La Chine dédaigne le dollar, et alors ?

Rédigé le 11 janvier 2018 par | A la une, Guerre des monnaies Imprimer

La Chine va acheter moins de bons du Trésor américain, nous a appris Bloomberg hier qui cite un rapport officiel. Est-ce très important ?

En apparence tout est simple.

Les matières premières sont cotées sur les marchés internationaux en dollar. Tout le monde a besoin de pétrole, ou de blé, ou de cuivre…

Les Etats-Unis achètent à crédit aux étrangers. Ils exportent leur dette libellée en dollars. Les étrangers qui les fournissent stockent cette dette – des dollars donc. Ceci leur permet d’acheter des matières premières. Ces matières premières sont ensuite transformées et rentrent dans les produits achetés à crédit par les Etats-Unis.

Les Etats-Unis exportent beaucoup de dettes et tout le monde est content. Enfin… pour le moment.

Simone Wapler

Ce champion du sport-spectacle est inconnu de 99% des investisseurs français… il n’est pas coté au CAC 40… les investisseurs institutionnels ne peuvent pas y investir… … Mais vous pouvez le mettre en portefeuille dès aujourd’huiil suffit de cliquer ici.

Attention, la clôture de cette offre, initialement prévue le 21 décembre 2017, a été repoussée au 31 janvier 2018 : profitez-en sans attendre.

N’oubliez pas, cher lecteur, que nous ne vivons pas dans un monde capitaliste dans lequel on achète comptant, où le crédit est réservé aux investissements et où l’argent prêté a déjà été gagné.

Nous vivons sous l’ère du créditisme. Tout s’échange à crédit et l’inverse du crédit, c’est la dette. La dette mondiale atteint l’équivalent de 233 000 Mds$. Cela fait 33 000 $ par bipède. Il faudrait retrancher les nouveaux-nés, ceux qui sont trop vieux pour travailler, et le milliard de gens qui vivent avec moins de 1 € par jour. Si vous travaillez, considérez que votre facture est bien supérieure.

Chacun pense que cela ne le regarde pas et qu’il ne remboursera pas.

Mais revenons à ces fourbes de Chinois. Je dis « fourbes » car les membres du Parti savent très bien comment le créditisme fonctionne. Ils ont toujours acheté des tombereaux de bons du Trésor. C’est ce qu’on appelle des « réserves de change ». Les Chinois en ont pour 1 200 Mds$ précisément, selon Bloomberg… mais vous noterez que déjà en 2016, les Chinois en avaient acheté moins et à l’époque, ils ne l’avaient pas claironné sur Bloomberg.

Chine

Les camarades-capitalistes disent trouver que la dette américaine n’est plus attractive. Il faut dire que le pétrole augmente et que le dollar s’est déprécié de 10% en 2017 face aux grandes devises.

Surtout, les rodomontades de Trump et le protectionnisme défendu par le gouvernement américain les agacent. Le géant des télécoms Huwaei s’est vu récemment rembarré du marché américain. Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, qui voulait acheter MoneyGram a reçu une fin de non-recevoir.

A quoi sert d’avoir des dollars si vous ne pouvez pas les réinvestir ou les dépenser aux Etats-Unis ?

Chine

A cette annonce des officiels chinois, l’or a légèrement réagi. Seulement légèrement… Ce n’est pas (encore) la panique. Si les bons du Trésor ne trouvent pas preneurs, la Fed les achètera.

Il y a plus dangereux pour le créditisme que cette histoire de dollar et de Chinois. La hausse des rendements des bons du Trésor US qui continue sa course. Cela signifie que les malheureux qui ont un stock de ces obligations ne peuvent les revendre qu’à perte (ou à la Fed).

Je ne sais pas trop où tout cela va nous mener. Mais l’or – qui n’est la dette de personne – permet d’avoir une assurance anti-catastrophe. Pour le moment, la prime n’est pas encore trop chère. [NDLR : Quel or choisir à des fins d’assurance contre la mort du créditisme ? Ce Rapport vous l’indique précisément et vous conseille une pièce à la fiscalité très douce. Cliquez ici pour vous le procurer.]

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire