A la recherche d’un actif contrarien…

Rédigé le 28 avril 2017 par | Investissement, Simone Wapler Imprimer

Hier, j’étais arrivée à la conclusion que l’or était en ce moment un actif contrarien, injustement délaissé.

L’or s’est imposé comme monnaie marchandise car il est inutile à l’économie, c’est une de ses qualités. Le blé, les métaux de base, le pétrole… sont des actifs indispensables que nous consommons. L’or en revanche ne correspond à aucun besoin vital.

Il existe cependant une relation intime entre l’or et l’or noir. Pour obtenir de l’or, il faut de l’énergie (au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, les esclaves se font rares de nos jours).

Comparer l’or et le pétrole revient à comparer le prix de l’énergie au prix d’une monnaie marchandise en faisant abstraction de la monnaie fiduciaire et donc de la manipulation du crédit.

L’or peut être bon marché parce que le pétrole est bon marché et, inversement, cher parce que le baril l’est. Mais s’il y a un décrochage entre l’or et le pétrole cela signifie que la monnaie ou le crédit n’inspirent plus confiance.

Elections 2017 : faites-en une opportunité ! Découvrez 3 valeurs à acquérir absolument avant le 23 avril. Sortez gagnant des élections quels que soient les résultats !Pour tout savoir…

Voici un graphique très synthétique présentant les évolutions de l’or (en orange) et du pétrole (en noir) entre 1940 et 2016.

Voici un graphique très synthétique présentant les évolutions de l'or (en orange) et du pétrole (en noir) entre 1940 et 2016.

Mais comme vous le voyez, depuis 2015, l’or et le pétrole ont décroché l’un de l’autre. L’or noir a fortement chuté, le cours du baril ne remonte pas tandis que celui de l’or a grimpé.

Dans ces conditions, l’or est-il à un prix si intéressant que cela, ne serions-nous pas victimes d’une illusion d’optique ?

Je ne le pense pas, au contraire.

Si les prix du pétrole restent déprimés c’est parce que l’économie mondiale en consomme moins que l’offre disponible.

La monnaie qui circule est du crédit sans contrepartie. Par conséquent, la valeur de ce crédit est conditionnée à une création de richesse future puisqu’il est remboursé avec les bénéfices qu’on espère.

Le fait que l’économie mondiale brûle moins de pétrole disponible n’est pas un bon signe… Il y a eu surinvestissement. Des investissements à crédit déjà réalisés manqueront leurs objectifs de rentabilité. Des crédits ne seront pas remboursés. De la monnaie sera détruite.

Pour compenser, les banques centrales continueront à injecter toujours plus de crédit, comme l’a annoncé la Banque centrale européenne hier. Plus d’investissements sans rentabilité seront à nouveau engagés…

Jusqu’au jour où prétendre que tout cela a une valeur, ne sera plus possible. Peut-être est-ce cela que signale ce décrochage de l’or et du pétrole : le début d’un doute.

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

3 commentaires pour “A la recherche d’un actif contrarien…”

  1. « la valeur de l’or n’est pas assise sur la confrontation de l’offre et de la demande »

    c’est forcément le cas, c’est ainsi que le marché fonctionne, ce qui serait intéressant c’est de voir quel est l’impact de l’évolution du prix du pétrole sur l’offre et la demande d’or, de façon à expliquer cette corrélation. Par exemple si le prix du baril augmente, des pays tels que la Russie seront amené à constituer des réserves de devises étrangère, mais aussi d’or.

    De plus le prix du pétrole a un impact important sur le coût d’extraction de l’or, donc sur le prix de vente auquel l’offre est suffisante pour couvrir la demande.

  2. https://bitcoin.fr/all-time-high-un-nouveau-record-pour-bitcoin/
    + 3,1 % en 24 heures
    + 6,9 % en une semaine
    + 22,2 % en un mois
    + 211,9 % en un an
    Avec un pic à 1240 € et 1368 $, le bitcoin vient de battre son record historique.

  3. mais OIL est sur-financiarisé… alors…

Laissez un commentaire