La condition essentielle pour une vraie reprise du marché haussier

▪ Est-ce que nous vous avons manqué, cher lecteur ?

Vous n’allez pas le croire… en fait nous avons nous-même du mal à le croire… mais après des mois de planification et de préparations pour notre expédition dans les hautes montagnes d’Argentine, nous sommes encore dans la ville de Salta. Notre projet a été retardé… par des inondations.

Vous vous rappellerez peut-être qu’il fait si sec dans les environs du ranch que les visiteurs se demandent ce que les vaches mangent. Nous leurs expliquons que nous avons développé une nouvelle race de bétail sans graisse, sans cholestérol, que nous appelons “boeuf au sable”.

Mais nous voilà… toujours à Salta, une ville qui se trouve à environ cinq heures de route du ranch, et nous sommes coincé.

“Eh bien”, a dit notre contremaître, “la route pour Angastaco est bloquée par la rivière. La route vers Molinos est bloquée par la boue. Mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter à ce sujet : on ne peut pas s’en approcher, parce que la route vers Cafayate est impraticable à cause de glissements de terrain… et la route du col a été entièrement emportée”.

Oui, cher lecteur, nous avons été frappé d’un coup bas et inattendu… par l’eau ! Le ranch n’a vu que 120 mm de pluie l’an dernier. L’année d’avant, ce n’était que 100 mm. On aurait dit que l’endroit allait s’assécher et s’envoler avec le vent.

Mais cette année, les dieux ont déversé 360 mm d’eau sur ce sol desséché… et la pluie continue de tomber. 3,60 cm, ce n’est pas grand-chose. Mais dans ces montagnes stériles, l’eau roule sur les rochers… dans les torrents… et remplit les rivières. En un rien de temps, elle déborde les rives, fait flotter les voitures et glisser les roches.

“Ils dégagent la route principale en ce moment-même”, a dit notre ami. “Elle devrait être praticable demain… s’il ne pleut pas ce soir. Mais aller de Cafayate jusqu’à votre ranch, c’est une autre histoire. Personne ne sait ce qui s’y passe. Ils sont coupés du monde depuis des semaines”.

Hmmm…

Et donc, nous prenons le frais… nous nous aérons la tête… nous faisons les cent pas et observons les cieux… espérant apercevoir un rayon de soleil… et l’espoir de progresser vers notre objectif.

Si bien que nous avons eu le temps d’écrire une Chronique, en fin de compte.

▪ Pas de marché haussier avant la fin de l’espoir
Ce que nous constatons, c’est que les investisseurs sont en “mode espoir”. Sinon comment expliquer les hausses récentes ? Albert Edwards en dit plus :

“L’une des leçons clés du Japon, c’est que l’ingrédient essentiel à la fin d’un long marché baissier, c’est la révulsion. C’est quand les ‘acheteurs durant les creux’ deviennent des ‘vendeurs durant les rebonds’. C’est quand les volumes s’évaporent ou presque. C’est la perte de l’espoir. Au Japon, nous avons assisté à de gigantesques rebonds du Nikkei à la suite de reprises cycliques très courtes. Chaque échec cyclique et nouveau plus bas amenait un nouvel écrasement de l’espoir. Il a fallut entre quatre et cinq récession avant que les précédents marchés baissiers américains prennent totalement fin. Nous n’en avons vu que deux [pour l'instant]“.

“Le marché est à nouveau dans une phase d’espérance — l’espoir que les Etats-Unis sont désormais dans une reprise durable ; l’espoir que la Chine connaît un atterrissage en douceur ; l’espoir que le renflouage de la Grèce et les politiques de liquidité de la BCE ont calmé les choses dans la Zone euro. Ces coups d’espoir sont essentiels lors des longs marchés baissiers. Essentiels dans le sens où l’espoir doit être écrasé. Il sera écrasé. L’espoir bat encore dans la poitrine des investisseurs actions. Le marché va arracher cet espoir et le consommer sous les yeux des investisseurs. C’est à ce moment seulement que le marché haussier pourra commencer”.

