Moins d’argent gratuit = plus de mécontents

Rédigé le 14 juin 2018 par | Argent public, Banques Centrales Imprimer

Le dollar va devenir un peu plus cher et il devrait y avoir aussi un peu moins d’euros gratuits. La grogne va commencer à monter, et pas que sur les marchés financiers.

Jerome Powell, le nouveau maître du dollar, a trouvé que l’état de l’économie américaine était extraordinairement bon. Il augmente à nouveau son taux directeur rendant l’argent de moins en moins gratuit.

Dans les manuels d’économie, il est écrit que les autres monnaies et l’or auraient dû baisser par rapport au dollar. Pour l’euro, c’est l’inverse qui s’est produit : il a légèrement monté. L’or aussi a légèrement progressé, se calant au-dessus de 1 300 $ l’once. Cela, ce sont les réactions à chaud après l’effet d’annonce.

Depuis 1971 et l’avènement du créditisme, l’expérience montre aussi que plus l’argent devient cher à créer, plus le cours des actions baisse. L’indice MSCI World des plus grosses sociétés cotées du monde a commencé à fléchir, confirmant l’expérience (qui diffère quelque peu des grandes théories monétaires).

Création de crédit gratuit par banques centrales du G5 (en bleu) et évolution de l'indice MSCI World (en rouge)

Sur ce graphique, la ligne bleue est prolongée en fonction des intentions affichées par les banquiers centraux.

Mario Draghi, le maître de l’euro, doit d’ailleurs parler des siennes aujourd’hui.

space ads
Eric Lewin a rencontré le patron de cette petite boite qui s’engouffre derrière Google, Facebook, Amazon, Apple Cette future Blue chips française de l’Intelligence Artificielle… pourrait vous rapporter 54 567% de gain !

Il n’y a pas d’exemple dans l’Histoire, aussi loin qu’on puisse remonter dans le temps, où la création monétaire ait débouché sur des heureux évènements. Mais cela permet de tromper son monde durant un certain temps.

Et plus les gens sont faciles à tromper, plus longtemps ça marche.

A notre époque, malgré nos prétentions d’éducation des masses, les naïfs sont aussi nombreux que par le passé.

L’arithmétique collectiviste de la France Insoumise

Voici un exemple tout frais, emprunté à la France Insoumise (mais qui nous propose de devenir totalement soumis à l’Etat pour notre plus grand bonheur).

Voici un exemple tout frais, emprunté à la France Insoumise (mais qui nous propose de devenir totalement soumis à l'Etat pour notre plus grand bonheur).

Refaisons le calcul en utilisant les mêmes chiffres.

Selon les chiffres du PIB et de la population retenus par la France Insoumise :

J’ai arrondi pour ne pas vous noyer dans les détails.

La productivité a été multipliée par 3,7 en 37 ans. Au cas improbable où un sympathisant de la France Insoumise me lirait, cela ne signifie pas que les gains de productivité sont de 10% par an.

Selon les chiffres de prestations sociales et de la population retenus par la France Insoumise :

Les prestations sociales ont été multipliées par 5,08 en 37 ans.

Les prestations sociales ont donc augmenté plus rapidement que la production de richesse.

Le problème avec le collectivisme de la France Insoumise est qu’il conduit à des conclusions erronées. Pour prélever des richesses, il faut les produire et ce sont des gens qui les produisent, pas des entités abstraites comme l’Etat ou une banque centrale. La richesse ne tombe pas du ciel, contrairement à la pluie.

Mais la France Insoumise doit pouvoir racoler facilement des électeurs avec cette arithmétique surréaliste. La France est le seul pays au monde (à ma connaissance) qui a estimé que si tout le monde travaillait moins, tout le monde serait plus riche et a voté pour les 35 heures.

Faut-il rappeler que le classement de la France s’effondre dans les différents classements internationaux de niveaux d’éducation (Pisa et autres) ?

Y aurait-il un lien de cause à effet ? Plus les gens sont conservés dans l’ignorance, plus il est facile de leur faire prendre des vessies pour les lanternes.

Les histoires d’argent gratuit se terminent toujours mal, comme les histoires de faux-monnayage public. Quand on leur retire l’argent gratuit, les gens ne sont pas contents. Que ce soit sur les marchés financiers ou pour les aides sociales.

Cette fois, ce ne sera pas différent…

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire