Politique monétaire = politique fiscale

Rédigé le 14 mars 2017 par | Simone Wapler Imprimer

Politique monétaire et politique fiscale sont intimement liées. Si les souverainistes veulent récupérer le contrôle de la monnaie c’est pour mieux vous taxer.

Après trois semaines au Congo, Paris en met plein les yeux à celui qui ignore que le pays est en faillite. L’or du toit de l’Opéra brille au soleil levant de l’axe de la rue de Rivoli. Un peu comme une grosse montre en or brille au poignet d’un homme déjà ruiné mais dont toute la situation n’est pas encore connue…

Pour beaucoup de gens en France, si notre pays va mal, c’est à cause de l’euro. Il faut qu’un pays puisse contrôler sa monnaie pour piloter sa croissance.

Au Congo, on vit en franc CFA dans la ville ou la brousse. Une monnaie partagée par quinze États africains et trois territoires du Pacifique africains. Ces pays aux économies très diverses acceptent la tutelle de la Banque de France et ne songent pas à accuser le « franc de la communauté française d’Afrique » de leurs éventuels revers de fortune. Le franc CFA est convertible en euro ou dollar mais lorsqu’il y a du grabuge, le taux de change officieux s’éloigne fortement du taux de change officiel. C’est la seule « variable d’ajustement » pour parler technocrate.

Les deux zones franc d’Afrique Les deux zones franc d'Afrique Source Wikipedia

Ajoutons que le passage du franc à l’euro (1 € = 6,56 FCFA) a fait que ces pays ont arrêté de suivre les dévaluations françaises et ont donc subi une « monnaie forte »…

Malgré son incongruité, la zone « franc CFA » s’équilibre économiquement ; le Gabon et le Cameroun, autrefois débiteurs (comme la Grèce ou l’Italie avec l’Allemagne) ont su diversifier leurs économies pour rééquilibrer leurs échanges.

Ajoutons pour l’anecdote que le Mali, qui avait quitté la zone franc en 1962, l’a à nouveau rejointe en 1984… Rien n’est irréversible contrairement à ce que prétend Mario Draghi…

Des profits à trois chiffres grâce à ce secteur surprenant ! Cliquez ici pour découvrir une industrie en plein envol… et qui pourrait rapporter des plus-values sans précédent aux investisseurs qui sauront se positionner à temps.Pour en faire partie, c’est par ici.

Des pays qui ont des « monnaies souveraines » et même du pétrole comme l’Algérie ou le Venezuela s’enfoncent.Accuser l’euro des maux économiques de la France semble donc bien facile.

En réalité, peu importe la monnaie qu’il utilise, un pays mal géré est un pays mal géré.

La monnaie n’est pas un instrument économique, c’est un instrument fiscal, de collecte d’impôts.

Ce que se gardent bien de vous montrer pas ceux qui prônent le retour au franc, c’est le revers de la médaille : la taxation inique obtenue en laissant filer le cours de la monnaie. Elle permet de punir ceux qui consomment des produits importés et de brader à l’export la valeur ajoutée réalisée par ceux qui travaillent dans le pays.

En revanche, ne vous inquiétez pas : les caisses de l’Etat et les poches de la Parasitocratie se trouveront toujours remplies quelle que soit la monnaie, euro ou franc.

Une politique monétaire est une politique fiscale et pas autre chose. Ce qu’oublient évidemment d’expliquer les « souverainistes monétaires » vendeurs de lendemains qui chantent.

Les jours de l’euro tel que nous le connaissons sont probablement comptés même (et surtout) si Mario Draghi nous assure que l’euro est irréversible. Connaissez-vous toutes les conséquences fiscales et les implications pour votre épargne ? Voici comment préparer votre patrimoine à ce choc.

 

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Un commentaire pour “Politique monétaire = politique fiscale”

  1. «  »Ce que se gardent bien de vous montrer pas ceux qui prônent le retour au franc, c’est le revers de la médaille : la taxation inique obtenue en laissant filer le cours de la monnaie. Elle permet de punir ceux qui consomment des produits importés et de brader à l’export la valeur ajoutée réalisée par ceux qui travaillent dans le pays. » »

    Hum Hum ! Punir ceux qui consomment des produits importés. Mais Miss Wapler oublie de rappeler que c’est avant tout pour lutter contre la compétition déloyale des salaires vers le bas ! Comment produire en France lorsqu’en Chine ou produit la même chose avec une main d’œuvre 10 fois moins chère ? Notamment pour faire bosser des enfants et des ouvriers dans des conditions déplorables (produits cancérigènes). Ben oui il faut bien protéger nos producteurs contre des concurrents qui ne respectent aucune norme écologique ou font travailler des individus par des procédés esclavagistes. MAIS Miss Wapler ne dit rien, car elle doit bien profiter de ces méthodes douteuses pour s’enrichir.

Laissez un commentaire