Le jubilé ou le « Glace-9 », quelle différence ?

Rédigé le 19 janvier 2018 par | Dette, Krach boursier imminent, Krach boursier imminent 2018, Simone Wapler Imprimer

Les banquiers centraux et les gouvernements ne seront pas démunis lors de la prochaine crise. Nous allons passer d’accords gagnant-perdant à perdant-perdant.

Hier soir, j’assistais à la présentation d’entreprises non-cotées souhaitant lever des fonds auprès d’investisseurs.

Aucune ne correspondait réellement à mes critères de sélection : entreprises opérant sur des marchés concurrentiels et ne bénéficiant pas d’aides publiques, ayant déjà des clients et des marges.

Au stade auquel je souhaite investir, l’objectif n’est pas de financer du rêve mais de financer de la vraie croissance dans des échanges potentiellement gagnant-gagnant et non pas gagnant-perdant, échanges contraints dans lesquels l’Etat fausse le marché. [NDLR : Découvrez et devenez actionnaire pour seulement 4,5 fois les bénéfices de ce futur équipementier majeur du sport-spectacle. Vous pouvez viser 1 400% de gain en 2020. Pour en savoir plus, c’est ici.]

A cette présentation assistaient de jeunes entrepreneurs en herbe venus voir comment se déroule un « pitch » et des business angels. L’un d’eux m’ayant reconnue a engagé la conversation :

« J’ai arrêté d’investir sur les marchés financiers, depuis 2009. Avec Mario Draghi qui met entre 80 Mds€ et 30 Mds€ sur la table tous les mois, il faut être naïf pour croire qu’on va tirer son épingle du jeu.

Là, en levée de fonds, je peux mettre un peu d’argent et parfois même aider. Il faut être plus patient, c’est tout. De toutes les façons, vu ce que font les banques centrales, le risque du capital investissement n’est aujourd’hui finalement pas beaucoup plus élevé que celui des marchés financiers. Et le rendement potentiel l’est bien plus…

Quelle sera la valorisation des valeurs cotées à la prochaine crise ? Que va-t-il se passer ? »

Si nous n’avons aucune idée de quand se produira la prochaine crise, nous avons ici, à La Chronique, quelques idées sur comment les autorités monétaires et politiques pourraient réagir.

Et si vous achetiez Amazon… à son prix de 1997 ?

La valeur a pris +83 000% en 20 ans, mais nous avons trouvé le moyen de « remonter le temps » — vous donnant la possibilité de transformer 100 €… en près de 12 000 €, facilement.

Cliquez ici pour tout savoir…

La ligne générale est « par plus d’interventionnisme » plutôt que de laisser mourir les zombies.

Ensuite, il y a trois voies possibles, mais l’une est déjà condamnée.

La première voie est le jubilé, que j’ai déjà évoqué ici et ici. Dans ce scénario, les taux et les rendements montent car les banques centrales arrêtent de créer du crédit (donc des dettes) supplémentaire. Les zombies commencent à agoniser et le peuple écrasé de dettes et d’impôts demande au gouvernement de « faire quelque chose ».

Le grand jubilé perdant-perdant

Un génial tribun promet l’annulation des dettes, le jubilé. « Nous allons tout effacer. Vous repartirez vers un avenir radieux sans être esclaves de la dette ».

Gardez présent à l’esprit lorsque vous entendrez ce médiatique personnage que vous ne devez pas penser « j’ai 1 000 € sur mon compte bancaire »… mais « ma banque me doit 1 000 € ». En cas de jubilé, la banque ne vous doit plus rien.

Tous ceux qui sont créditeurs du système financier au travers de leurs comptes bancaires, de leur assurance-vie, de leur épargne, sont perdants.

Evidemment, tous ceux qui sont débiteurs du système (entreprises zombies sous perfusion, ménages vivant de dépenses de redistribution, retraités) sont perdants aussi. Mais notre génial tribun s’est bien gardé de l’expliquer. On ne parvient pas au pouvoir en promettant de la sueur, du sang et des larmes… On parvient au pouvoir en faisant miroiter des accords gagnant-perdant comme l’explique Bill Bonner.

