Un tournant décisif dans la campagne électorale

Rédigé le 2 mars 2017 par | Dette, Simone Wapler Imprimer

Non, la surprise ne vient pas de François Fillon, elle vient de l’autre côté. Benoît Hamon a annoncé vouloir renégocier la dette publique française. Autrement dit mettre la France en dépôt de bilan. Il reconnaît ainsi que la dette est insoutenable mais il oublie de remettre en cause les politiques qui ont conduit à cette situation.

Voyez-vous, si c’était pour repartir sur des bases saines, je serais tout à fait d’accord avec Benoît Hamon. Cette dette est stupide, insupportable et plombe nos espoirs quant à l’avenir. Elle fait fuir les jeunes actifs hors de France pour échapper au matraquage des charges sociales ou au chômage. Elle appauvrit la classe moyenne écrasée d’impôts.

Hélas, à en juger par les commentaires de Benoît Hamon et de ses conseillers économiques, il n’est pas sûr que ce dépôt de bilan soit envisagé pour enfin repartir d’un bon pied.

Benoît Hamon sur France Inter, lundi 27 février :

« Il faudra regarder ce qu’on pourra rembourser ou ne pas rembourser. Il y a une dette vis-à-vis de la planète que nous ne pouvons pas rembourser. Il y a une dette vis-à-vis des banquiers que nous pouvons tout à fait renégocier. » La distinction entre la planète et les banquiers m’a laissée perplexe…

Mais poursuivons. Le Monde s’est livré à des commentaires intéressants :

« Notre dette publique n’a a priori pas de problème de soutenabilité. A 97,5% du produit intérieur brut (PIB) fin 2016, elle est un peu au-dessus de la moyenne de la Zone euro (90,1%). Mais les taux d’intérêt que l’État paie pour emprunter restent historiquement bas (0,89% sur 10 ans), tandis que la charge de la dette (le paiement des intérêts) ne pèse que 2% de notre PIB, contre 3% en Espagne et 4,2% en Italie. »

Le quotidien présente la dette française de façon technocratique, en la comparant au PIB comme si l’État possédait 100% de l’activité économique d’un pays. Mais jusqu’à preuve du contraire, la France n’est pas un pays communiste. Le secteur privé – même s’il est minoritaire – a encore la main sur 43% de l’économie, l’État ne s’arrogeant « que » 57%.

Positions latentes en portefeuille au 22 février 2017

tableau perfomrances

Qui est responsable de ce portefeuille exemplaire ?

Découvrez la réponse (et sa dernière recommandation) en cliquant ici.

La dette (environ 2 000 Mds€) et les intérêts (environ 46 Mds€) doivent être comparés aux recettes fiscales, soit 288 Mds€. L’Etat vit en effet de recettes fiscales et non d’argent tombé du ciel. La dette publique – résultat d’empilages de 43 ans de déficit – n’est que de l’impôt en devenir. Sauf évidemment si on la répudie…

Les intérêts de la dette – alors même que les taux sont très bas – absorbent 16% de nos recettes fiscales. En gros 1 700 € de charges d’intérêts par famille. A comparer au revenu universel de 750 € prôné par Benoît Hamon qui coûterait 464 Mds€ soit 1,6 fois les recettes fiscales.

La croissance ne suffit même plus à absorber la moitié des intérêts de la dette

Enfin, Le Monde ne semble pas réaliser que le paiement des intérêts de la dette — qui représente 2% du PIB — est supérieur à la croissance de ce même PIB — qui n’est que de 1,1%. Le Monde estime que la dette est soutenable alors que les intérêts – historiquement bas – absorbent plus que toute notre croissance.

C’est comme si j’écrivais qu’une entreprise est viable alors que les intérêts de sa dette absorbent plus que la croissance de son chiffre d’affaires (et je ne parle pas des marges, mais bien du chiffre d’affaires). Souvenons-nous que l’argent ne tombe pas du ciel.

Dans le paragraphe suivant, Le Monde fait preuve d’un éclair de lucidité :

« ‘Dans ces conditions, la renégocier serait un mauvais calcul : le gain serait vite effacé par la hausse des coûts d’emprunt qui suivrait’, s’étonne un investisseur parisien. ‘Surtout, on ne peut légalement pas restructurer la dette détenue par les banquiers sans toucher à celle composant aussi l’épargne des Français’, précise Eric Dor, économiste à l’école de commerce Ieseg.

Oui, si la France « renégocie sa dette », les investisseurs arrêteraient de nous prêter ou demanderait bien plus cher. Ce serait la banqueroute assurée.

Dommage collatéral, les banques, bourrées de dette française, seraient aussi techniquement en faillite. Elles auraient des moins-values considérables sur leurs obligations françaises.

Inutile de dire que notre épargne bancaire et notre épargne en assurance-vie seraient englouties dans le processus. Sans compter que l’euro tel que nous le connaissons aujourd’hui disparaîtrait aussi probablement. [NDLR : On ne regrette jamais d’avoir pris trop de précautions. Voici les six mesures d’urgence que nous vous conseillons de prendre avant que la situation ne devienne ingérable.]

Mais Benoit Hamon et son conseiller, le médiatique économiste Thomas Piketty, ont la solution magique.

« ‘Il conviendrait de mutualiser toutes les dettes publiques de la Zone euro au-delà de 60% du PIB’, ajoute-t-il. Chaque pays rembourserait selon une quote-part reflétant le poids de son endettement – les Allemands ne seraient donc pas lésés. Mais le taux d’intérêt serait commun. Et le rythme de remboursement serait défini par ‘l’assemblée parlementaire de la Zone euro’ que souhaite instaurer M. Hamon, regroupant des députés des différents Parlements nationaux ».

Dit autrement : tous les canards boiteux s’allient ; on crée un pot commun de dettes publiques, ce qui revient à la mutualiser ; on renégocie un taux d’emprunt ; et une « assemblée parlementaire » définit le rééchelonnement ; les canards boiteux décident aussi qu’à l’avenir les déficits seront limités à 3% du PIB.

Pas sûr que les prêteurs croient à ces serments d’ivrogne…

Qu’en pensent les marchés (alias la Finance sans Visage, alias les investisseurs étrangers) ?

L’écart de taux d’emprunt à 10 ans entre l’Allemagne et la France se creuse encore légèrement mais ce n’est pas encore la panique puisque le taux d’intérêt a reculé.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Laissez un commentaire