Accueil Epargne Frosti Sigurjónsson et le secteur bancaire : un futur Prix Nobel ?