Le Vélib’ et le progrès de la nouvelle économie sans profit

Rédigé le 27 novembre 2017 par | A la une, Desinformation, Simone Wapler Imprimer

Coûteuse expérience pour nombre de municipalités de Paris à Beijing, le vélo en libre-service démontre que la nouvelle économie n’est pas toujours porteuse de progrès.

Le Vélib’ : beaucoup de citadins connaissent ce « tank à deux roues », comme dit joliment un chroniqueur de Contrepoints (1).

En France, il symbolise l’interventionnisme et les tentations de monopole des municipalités. En Chine, il cristallise une folie spéculative (encore une) qui est en train de mal tourner. Dans les deux cas, ce sympathique concept met en valeur cet étrange progrès du XXIème siècle qui peine à créer de la richesse.

Commençons par Paris. Le Vélib’ y a débuté il y a 10 ans. Bonne idée que de vouloir inciter des citadins à pédaler sans polluer. L’idée d’un vélo loué s’inscrit dans l’économie collaborative, le partage d’un bien plutôt que sa possession. Jusque-là tout allait bien.

Puis quelques technocrates de la municipalité de Paris, au lieu de se satisfaire d’organiser des espaces capables d’accueillir des bicyclettes en location de courte durée, ont préféré monopoliser l’idée. Résultat : une concession accordée à Decaux, un système de paiement lourd qui n’avait pas prévu d’emblée les smartphones ; chaque Vélib’ coûte à la municipalité 4 000 € par an et donne lieu à un déficit annuel récurrent de 16 M€.

Et si vous choisissiez plutôt…

… Une qualité de vie infiniment supérieure… … Un coût de la vie largement inférieur… Et le soleil toute l’année !

Ridicule ? Impossible ? Pas du tout : cliquez ici pour tout savoir.

Au moment où la concession change de main, où les rangées de bornes ressemblent à des mâchoires édentées en attente d’un nouveau dentier, la concurrence tente une percée. Des vélos plus légers, ne nécessitant plus d’être accrochés à un point fixe. Bon débarras et bonne idée, pensez-vous ? Pas si vite. Direction la Chine.

La bicyclette et le Chinois : un cliché qui reflète une part de vérité. Les sociétés de partage de vélos ont donc poussé comme des champignons en Chine, donnant naissance à de multiples start-ups et de plantureuses levées de fonds. Aujourd’hui beaucoup de ces sociétés sont en déconfiture ; leurs clients n’ont plus qu’à pleurer leurs dépôts de garantie envolés et leurs actionnaires leurs capitaux, comme le note le chroniqueur financier Wolf Richter (2).

velos à jeter

Source

Les licornes pédalent dans la semoule

En Chine, plus de 40 plates-formes et sites ont attiré 2 Mds$ de capitaux. De ce point de vue, on ne peut pas dire que la concurrence n’ait pas joué au pays des camarades-capitalistes.

Mais à côté de ces 2 Mds$, une montagne de vélos mutilés, volés, abandonnés pèsent 1 Md$. La récupération des bicyclettes jetées dans les fleuves, abandonnées en rase campagne, pendues aux arbres est devenue un casse-tête pour les municipalités.

Chine

Vendredi 24 novembre, le South China Morning Post faisait état de la faillite de Mingbike, qui avait une flotte dans plusieurs grandes villes. 99% des employés ont été licenciés et les clients se plaignent de ne pouvoir récupérer leurs dépôts de garantie de 199 yuans (environ 25 €). Mingbike avait levé 15 M$.

En février 2017, Bluegogo indiquait vouloir se développer à Beijing puis viser San Francisco. Son fondateur Li Gang avoue avoir asséché sa trésorerie.

Mobike et Ofo, les deux gagnants (si l’on peut dire), possèdent 95% du marché et ces « licornes » n’ont pas encore brûlé tout le capital levé. L’avenir ne s’annonce pas radieux pour autant.

La première des start-up est entrée en bourse en août. Changzhou Youon Public Bicycle System a levé 96 M$. Ses actions ont quadruplé dans les quatre premiers jours de cotation avant de plonger de 44% en trois mois.

Consommation de capital mal alloué, perte d’argent des clients, coûts pour les municipalités et leurs contribuables… Le concept Vélib’ semble regrouper tous les vices du créditisme, de l’argent surgi de nulle part et de l’appauvrissement final. Même pas gagnant-perdant mais perdant-perdant. [NDLR : Vous souhaitez mettre votre épargne au service de l’économie réelle, de projets véritablement rentables et retrouver rendement et plus-value ? Découvrez ici comment investir dans des entreprises profitables avant les investisseurs ‘ordinaires’ et dégager des plus-values hors norme. La porte de ce cercle d’investissement privé est ici.]

1- https://www.contrepoints.org/2017/11/27/304060-velib-symbole-derives-municipales

2- https://wolfstreet.com/2017/11/26/chinas-bike-share-startup-frenzy-turns-into-money-suck/

Mots clé : - - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

2 commentaires pour “Le Vélib’ et le progrès de la nouvelle économie sans profit”

  1. La  » nouvelle économie. »….Ah !Ah …laissez moi rire ….des loueurs de vélos……et des taxis…… et des locations de chambres ou d’appartement à la journée ou à la semaine….Franchement je ne vois pas ce qui ‘il y a de nouveau dans tout cela….Résultat : d’un coté ,on crée des emplois peu rémunérés et de l’autre coté, on détruit des emplois bien ancrés dans la société …..et si on fait la balance : pas sur qu’elle soit positive !!!!!! Tout cela n’est que du bla-bla-bla qui sert à berner quelques investisseurs irrefléchis qui croient au Père Noel ,et qui finiront par se faire plumer………

  2. La nouveauté Jclaudio est dans le mode de mise en relation désintermédié des prestataires de service et du client, combiné à un système de notation et de classement en fonction des prix, ce qui permet de créer un marché transparent et véritablement concurrentiel, entrainant une amélioration de la qualité de service (comme chacun peut le constater avec par exemple Uber par rapport aux taxis).

Laissez un commentaire