L’inflation peut-elle vraiment décoller malgré le chômage ?

Rédigé le 2 décembre 2016 par | Banques Centrales, Simone Wapler Imprimer

L’inflation remonterait selon les journaux et M. Le Marché semble y croire pour de bon. Cet impôt dont rêvent nos grands argentiers peut-il réellement nous frapper avant que la pyramide de mauvaises dettes ne s’effondre ?

L’inflation remonterait, même en Europe. M. Le Marché semble croire pour de bon à son retour. Du coup, les rendements obligataires remontent également, les 80 milliards d’euros de rachats mensuels de la BCE ne suffisent pas à calmer totalement le jeu.

L’inflation – l’impôt qui ne dit pas son nom – est une bête étrange et sournoise. Autrefois, quand la monnaie était métallique, tout était assez simple. L’inflation pouvait se produire de deux façons.

Soit les métaux affluaient dans un pays (cas de l’Espagne et du Portugal au XVIème siècle qui rapportaient de l’or et de l’argent des Amériques) ; cette abondance de monnaie se traduisait assez vite par une hausse généralisée des prix qui essaimait ensuite dans les autre pays.

Soit un souverain en manque d’argent rognait ou avilissait la monnaie pour faire croire qu’il y en avait plus. Au bout d’un moment, le bon peuple ouvrait les yeux et augmentait les prix de façon à s’y retrouver.

De nos jours, la monnaie étant majoritairement du crédit, le processus qui crée l’inflation est beaucoup plus compliqué à suivre.

Dans la Zone euro, malgré les finances publiques désastreuses de la plupart des pays et une création monétaire (de crédit) sans précédent, la hausse des prix a été contenue.

taux d'inflation

On ne peut pas dire qu’un rythme annuel de 0,5% d’augmentation soit signe d’une grande fébrilité…

Pourquoi cette modération, alors que la masse de crédit (monnaie) disponible a augmenté de façon faramineuse dans le même temps ?

Parce que la monnaie (crédit) ne circule pas, est l’explication la plus couramment avancée. Elle resterait bloquée dans le système financier.

Parce que le chômage maintient la pression sur les salaires est l’autre explication avancée.

Malgré ces deux explications, cette masse monétaire, au service des déficits publics, alimente aussi les « transferts sociaux », les allocations versées par les Etats providence et financées par le déficit. Ce qui est, au final, source d’inflation puisque des gens peuvent ainsi dépenser de l’argent qu’ils n’auraient pas eu autrement et qui n’existe pas réellement.

Cet homme s’appelle Jason Hanson et
il peut vous sauver la vie

Quoi ?!?

Découvrez dès maintenant une toute nouvelle manière d’envisager votre sécurité et celle de vos proches en cliquant ici.

Ensuite, si les rendements obligataires des emprunts souverains montent dans certains pays mais sont maintenus artificiellement au plancher en Zone euro, les investisseurs étrangers ne voudront plus stocker de l’euro et ne seront donc plus acheteur de cette monnaie. La baisse de l’euro se traduira donc par une hausse des produits importés (pétrole) et donc de l’inflation importée.

Il y a là deux causes possibles d’inflation.

Il est très difficile pour un seul esprit, même avec une batterie de statistiques sophistiquées, de prévoir les réactions de millions d’individus.

Chacun vit avec son inflation. Chacun constate de son côté des hausses de dépenses contraintes (assurances, impôts et taxes, énergie,…) qui ne sont pas fidèlement reflétées par les indices des prix. Tous ceux qui travaillent dans le secteur concurrentiel font le gros dos pour encaisser ces hausses et les revendications salariales sont mises sous boisseau par le chômage.

L’Uber inflation est de 20%

Je suis cliente d’Uber et j’ai apprécié l’irruption de ce prestataire compétitif dans une capitale en manque de taxis.

J’ai reçu – comme tous les clients d’Uber – la nouvelle grille de tarification.

Uber

L’inflation Uber est donc de 20% sur le prix minimum, 20% sur le prix de base, 20% sur le prix à la minute et 5% sur le prix au kilomètre.

Il y a probablement dans cette hausse surtout le prix de la tracasserie administrative pour avoir attaqué la rente des taxis. Je ne pense pas que le salaire du chauffeur Uber évolue dans les mêmes proportions (je le leur demanderai, pour en avoir le coeur net).

Qui va gagner de l’inflation ou de la déflation (destruction de la pyramide de mauvaises dettes que personne ne pourra rembourser) ?

L’inflation peut-elle réellement décoller dans un pays comptant 10% de la population au chômage ?

L’hyperinflation est-elle possible dans un pays où les moyens de paiement sont dématérialisés, les gens enfermés dans le circuit bancaire ce qui limite la fuite devant la monnaie ?

Je n’ai pas encore les réponses et c’est pour cette raison que je conserve de l’or.

Nous aurons ces réponses à la fin de cette grande expérience dont nous sommes les cobayes.

Cette expérimentation verra probablement la fin du créditisme et de l’Etat providence.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

5 commentaires pour “L’inflation peut-elle vraiment décoller malgré le chômage ?”

