Quand les Américains sont-ils devenus des méchants ?

Rédigé le 31 octobre 2017 par | Bill Bonner, Desinformation Imprimer

Les archives de l’époque Kennedy révèlent l’incompétence et la corruption du Deep State. La conspiration vise à maintenir les gens dans l’ignorance de ce point.

La question explosive qui est remontée à la surface ce week-end est la suivante : à quel moment sommes-nous devenus des méchants ?

Lorsque le président Wilson a déclaré la guerre à l’Allemagne, sans autre raison visible que sa gloire personnelle ?

Lorsque le président Truman a commis la pire atrocité en temps de guerre de toute l’Histoire : en bombardant Hiroshima et Nagasaki, et en tuant volontairement 130 000 civils en trois jours ?

Lorsque l’armée américaine a massacré 160 Indiens Arapaho et Cheyenne (pour la plupart des femmes et des enfants) à Sand Creek, en 1864… ou lorsque le Lieutenant Calley a massacré 500 personnes à My Lai, en 1968 ?

Inutile de se poser la question maintenant. Nous rendons simplement service aux futurs historiens. La question surgira forcément dans leurs récits naïfs de notre époque.

Tout ce que nous savons avec certitude, c’est que les gagnants sont toujours les gentils et les perdants sont toujours les méchants. Mais c’est bien ça le problème. A mesure que le temps passe, les gagnants deviennent les perdants. Et lorsque les Etats-Unis perdront leur prochaine guerre digne de ce nom – probablement avec la Chine… lorsque l’armée américaine, surengraissée, sera humiliée par un ennemi plus leste et plus avancé technologiquement – les historiens remonteront l’histoire pour trouver à quel moment le pays a mal tourné.

L’Opération Mangouste et les plans terroristes stupides

Cela se situera probablement avant 1962. C’est à cette époque que l’Etat a concocté des plans absurdes et meurtriers pour tuer d’innocents réfugiés en vue d’en rejeter la faute sur Fidel Castro. Selon le Miami Times :

« Au bout du compte, la promesse audacieuse faite par Donald Trump, en début de semaine, de lever enfin le voile sur le mystère de l’assassinat de JFK en déclassifiant des quantités de documents, n’aura été qu’un effet d’annonce. Finalement, la nuit dernière, les Archives Nationales n’ont rendu publique qu’une infime partie des documents relatifs à JFK.

Pourtant, les 2 800 textes faisant partie de cette nouvelle divulgation confirment certains détails croustillants sur les démarches entreprises par l’Amérique pendant plusieurs décennies en vue de tuer ou destituer Fidel Castro, notamment un plan assez choquant élaboré par la CIA pour semer la terreur à Miami.

Ce document a été envoyé par le Général Edward Landsdale, officier supérieur à l’époque de la Guerre Froide, qui a collaboré avec la CIA pour mettre au point ‘l’Opération Mangouste’. Il a envoyé un rapport comprenant neuf autres ‘prétextes’, le 12 avril 1962, au général Maxwell Taylor, qui allait bientôt devenir Chef d’état-major des armées. Voici ce qu’indique ce plan :

plan mangouste

‘Nous pourrions concevoir une campagne terroriste menée par des communistes cubains dans la région de Miami, dans d’autres villes de Floride et même à Washington. Cette campagne terroriste pourrait viser des réfugiés cubains ayant cherché refuge aux Etats-Unis. Nous pourrions couler un bateau rempli de Cubains se dirigeant vers la Floride (réellement ou par simulation). Nous pourrions encourager des attentats menés contre des réfugiés cubains vivant aux Etats-Unis, en allant jusqu’à des blessures qui seraient largement médiatisés. Plastiquer certains lieux soigneusement choisis, arrêter un certain agent cubain, et publier des documents préparés à l’avance prouvant l’implication des Cubains, permettrait également de propager l’idée d’un gouvernement irresponsable.' »

Nous ignorons si quelqu’un a pris ce mémo au sérieux. Mais s’il figure dans les documents qui ont été publiés, on peut se poser des questions concernant ceux qui n’ont pas été divulgués.

Donald Trump, béni soit-il, a promis de divulguer les dossiers de l’époque Kennedy pour mettre enfin un terme aux nombreuses théories du complot qui entourent son assassinat. Mais seulement jusqu’à ce que le Deep State le « prenne entre quatre yeux ». Nous n’imaginons que trop bien ce qu’il lui a dit :

« Vous êtes dingue ? Les gens vont voir ce que nous faisons vraiment ? On a une bonne planque ici. Alors ne ‘merdons pas’… il vaut mieux que les électeurs pensent qu’on les protège… »

Au lieu d’enterrer hermétiquement les théories du complot, il vient de leur donner une bouffée d’oxygène. Après tout, pourquoi cacher des archives datant de plus d’un demi-siècle ? Qu’ont-elles à cacher ? Il n’existe aucune raison plausible au titre de la « sécurité nationale » justifiant de les tenir secrètes. Contiennent-elles des choses que l’on ne souhaite pas divulguer aux étrangers ? Il est plus probable qu’il s’agisse de quelque chose que l’on ne veut pas que les Américains sachent.

En ce qui nous concerne, nous avons notre propre théorie : l’Etat conspire pour que les gens soient maintenus dans l’ignorance. Il ne veut pas que l’on sache à quel point il est meurtrier, incompétent et corrompu. Car nous pourrions nous-mêmes commencer à nous poser des questions : pourquoi et quand les méchants ont-ils pris le pouvoir… et pourquoi ces méchants dirigent-ils toujours le pays ?

Mots clé : - - -

Bill Bonner
Bill Bonner
Fondateur de AGORA

Né en 1948, Bill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.

En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement dans le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.

« Parfois nous avons raison, parfois nous avons tort, mais nous sommes toujours dans le questionnement », telle est la devise de Bill.

Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

Dans son dernier livre, Hormegeddon, quand trop de bien nuit (2015), paru aux Belles Lettres (www.lesbelleslettres.com), Bill décrit ce qu’il advient lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre.

Vous pouvez retrouver les notes de Bill au quotidien dans La Chronique Agora.

3 commentaires pour “Quand les Américains sont-ils devenus des méchants ?”

  1. Le document que vous citez a fuité depuis longtemps et est cité notamment dans le documentaire Loose Change 2, que je suis en train de revoir, et de mémoire dans l’enquête de James W Douglas, ‘JFK et l’indicible’, qui fait le tour de la question.

  2. Sauf erreur Vladimir Poutine a fait une allusion sur un événement heureux intervenu en 1962(Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev le 22 octobre? ) dans son discours du 24 octobre 2017 lors de la Réunion du Club de discussion international de Valdaï. Lire son discours car il parle de choses claires et concrètes qu’on ne lira jamais dans les médias occidentaux et la grande responsabilité dans la plupart des désastres qui incombent à la politique US peu mature et peu clairvoyante: Ici en français: http://lesakerfrancophone.fr/reunion-du-club-de-discussion-international-de-valdai et ici en anglais: http://cluborlov.blogspot.ch/2017/10/putin-to-western-elites-you-flunked.html

    La source du discours complet sur le site du Kremlin. Ici en anglais: http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/55882

  3. absolument génial

Laissez un commentaire