Les lamentables bricolages de Mario Draghi | La Chronique Agora


Les lamentables bricolages de Mario Draghi

Rédigé le 23 février 2018 par | Banques Centrales, Dette, Simone Wapler Imprimer

La réduction des rachats obligataires de la BCE engendre un dommage collatéral imprévu : la remontée des taux longs aux Etats-Unis qui menace les zombies.

Si les taux longs montent aux Etats-Unis, c’est de la faute de la Banque centrale européenne, nous expliquait Bloomberg hier.

Pour résumer : les achats de Mario Draghi ont asséché le marché obligataire européen ; les investisseurs institutionnels (zinzins) en mal d’investissements liquides et pas risqués ont alors acheté des bons du Trésor américain ; Mario Draghi réduit ses achats ce qui laisse plus de titres en euro disponibles sur le marché ; du coup les zinzins de l’Eurozone délaissent l’obligataire américain et reprennent des titres domestiques.

Les signaux envoyés par la BCE coïncident avec la montée des taux longs aux Etats-Unis

En réalité, les rachats de Draghi étaient si massifs qu’ils excédaient la capacité d’émission obligataire de certains gouvernements ; le mouvement des zinzins vers la zone dollar a donc été important. Bloomberg évoque le chiffre de 1 200 milliards de dollars d’achat européen.

Le volume du marché obligataire européen culminait à plus de 3 500 milliards d’euros début 2015 avant que la BCE n’intervienne. Il s’est maintenant réduit à 1 600 milliards d’euros.

L’avancée technologique la plus importante de ces 58 dernières années

Ce n’est PAS le bitcoin…

… Mais sans elle, aucune cryptomonnaie ne pourrait exister.

Ses applications sont infinies – tout comme les possibilités de profits :

Ces 3 valeurs à elles seules pourraient vous rapporter jusqu’à +7 520% de plus-values.

Pour tout savoir, cliquez ici – mais n’attendez pas pour agir : cette technologie est à un tournant de son évolution… et devrait connaître une envolée spectaculaire en 2018.

Le QE de Draghi a donc aussi forcé les taux à la baisse aux Etats-Unis. La survie des zombies incapables d’honorer leurs dettes dépend de taux longs bas. Il semble bien que, pour le moment, les zombies américains soient plus en danger que les zombies européens.

L’indice action S&P 500 commence à prendre acte du changement du marché obligataire. Avec des rendements à 10 ans à plus de 2,8%, les actions, perçues comme très (trop ?) chères, chutent.

Evolutions comparées du rendement du bon du Trésor à 10 ans et de l'indice S&P500

Que va faire Jerome Powell ? Aura-t-il le courage de ne pas agir et de laisser faire le marché ? Les zombies vont-ils enfin mourir ?

Personne n’a la réponse à ces questions (et certainement pas les zombies de l’Office of Financial Research censé alerter le public en cas de danger, comme l’explique Bill Bonner).

Mais trois choses sont sûres :

[NDLR : Comment mettre votre épargne au service de l’économie productive, retrouver de la rémunération, acquérir des valeurs en croissance à des ratios cours sur bénéfices inférieurs à cinq ? Tout est expliqué ici.]

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Un commentaire pour “Les lamentables bricolages de Mario Draghi”

  1. Je ne suis pas d’accord:le QE de Draghi n’a pas servi qu’a racheter de la dette publique,mais aussi de la dette corporate, émise spécialement dans ce but parfois. ainsi que de la dette sociale.Le problème vient toujours des us:explosion de la dette publique(investissements publics,baisses d’impots),privée(autos,études, immo,achat d’actions) et d’entreprises(rachat d’actions).Pour attirer des investisseurs étrangers supplémentaires,il faut des taux plus hauts et un dollar plus bas.Pour faire monter les taux,il suffit de diminuer le QE,pour faire baisser le dollar,il suffit de laisser exploser le déficit commercial sans intervenir.Qu’en pensez vous?

Laissez un commentaire