Dettes, crédits, monnaie : de quoi parle-t-on exactement ?

Rédigé le 1 mars 2018 par | Banques Centrales, Dette, Simone Wapler Imprimer

Le plus inquiétant dans la dette mondiale n’est pas les montants mais que les chiffres dépassent totalement la dimension humaine.

J’ai récemment lu dans la présentation d’une mine d’or ces trois chiffres :

Dette de l’Etat américain : 20 000 milliards de dollars Dette mondiale : 233 000 milliards de dollars Produits dérivés financiers : 545 000 milliards de dollars

La plupart des gens se sont désormais habitués à ces milliers de milliards. Jusqu’à présent tout va bien. Pourquoi cela ne continuerait-il pas… Pourquoi pas des millions de milliards ?

Ces montants sont libellés en monnaie et plus précisément en dollars.

En nous laissant polluer par les discours des politiciens, des banquiers centraux et par les simagrées monétaires, nous perdons de vue l’essentiel.

L’économie consiste avant tout à échanger quelque chose contre autre chose. Dans le cadre d’un accord librement conclu, chacun estime être gagnant dans l’échange, sinon cet échange ne se ferait pas.

Éric Lewin a un message pour vous :

« En 1987, Un vétéran de la Bourse m’a révélé LE secret qui pourrait changer la vie de milliers de retraités, présents et futurs…

Il l’appelait :

Le Plan Brongniart »

La monnaie, l’argent ne « fait » pas l’économie. C’est simplement un stade transitoire ; le seul moteur de l’économie, la seule source de prospérité, est l’échange qui s’avère ensuite fructueux pour l’acheteur et le vendeur. Mais l’intermédiaire, la monnaie, peut parfois brouiller les perceptions et c’est exactement ce que font les banquiers centraux.

La monnaie marchandise est la monnaie la moins polluante car lorsqu’une transaction se noue, on échange quelque chose contre autre chose de tangible qui existe déjà : une marchandise qui a acquis par l’usage un statut de monnaie. L’or et l’argent se sont finalement imposés avant d’être définitivement chassés de tous les systèmes monétaires en 1971.

« La vraie percée de l’histoire monétaire se produisit quand les gens apprirent à avoir confiance en une monnaie qui manquait de valeur inhérente mais plus facile à stocker et à déplacer.

[…]

Si elle instaure la confiance universelle entre étrangers, cette confiance est investie non pas dans les hommes, les communautés ou les valeurs sacrées, mais dans la monnaie elle-même et les systèmes impersonnels qui la soutiennent ».

Yuval Noah Harari, Sapiens – Une brève histoire de l’humanité

La seule différence entre ces deux billets Est votre croyance selon laquelle l'un a plus de valeur que l'autre

Avec la monnaie sous forme de crédit que nous connaissons, l’acheteur n’a pas de contrepartie à proposer au vendeur au moment de l’échange. Mais le vendeur accepte l’échange car il est confiant qu’un jour ou l’autre, la contrepartie se matérialisera.

Marcel Dugenou achète une voiture à crédit. Il n’a pas l’argent correspondant, il pense simplement qu’il pourra l’avoir. Les comptes du constructeur, du concessionnaire sont crédités, le compte de Marcel Dugenou sera régulièrement débité et l’organisme de crédit touche sa commission.

Nous vivons une époque où les grands prêtres, scribes et autres teneurs de registres de dettes ont été remplacés par des banquiers commerciaux et des banquiers centraux garants des premiers. L’économie actuelle repose majoritairement sur l’échange de quelque chose contre une promesse (Marcel Dugenou ne sera pas chômeur, invalide, possède une assurance décès).

Alan Greenspan, Ben Bernanke, Janet Yellen, Jerome Powell, Jean-Claude Trichet, Mario Draghi… ne sont que des intermédiaires, « vendeurs de confiance » et de vagues promesses qu’un jour, ce qui a déjà été vendu et consommé sera équilibré par autre chose ayant une valeur.

Où leurs vagues promesses nous ont-elles emmenés ?

1 million de $ = une dépense de 1 $ par seconde durant 12 jours 1 milliard de $ = une dépense de 1 $ par seconde durant 32 ans 1 000 milliards de $ = une dépense de 1 $ par seconde durant 32 000 ans

Ridicule ? Insoutenable ? Inhumain ? Vous choisissez l’adjectif qui vous convient.

