Accueil Epargne Sandy, Bastiat et la « vitre cassée »