Les jeunes ne paieront pas vos dettes

Rédigé le 10 septembre 2018 par | Crypto Monnaies, Dette Imprimer

10 ans après la faillite de Lehman Brothers nous avons toujours plus de dettes, ce que les banquiers centraux appellent frauduleusement des « liquidités ».

Aujourd’hui est le dixième anniversaire de la faillite de Lehman Brothers…

Les medias relaient des commentaires de témoins, acteurs ou analystes ; malgré quelques indécrottables optimistes minoritaires, beaucoup sont sceptiques quant à la stabilité du « système » et notent que la dette a beaucoup augmenté, dépassant largement le niveau atteint en 2008.

Récapitulons, cher lecteur, toutes les conclusions que j’ai de mon côté tirées de 2008 :

  1. La dette c’est le crédit (et l’inverse !). Jusque-là, rien de génial.
  2. Notre monnaie d’aujourd’hui est presqu’exclusivement du crédit (de la dette)
  3. Les banques centrales fixent le prix auquel les banques commerciales ont le droit d’émettre du nouveau crédit (donc de la monnaie)
  4. Les banques commerciales prêtent de l’argent qui n’existe pas et qui ne leur coûte presque rien. Le seul coût est l’immobilisation d’une quantité dérisoire de « fonds propres », l’argent que les actionnaires de la banque ont mis au pot.
  5. Cette monnaie factice est mélangée à notre épargne, l’argent que nous avons réellement gagné, la seule vraie monnaie, en réalité.
  6. La faillite d’une banque engloutirait, notre vrai argent, nos dépôts. C’est pourquoi – jusque-là – les banques sont « sauvées » avec toujours plus d’argent qui n’existe pas.

S’il ne fallait qu’une seule preuve de ce que j’avance : les taux négatifs ! Cette absurdité prouve bien que le crédit est totalement déconnecté de l’épargne et n’est adossé à aucune épargne déjà existante. Quel est l’être humain normal qui accepte de payer pour prêter ses économies ?

Préparez-vous pour la prochaine « Grande Collision » +7 520% de gains potentiels grâce à cette innovation technologique

Sans elle, Bitcoin n’existerait pas… et elle est sur le point de générer « un tsunami de gains », selon un spécialiste du secteur.

Pour faire partie de ceux qui en profiteront avant les autres, cliquez ici.

Les crédits font les dépôts. Les banques prêtent de l’argent qui n’existe pas et ne leur coûte rien, l’épargne est punie ; par conséquent, il est normal que la dette ait augmenté depuis 2008.

Cette augmentation est considérable, partout dans le monde que ce soit la dette des ménages, la dette publique (celle des contribuables nés et à naître), la dette des entreprises. Une orgie de dettes (de crédits)…

Une nouvelle « crise du crédit » ou « crise de la dette » couve.

Notre épargne, diluée dans toujours plus de fausse monnaie, est en danger.

Bientôt le jubilé

Cependant, jamais au grand jamais dans l’histoire de l’humanité, les générations suivantes n’ont accepté d’honorer les dettes des générations précédentes. Ceux qui n’ont pas profité de l’argent emprunté refuseront d’en payer les intérêts et le principal. C’est bien normal !

Toute cette lamentable affaire se terminera donc par un jubilé. Les États-providence feront défaut sur leurs dettes à 50 ans, 100 ans, leurs promesses sociales et autres fadaises supposées être financées avec de l’argent qui n’existe pas encore dont on espère que des jeunes qui n’ont pas encore commencé à travailler le gagneront.

Même aux États-Unis – la première économie au monde qui aujourd’hui carbure à fond, nous raconte-t-on – les salaires horaires stagnent et la participation des jeunes de moins de 25 ans au marché du travail décroche du reste de la population.

Taux de participation à l'emploi des jeunes de 16 à 19 ans

Non : les jeunes ne paieront pas pour des dettes qu’ils n’ont pas émises pour financer des dépenses dont ils n’ont pas profité.

Le jubilé et la déflation (destruction des vieilles dettes que personne ne peut assumer) sont au bout du chemin.

C’est pour cela que je reste persuadée qu’il faut abriter quelques liquidités dans les  monnaies « hors système » que sont l’or et le bitcoin (et ses dérivés).

Quand je vois le graphique historique de l’or en euro, je le trouve très réconfortant.

Quand je vois le graphique historique de l'or en euro, je le trouve très réconfortant.

Ce graphique confirme d’ailleurs que la crise n’est pas finie…

Évidemment, les millenials ou la génération Y, les jeunes que le « système » a endettés sans leur demander leur avis n’aiment pas trop l’or. Ils préfèrent semble-t-il les cryptomonnaies. Cela n’est pas dérangeant. Toute monnaie vaut mieux que celle des banquiers centraux et la concurrence est saine.

[NDLR : Or ou bitcoin, voici de quoi continuer le débat…]

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Mots clé : - - -

2 commentaires pour “Les jeunes ne paieront pas vos dettes”

  1.  » Les banques commerciales prêtent de l’argent qui n’existe pas et qui ne leur coûte presque rien. Le seul coût est l’immobilisation d’une quantité dérisoire de « fonds propres », l’argent que les actionnaires de la banque ont mis au pot.  »

    Ainsi que le taux appliqué par la banque centrale (ok actuellement en Europe c’est effectivement rien du tout)

  2. Soit dit en passant il me semble que le fait que les jeunes de 16 à 19 ans travaillent moins souvent n’est pas nécessairement un indicateur négatif. Si les familles s’enrichissent (réellement ou de façon artificielle en raison de la bulle de certains actifs), on peu imaginer qu’elles demandent moins à leur progéniture d’aller bosser plutôt que d’aller étudier à l’université ou partir en voyage pendant l’été.

Laissez un commentaire