Selon nous, le vrai point de bascule est arrivé en l’an 2000. C’est à ce moment-là que le déclin des Etats-Unis a commencé à s’accélérer. C’est lorsque l’économie nourrie par le crédit s’est révélée incapable de produire de vrais emplois… ou de vrai PIB… ou de vraie richesse.

Les actions ont grimpé. Mais elles grimpaient grâce à une bulle de dette. A l’époque, c’était en grande partie de la dette privée. Désormais, elles grimpent toujours… sur de la dette publique, cette fois-ci.

Quoi qu’il en soit, ça ne peut pas durer. Le marché baissier finira par reprendre… réduisant les prix des actifs jusqu’à ce qu’ils soient à nouveau bon marché. A 16 fois les bénéfices, les actions sont plus élevées que d’habitude… et les bénéfices frôlent des niveaux record. Nous pensons qu’ils vont baisser… de même que les actions… Ensuite, ils continueront à chuter… jusqu’à ce qu’ils atteignent enfin leur plus bas.

Mais nous ne pouvons atteindre le plancher de ce cycle avant que les investisseurs abandonnent l’espoir. Tant qu’ils ont de l’espoir, ils achèteront durant les creux pour tenter d’attraper la prochaine vague de hausse. C’est seulement quand ils seront convaincus qu’aucune hausse ne viendra qu’ils arrêteront d’acheter les creux et que les prix pourront enfin atteindre leur dernier plancher.

L’espoir doit être détruit. Ensuite, un vrai marché haussier pourra commencer.

Author Image for Bill Bonner

Bill Bonner

Bill Bonner est le fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information confidentielles – probablement l'une des plus brillantes au monde. Auteur de la lettre e-mail quotidienne The Daily Reckoning (450.000 lecteurs... ), il intervient également dans La Chronique Agora, directement inspirée du Daily Reckoning.

La passion de Bill Bonner pour la finance, les voyages et les grandes idées lui a permis d'engranger des succès incontestables pour son entreprise. Il a débuté en 1979, avec la publication des lettres d'information International Living et Hulbert's Financial Digest. Puis Agora Publishing a connu une croissance très importante, et s'est spécialisée dans la publication de lettres confidentielles sur la finance, la santé, le développement personnel et les voyages. Depuis le début des années 1990, Agora Publishing s'est encore développée. Le siège social est à Baltimore, mais aujourd'hui, Agora compte des bureaux à Paris, Londres, Waterford (Irlande), Melbourne, Johannesburg, Madrid et New-Delhi.

Agora compte aussi des maisons d'éditions se spécialisant dans la littérature classique et académique : Pickering & Chatto à Londres, et Les Belles Lettres à Paris.

2 Commentaires
Laissez un commentaire »

  1. Ça va aller Bill
    Je reviens de visiter vos hautes montagnes mais côté Chili
    Ce n’est pas la foule qui polluera vos brillantes analyses
    Et puis entoure de cette nature, on relativise beaucoup plus
    Bonne expédition

  2. CHARIGNON sur 27 fév 2012 à 4:04

    Oui, Oui BILL, vous nous avez beaucoup manqué
    On se disait ” Il est parti vendanger sa vigne ou compter ses vaches et il nous laisse tomber”.
    Nous espérons que la pluie ne va pas faire pourrir le raisin et transformer le vin en affreuse piquette.
    Donnez-nous vite des nouvelles de votre campagne andine.
    Nous vous rappelons qu’il y a plusieurs moyens de se ruiner:
    1 Le jeu
    2 Les femmes
    3 L’agriculture.

    La sagesse populaire rappelle que le plus sûr moyen reste encore l’agriculture :-)

Laissez un commentaire

En soumettant votre commentaire, vous acceptez de respecter notre politique de commentaires.