  1. pour l’instant:
    velocité * M = 0 fois 0 = 0

    pour nous: us europe chine la vélocite va t’elle s’effondrer plus encore avec cette hausse des tx? cela serait logique.
    il y a de la demande pour emprunter mais c’est un squeeze ou spec

    Ensuite, il y a eu une destruction monétaire consequente (la plus … de l’histoire ?) / au mois dernier.
    Quelle est la variable la plus importante le Tx ( soit le futur) ou la masse d’argent (soit le présent= stock obli + stock large cap)

    Seule l’inde peut parvenir a faire décoller son inflation avec ses expérimentations débiles, mais après une déflation?

    question à 1quadrillion

  2. le mariage, un bon investissement

    http://indiatoday.intoday.in/story/gold-jewellery-married-lady-income-tax-raids-demonetisation/1/824321.html

  3. Mme Wapler: Coluche disait que la chose la plus difficile au monde est de prédire l’avenir, surtout lorsque c’est le futur.
    M. Bonner semble lui aussi persuadé que le programme Trump ne réussira pas, car pris en tenaille entre inflation et dette.
    Et moi, je crois qu’il faut introduire une nouvelle variable dans les calculs: la psychologie: en particulier celle du » mâle hétéro lambda ( blanc, noir ou latino) « .
    S’il a élu Trump président, déjouant toutes les voyantes, c’est parce qu’il est excédé. Depuis 40 ans, ces « perdants » voient se fermer toutes les issues et réduits à toutes les misères, jusqu’au suicide. Et si demain Trump s’avouait vaincu par la tenaille monétaire, ou autre, il se pourrait que la bonde lâche et qu’il devienne très vilain. Si vilain que même les initiés du Deep State prennent peur.
    Il existe sans doute une preuve du désespoir du « mâle hétéro », c’est le chiffre de ceux qui ont cessé de chercher du travail et qui s’ajoute aux chômeurs. Les stats officielles l’ont-elles mesuré (ainsi que les risques de suicides)
    D’autre part, il y a la variable psycho Trump. C’est un chef d’entreprise, donc un pragmatique. Il est capable d’adaptation rapide et de passer d’une politique à son contraire, s’il le faut.
    N’oublions pas la variable « psy ». Au final, elle risque de déjouer tous les calculs.
    Inflation galopante ou Dette Monstrueuse ? Qui déclenchera le chaos ?
    Et si le bateau coule, tous devront bien être solidaires.

  4. Chère Madame,

    C’est la question que je me pose depuis 2008 et le début des fleuves de fausses monnaies injectées par centaines de milliards par la FED d’abord et par la BCE ensuite.

    En théorie, l’injection de telles masses d’argent dans l’économie provoque MECANIQUEMENT de l’inflation, n’est-ce pas ? Avec un décalage de quelques semaines, au pire de quelques mois. Or, rien.
    J’attends quelques mois. J’attends plusieurs années et… Rien.
    Pourtant, même si l’argent est en priorité capturé par les hommes en gris pour les fonctionnaires ou par les banques pour leur usage ou par les grandes entreprises pour racheter leurs actions, leurs concurrents, etc., tous ceux-ci vont utiliser leur argent facilement gagné à un moment ou un autre pour acheter des biens, des services, que sais-je ? Tout ce monde ne capture pas l’exacte totalité de cet argent pour le stocker, n’est-ce pas ?
    Cet argent dépensé va « mécaniquement » se retrouver dans l’économie et faire augmenter les prix à due concurrence des montants injectés. Comme l’or au XVIeme siècle, les assignats, le Reichmark, l’ancien Franc, le nouveau Franc, la monnaie argentine plus récemment, etc.

    Si je considère ce constat comme vrai, mon hypothèse est la suivante :
    – SI la fausse monnaie provoque l’inflation
    – ET QUE l’inflation n’apparaît pas
    – ALORS, nous sommes en déflation

    Nous serions en déflation depuis 2008, qui serait masquée par l’injection de fausse monnaie. Quand j’en parle autour de moi autrement qu’à des experts, aucun ne le comprend, ni même ne veut y réfléchir.
    Le hold-up de masse exécuté sous nos yeux et pourtant invisible.

    En passant, j’ai évidemment signé votre pétition pour le cash et j’écoute avec joie chacune de vos conférences comme celle de samedi 26 novembre.

    Bien sincèrement,

  5. M. Bichot: Je pense que vous avez raison.Malgré la monnaie falsifiée, l’Occident est en voie d’appauvrissement, de déflation. A mon sens, cela s’explique par le désenchantement général du « mâle hétéro moyen » qui refuse le système qu’on lui impose.
    Et l’élection de Trump est bien le signal d’une révolte en court, qui affole l’Establishment.
    lire cet article:
    http://reinformation.tv/elites-mondialistes-bunkers-instabilite-lenoir-62999-2/
    L’instabilité s’accroît, les élites mondialistes s’enterrent dans des bunkers
    30 novembre 2016 16 h 30 min•
    Ils ont peur du monde qu’ils ont eux-mêmes conçu. Ces élites hors-sol, archi-fortunées et suspendues entre les cinq continents pour leurs affaires gargantuesques, ont décidé de… s’enterrer.

Laissez un commentaire