Oublions les produits dérivés. Restons-en à la dette mondiale. Considérons que sur sept milliards d’habitants de la Terre, 3,5 milliards sont capables de gagner leur vie. Ils supportent chacun 32 285 $ de dette. Mais personne ne leur a vraiment dit. Ils pensent que ce n’est pas leur affaire. Ils essaient de gagner leur vie et ils dépensent ce qu’ils gagnent. S’ils veulent plus que ce qu’ils gagnent, ils s’endettent. Aujourd’hui la richesse se mesure à la « capacité d’endettement ».

Si vous croyez que ces dettes seront payées un jour et que la monnaie des banquiers centraux mérite votre confiance, je crains que votre naïveté ne vous coûte très cher.

Soyez le premier informé des dernières news La Chronique Agora directement dans votre boîte mail

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Mots clé : - -

4 commentaires pour “Dettes, crédits, monnaie : de quoi parle-t-on exactement ?”

  1. « Ils supportent chacun 32 285 $ de dette. » Ce chiffre représente les revenus annuels faciaux d’une femme de ménage à Cleveland en 2008 (vu dans un doc sur les subprimes). C’est pourquoi l’homme de la rue que vous alertez répond que ce n’est pas grave. A Paris, le même primo-accédant se prend 10 ans de revenus d’emprunt immobilier et personne ne s’inquiète. Enfin, l’argument final: « de toute façon, la Fed peut encore faire faillite, personne n’en est mort; ou ses titres seront rachetés par la BRI/FMI/une instance ad-hoc ».
    La dette n’est pas un problème prédictible.

  2. David : sauf que le PIB moyen par habitant à l’échelle mondiale n’est pas de 32 000 $ mais de 10 000 $.
    Par ailleurs je ne sais pas exactement pour qui travaille votre femme de ménage mais en 2016 le revenu médian d’un américain était de 31 000 $. Cela dit je vous rejoint en partie concernant le « problème » de la dette, mais pour d’autres raisons.

  3. « Le revenu médian des ménages était de 55.516 dollars en 2015 » https://fr.statista.com/statistiques/558809/revenu-median-des-menages-aux-etats-unis-1990/
    « Le salaire des femmes de chambre Marriott est variable. Une petite minorité de ces employés est syndiquée (à Washington) et gagne 14 euros de l’heure », soit 30K$/an http://www.slate.fr/story/92187/salaires-femmes-chambre-hotels-marriott (sans doute une minorité de privilégiées)
    Si j’avais une femme de ménage à temps plein, je devrais sortir peut-être l’équivalent de 45K$/an.
    Vous êtes libre d’apporter vos sources.

  4. Mme Wapler: Vous allez me trouver un peu lent à réagir, mais il me semble que les commentaires, même appuyés par des chiffres sont à côté de la plaque. En effet, l’essentiel de votre article, c’est que chaque terrien doit supporter 32 000$ de dettes. Evidemment, c’est à rapporter avec ses revenus. Mais je doute qu’une femme de ménage américaine soit représentative du revenu d’un.e terrien.ne moyen.ne. Est-ce 10 000$ ou encore moins ? Et avec cela, il.elle doit vivre. Combien reste-t-il pour rembourser ?
    De toute façon, ces dettes ne sont que du crédit venu d’argent virtuel, reposant sur une économie de moins en moins réelle car distordue par des manipulations financières de nos gouvernants qui selon M. Bonner nous appauvrissent inexorablement. Enfin, ces emplois eux-mêmes reposent en grande partie sur l’argent de l’Etat, donc sur des dettes futures. A propos, avez-vous inclus les futures pensions de retraité.es dans les calculs ?
    Bref, on peut parier que nous sommes en route pour une dette mondiale en milliards de milliards de $ !
    Au fond, tout repose sur la confiance. Mais elle-même n’est-elle pas manipulée, comme la monnaie ?
    Je vous signale un livre:
    Christopher Booker: Global Warming – A Case Study in Groupthink.
    Un concept reposant sur 3 règles:
    1) un groupe croit fermement à une idée alléchante mais peu ancrée dans la réalité
    2) Comme cette idée est impossible à prouver, ni à réfuter, elle devient article de foi
    3) Toute critique est donc rejetée d’emblée
    D’autre part, cette idée repose sur 3 groupes: des « experts », des croyants progressistes, et des financiers généreux avec les médias… en attendant des profits en retour.
    Le concept de « Pensée de groupe » me fait penser aux réseaux sociaux et peu s’appliquer à bien des sujets en dehors du réchauffement climatique.

Laissez un commentaire