Inflation requiescat in pace ?

Rédigé le 1 novembre 2017 par | Krach boursier imminent, Simone Wapler Imprimer

Il se peut que notre système monétaire ait à livrer son dernier combat contre l’inflation prochainement. Entre deux krachs – obligataires ou actions – les banquiers centraux devront choisir.

Comme vous le savez, notre système monétaire, au lieu de reposer sur une honnête marchandise, repose sur le crédit et donc la dette. Le crédit est supposé pouvoir gonfler à l’infini.

La meilleure « monnaie » est la dette d’Etat. Plus l’Etat émetteur est gros, armé et dispose de contribuables dociles, meilleure est sa devise, sa dette. Les obligations souveraines en dollar et en euro sont le socle de notre système monétaire et des échanges internationaux.

Ce système survit car avec des taux d’intérêt à presque zéro, la dette peut effectivement enfler sans douleur.

La dette a augmenté plus vite que le PIB

En 2017, il existe 63 000 Mds$ de dettes d’Etat libellées dans diverses monnaies ; un tiers est de la dette américaine.

La seule chose qui pourrait mettre fin à ce système serait la méfiance, la suspicion.

— Exclusivité —

Bill Bonner et Jim Rickards réunis pour la première fois en France

Bill et Jim se rencontrent !

Faillite du système, taux négatifs, crise bancaire… Bill et Jim vous disent tout — y compris leurs stratégies et conseils pour protéger votre épargne.

Cliquez ici pour découvrir cet entretien unique.

Attention, révélations choquantes !

Cette suspicion n’arrivera pas parce que subitement l’Internationale des Contribuables se dirait « hé bien, mais nous ne pourrons jamais payer tout ça, nous serions esclaves de la dette et nous n’en voulons pas ».

La méfiance surgira si jamais l’inflation se réveille dans les pays gros émetteurs de dettes. Car les pays excédentaires qui leur vendent à crédit diront « hé, attendez, nous ne voulons pas être payés en monnaie de singe ! ».

Mais d’où pourrait surgir l’inflation ?

Jusqu’à présent, les Etats-Unis et l’Europe ont importé des baisses de prix en profitant d’importation de produits manufacturés bon marché ; ce qu’on appelle la mondialisation. Si jamais les producteurs de ces pays augmentent leurs prix, alors, l’Europe et les Etats-Unis importeront de l’inflation. Ce serait une sorte d’effet boomerang.

Est-ce possible ?

C’est possible si les salaires et les niveaux de vie progressent dans les pays producteurs à bas coût. Mais c’est aussi possible simplement parce que ces producteurs le veulent. Exactement comme lorsque les pays producteurs de pétrole ont augmenté leurs prix dans les années 1970 car ils étaient inquiets de la rupture du lien entre l’or et le dollar.

Les dernières données montrent que l’inflation des prix à la production en Chine atteint 7% et a bondi de « façon inattendue », selon Reuters. (*)

L’inflation des produits manufacturés et des services progresse aux Etats-Unis.

L'inflation des produits manufacturés et des services progresse aux Etats-Unis. prévision inflation 2017

Pour le moment, l’inflation mondiale n’embraye pas.

Mais si l’inflation essaime, que feront les banquiers centraux ?

Continuer les opérations monétaires pour faire baisser les rendements des obligations souveraines alors qu’ils viennent de commencer à « normaliser » ?

Ce sera trop tard. Cela détruirait la confiance dans le système monétaire.

Relever les taux ? Cela va déclencher des faillites en cascade dans le secteur privé mais cela permettra de sauver le marché des obligations d’Etat.

Si l’inflation n’est pas morte, les banquiers centraux devront crever une bulle (celle des actions) pour maintenir encore un peu la fiction de l’autre bulle (les dettes d’Etat sont remboursables).

Cette fiction doit durer puisque c’est sur elle que repose le système monétaire.

 

(*) https://www.reuters.com/article/us-china-economy-inflation/china-september-producer-prices-jump-most-in-six-months-in-boost-for-global-inflation-idUSKBN1CL05E

 

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

2 commentaires pour “Inflation requiescat in pace ?”

  1. La dette n’est pas un problème tant qu’elle est employée pour réaliser des investissements productifs (ce qui se traduirait par un ratio dette/pib relativement stable à long terme, avec des cycles résultant de l’arrivée d’innovations permettant d’améliorer la productivité du capital), le problème aujourd’hui c’est qu’une très large partie de la dette est utilisée pour financer des dépenses improductives (dette publique, crédits à la consommation, crédits immobiliers).

    Il est donc urgent d’éliminer la taxation des revenus du capital, de laisser le marché établir librement les taux d’intérêt (le crédit doit être exclusivement financé par l’épargne privée), de rétablir l’équilibre budgétaire (par la réduction des dépenses improductives, voir destructrices telles que la redistribution, la bureaucratie, les subventions, l’état policier et le militarisme), et de supprimer toutes les entraves réglementaires responsable de la rigidité artificielle de l’offre de logements.

    On assistera alors à un boom de la productivité du secteur privé de façon soutenable sur le long terme.

  2. L’ inflation existe bien,elle est soigneusement dissimulée par nos dirigeants.Premier exemple l’immobilier.Ensuite une paire de chaussures a 50 euros,c’est 350 francs pour une qualité moyenne!Un journal style « Capital » c’est 5 euros(33 francs!)etc…..Tout a férocement augmenté mais bizarrement on ne voit rien!

Laissez un commentaire