En marche, mais dans la mauvaise direction ?

Rédigé le 16 juin 2017 par | Deep State, Simone Wapler Imprimer

Chirac avait le salon de l’Agriculture, Macron a le salon Vivatech.

Qui met le mieux en valeur un bipède président ? Un taureau ou un robot ? A ce niveau, « chacun son mauvais goût », comme dirait un de mes amis expert en art, marchand et collectionneur.

Macron Chirac

Mais laissons la parole à notre nouveau président Macron, en visite hier au salon de la technologie :

« En France, on aime l’entrepreneur à condition qu’il ne réussisse pas trop bien […]. Quand il commence à réussir trop bien, on le jalouse, on le stigmatise et, souvent, on le fiscalise, c’est terminé ! […].

Je veux lever les contraintes. »

Glaps… N’oublions pas que cet homme était le ministre de l’Economie d’un gouvernement socialiste, il y a quelques mois.

Un tel revirement, un tel cheminement intellectuel est miraculeux. Il n’y a pas d’autre mot qui me vienne à l’esprit. Ce n’est pas « en marche », c’est « au galop ».

Cette phrase d’Emmanuel Macron dénonce le coeur même de la tromperie de l’Etat-providence qui tolère que ses citoyens-administrés-contribuables-redevables gagnent de l’argent, mais dès qu’ils en ont « trop », cet argent est confisqué par l’Etat qui sait mieux que ceux qui l’ont gagné comment le dépenser (en clientélisme électoral) ou même pire encore, l’investir (en capitalisme de copinage) !

Le miracle de Saint Fisc opère alors. L’argent privé – honteusement gagné en exploitant quelques faibles – devient public et peut alors répandre le bien.

Voilà que Macron renierait cette église, ses saints et ses miracles !

Il va « lever les contraintes », renverser les étals des marchands du temple, donner un coup de pied au derrière des grands prêtres… !

Mmmmm, du calme, pas d’exaltation. En fait, non, pas du tout.

Notre nouveau président Macron entend créer un :

« fonds pour l’innovation doté de 10 Mds€ […]. L’Etat investira massivement […] aura besoin de vos investissements massifs« .

Rien de changé sous le soleil.

Antigone

Un autre « machin » va se rajouter aux myriades de « machins » déjà existants, gérés par la bureaucratie et la Parasitocratie existante. Nous avons déjà la Banque publique d’investissement, la Caisse des dépôts, l’Anvar… Cela ne suffit probablement pas.

Mon GPS vient de repérer un nouveau gain potentiel… et +1 000% sont à la clé.

Pour consulter la « Carte au Trésor » — et vous positionner –, c’est par ici.

Quels seront les domaines de prédilection du fonds-Macron ? Les secteurs de l’environnement, de la santé ou encore des transports… Les secteurs phares du capitalisme de copinage. On sait ce que ça donne.

Un exemple pour ceux qui, contrairement à la mule du pape, ont une mémoire de poisson rouge :

Environnement + transports = portiques écotaxes. Merci Ségolène Royal pour cette pollution visuelle rémanente à 1 Md€.

Non, monsieur Macron, bonne analyse mais mauvaise solution : l’impôt ne remplace pas l’épargne ; ceux qui épargnent et qui ont gagné de l’argent sont les mieux placés pour savoir combien, où et comment investir.

C’est ce qu’on appelle la démocratie du marché. C’est l’inverse du dirigisme. [NDLR : Pour participer au capital d’entreprises prometteuses, vous n’avez pas besoins des « machins » d’Emmanuel Macron. Notre service Profits Réels sélectionne des dossiers d’entreprises prometteuses dans lesquelles vous pouvez investir avant même les business angels et les fonds de venture capital. Des plus-values de x10, x20, x70 sont possibles. Découvrez comment ici.]

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

3 commentaires pour “En marche, mais dans la mauvaise direction ?”

  1. Les entreprises ne perçoivent pas 110 milliards de subventions par an, ce chiffrage inclus les « aides » sous la forme de réduction de charges, taux réduits, crédits d’impôts etc. C’est du langage Orwellien, comme si ce que l’Etat ne vous prend pas était un cadeau qu’il vous fait. Les vrais subventions représentent environ 20 milliards par an. Je ne sais plus si c’est au niveau de l’Etat uniquement ou également au niveau local.

  2. Bonjour,

    @sebastienMaurice Si l’état me taxe à 33% et qu’il vous exonère ou taxe à 20%, alors c’est bien un cadeau de sa part. Idem pour l’impôt sur le revenu (exonération en échange « d’investissement » dans ceci ou cela… bref dans le business du copain).

    Le capitalisme de copinage existe belle et bien: On avantage les amis et met la tête sous l’eau le reste.

    Lamentable.
    Djamel.

  3. c’est bien ça.

Laissez un commentaire