Pelangio Mines/Detour Gold : exemple d'une stratégie "neutre au marché"

Rédigé le 22 août 2011 par | Indices, marches actions, strategies Imprimer

▪ Si vous me connaissez un peu et que vous recevez déjà La Lettre de Marc Mayor (LMM), vous savez que ce n’est absolument pas la stratégie que j’applique dans cette lettre. En effet, dans la LMM, nous investissons à long terme, sur des valeurs clairement sous-valorisées.

Si vous me connaissez un petit peu mieux et que vous me suivez depuis quelque temps, vous devez savoir qu’en dehors de la LMM je développe des stratégies neutres au marché via ma société, Inside Alpha. Cela fait presque 15 ans d’ailleurs que j’applique cette stratégie. Comme je ne suis pas complètement stupide et que je suis loin d’être masochiste, il faut croire que ça marche.

Rien à voir donc avec ma lettre d’investissement de long terme. Vous allez comprendre de quoi je parle quand je parle de stratégies neutres au marché.

Le terme technique que j’utiliserais pour qualifier le marché des actions aux Etats-Unis en 2011, du moins jusqu’ici, est : du grand n’importe quoi. Et comme nous savons que toute tendance tend à se renforcer avant l’effondrement final, je vous propose d’éliminer le risque de marché. Pour ce faire, il faut donc investir de manière neutre au marché, par exemple avec une transaction double (pair trade en anglais). Voici un exemple passé qui avait rapporté 51% en 2008, tandis que le marché perdait 26%.

▪ Faire un gain quoi que fassent les marchés, c’est possible

Le 30 novembre 2007, je m’étais penché sur le cas de Pelangio Mines Incorporated (symbole PLG sur le marché canadien), qui cherche de l’or au Canada et au Ghana. Fin octobre 2007, sa capitalisation s’élevait à 174 millions de dollars canadiens en Bourse (à 2,38 dollars par action, pour un nombre total d’actions potentielles de 73 millions).

L’entreprise détenait aussi un paquet d’actions représentant la moitié des titres de Detour Gold (symbole DGC au Canada) : 20 millions de titres à 10,60 dollars pièce, soit 212 millions de dollars. En y ajoutant les trois millions d’actifs nets de Pelangio Mines Incorporated, la valeur s’élevait à 215 millions de dollars canadiens.

L’objectif était d’engranger du profit quelle que soit l’évolution de ces deux titres. Donc, sur la base d’un investisseur disposant de 10 000 dollars, il convenait de vendre à découvert 900 titres DGC — soit 9 540 dollars — et d’acheter 4 000 actions PLG pour 9 520 dollars. Une telle paire assure une exposition au marché d’un pour mille, ce qui signifie que nous ne pouvions perdre que 0,05% si le marché montait de 50%.

▪ Du pair trade pour réduire les risques

Pour être parfaitement clair : en passant ces deux transactions, il ne s’agissait que d’acheter et de vendre le même titre (l’action Detour Gold) à des prix garantissant un profit quoi qu’il arrive.

Deux scénarios extrêmes étaient alors possibles :

– Scénario le moins probable, mais pas impossible

Si Detour fait faillite, la vente à découvert des actions DGC rapporte un gain de 9 540 dollars. Mais la participation de Pelangio dans DGC valant aussi zéro, Pelangio ne vaut plus que ses trois millions d’actifs nets pour 73 millions d’actions, soit quatre centimes par action. La perte sur le titre PLG atteint donc 9 356 dollars et le pair trade débouche sur un gain de 184 dollars. Soit 2%, ce qui est peu — mais c’est un profit minimal garanti.

– Scénario le plus probable

La valeur de DGC double (vu les quantités d’or qu’elle projette de trouver). Dans ce cas, la participation de PLG vaut alors 424 millions de dollars canadiens. S’y ajoutent ses trois millions d’actifs nets, soit une valeur par action de 5,85 dollars au minimum. Cela signifie un gain de 13 880 dollars sur la partie haussière du pari.

En ôtant la perte de 9 540 dollars sur la partie baissière, on obtient un profit de 4 340 dollars, soit une performance de 43%.

Résultat des courses : force est de constater que je m’étais trompé. J’avais prévu que l’action DGC mettrait six mois pour doubler. Il a fallu un peu plus. Pelangio Mines s’est séparée en deux entités : PDX Resources et Pelangio Exploration.

Les actionnaires de Pelangio Mines ont reçu une action PDX Resources et une action Pelangio Exploration pour toute action Pelangio Mines détenue. Puis les actionnaires de PDX Resources ont reçu 0,2571 action DGC pour toute action PDX Resources en portefeuille ; nos 4 000 titres PDX sont devenus 1 028 actions DGC.

Cette nouvelle position haussière en actions DGC a compensé la position baissière en portefeuille, laissant un solde de 128 titres DGC en portefeuille. En les vendant au prix du marché, ainsi que les 4 000 Pelangio Exploration, on empochait une performance de +51%. C’est un Alpha de +77% puisque le marché chutait de 26% pendant ce temps. Le tout a été réalisé avec un risque de marché maximum de 2%.

▪ Conclusion

A vous de choisir. D’un côté, les girations aléatoires d’un marché manipulé par le trading à haute fréquence, l’interventionnisme gouvernemental et des hedge funds qui paient des taupes, voire des hackers, pour connaître les résultats financiers d’entreprises cotées en Bourse avant leur publication officielle.

De l’autre, une approche suffisamment lucrative qui élimine le risque de marché. Dans tous les cas, comme je le dis dans la LMM, les variations hystériques des marchés ne m’inquiètent pas.

Choisis ton camp, camarade !

Première parution dans le Billet du Trader du 19/08/2011.

 

Mots clé : - -

Marc Mayor
Marc Mayor

Marc Mayor est le fondateur et président d’Inside ALPHA, une entreprise helvétique spécialiste des approches financières éliminant le risque de marché (investissements dits « ‘neutres au marché »). Depuis plus de 10 ans, Marc analyse avec humour et sagacité le comportement des initiés de la Bourse, notamment dans les colonnes de sa rubrique hebdomadaire « Le Coin des Insiders », qui paraît chaque vendredi dans le quotidien financier L’Agefi (Suisse).

Auteur à succès, il préside aussi un cycle régulier de conférences réunissant des investisseurs, tant professionnels que privés, notamment sur le thème des métaux (de base ou précieux) et de l’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable).

Laissez un commentaire