Cet accord stupide est cependant admis parce que notre habile tribun a vendu un accord gagnant-perdant a priori sympathique : « les ultra-riches qui s’en sont mis plein les poches et qui nous étranglent pour être plus riches encore paieront la dette ».

La seconde voie est celle de l’hyperinflation.

Dans ce scénario, les banques centrales paniquées recommencent à créer du crédit (de la dette). Mais cette fois, les gens n’y croient plus et veulent « récupérer leur argent ».

Les milliers de milliards créés sortent de la sphère financière et sont dépensés en actifs tangibles dont les prix s’envolent. Cette voie est devenue improbable parce que tout est déjà organisé pour que cela n’arrive pas.

C’est là qu’entre en scène le scénario « Glace-9 » développé par mon collègue Jim Rickards, la troisième voie dans son livre En marche vers la faillite.

Glace-9 : tout est gelé

Le glace-9 (Ice-9 en anglais) est le matériau de science-fiction du roman Le Berceau du chat. Lorsque le Glace-9 entre en contact avec de l’eau, il la gèle immédiatement.

Une crise financière se manifeste toujours par une crise de liquidité. Les gens veulent récupérer leur argent mais ceux qui doivent cet argent ne l’ont pas. Pour en avoir, il faut qu’ils vendent quelque chose et ils ne trouvent plus d’acheteurs puisque c’est la panique.

Pour éviter la prochaine crise de liquidité, les autorités ont donc prévu qu’on ne puisse plus vendre.

C’est aussi simple que cela.

C’est exactement le propos de la loi Sapin 2 (gel des contrats d’assurance-vie).

C’est aussi l’objectif de la directive européenne de résolution bancaire qui prévoit une limitation des retraits bancaire : « l’autorité compétente pourrait, par exemple, permettre aux déposants de retirer chaque jour un montant limité, compatible avec le niveau de protection établi par la directive relative aux systèmes de garantie des dépôts. »

Et enfin, c’est l’objectif de la « chasse au cash« , le bannissement des espèces de notre vie quotidienne.

Jubilé ou Glace-9, le résultat est le même : votre épargne financière est engloutie ou gelée.

C’est à ce moment que vous serez content d’avoir du cash, de l’or et des participations dans des entreprises non zombies.

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Mots clé : - -

2 commentaires pour “Le jubilé ou le « Glace-9 », quelle différence ?”

  1. Bonjour »

    « Dans ce scénario, les banques centrales paniquées recommencent à créer du crédit (de la dette). Mais cette fois, les gens n’y croient plus et veulent « récupérer leur argent »  »

    Je comprends que c’est qu’un scénario.
    Mais je me pose la question « pourquoi cette fois là et pas avant ? »

    Depuis 2008, on ne peut pas dire que la FED, BCE ou pire, la BoJ y sont allés avec le dos de la cuillère. Ils ont bien pris le creux de la louche et « ajouté du punch » à plein louche.
    Et le faisant toutes ensemble (ou tour à tour) la monnaie ne s’est pas effondrée.
    Au final, je me dis qu’ils pourraient le refaire, personne n’y trouverai à redire.

    Car après tout, fuir le dollars, l’euro ou le Yen mais pour aller où ? Car même les actifs sont sur payés.
    En résumé, Un papier en vaut un autre, non ?Jadis, on fuyait la monnaie papier pour de l’or.
    Aujourd’hui, j’ai l’impression que les gens s’accommode d’un papier. A commencer par nos dirigeants qui n’ont rien connu d’autre (moi non plus, il est vrai ).

    Djamel.

  2. Bonjour,
    Vous ecrivez:
    « Gardez présent à l’esprit lorsque vous entendrez ce médiatique personnage que vous ne devez pas penser « j’ai 1 000 € sur mon compte bancaire »… mais « ma banque me doit 1 000 € ». En cas de jubilé, la banque ne vous doit plus rien. »

    => faut-il dès lors que je fasse fonctionner mon compte bancaire à découvert? en faisant que nos salaires viennent mensuellement recouvrir le découvert généré le mois précédent?

    Merci

Laissez un commentaire