pas vu venir.

Soyez le premier informé des dernières news La Chronique Agora directement dans votre boîte mail

Bill Bonner
Bill Bonner
Fondateur de AGORA

Né en 1948, Bill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.

En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement dans le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.

« Parfois nous avons raison, parfois nous avons tort, mais nous sommes toujours dans le questionnement », telle est la devise de Bill.

Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

Dans son dernier livre, Hormegeddon, quand trop de bien nuit (2015), paru aux Belles Lettres (www.lesbelleslettres.com), Bill décrit ce qu’il advient lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre.

Vous pouvez retrouver les notes de Bill au quotidien dans La Chronique Agora.

Mots clé : - -

4 commentaires pour “Qu’est-ce qu’un vrai économiste ?”

  1. Vous êtes un vrai génie Bill !

    Etienne Georgin

  2. […] semaine dernière, nous avons parlé du rôle des chiffres. Plus ils sont précis, avons-nous avancé, plus le mensonge est gros. Pourquoi ? Parce que ces […]

  3. […] semaine dernière, nous avons parlé du rôle des chiffres. Plus ils sont précis, avons-nous avancé, plus le mensonge est gros. Pourquoi ? Parce que ces […]

  4. merci pour tout ce que vous faites pour le monde entier.

Laissez un commentaire