Accueil Banques Centrales Pourquoi les déficits n’ont « pas d’importance »