30 preuves de la plus grosse bulle financière de tous les temps – dernière partie

Rédigé le 25 février 2017 par | Banques Centrales Imprimer

La « grosse vilaine bulle » que Trump, alors candidat à la présidence, avait identifiée à propos des marchés américains est réelle.

Nous vous avons en avons déjà donné 25 preuves dans de récentes chroniques. Nous versons aujourd’hui cinq dernières preuves à notre dossier.

26. Le grand ralentissement de la croissance américaine

Sur une période de 10 ans, la croissance par habitant affiche une longue et effrayante tendance à la baisse, selon un rapport de l’institut Gallup.

Cette étude Gallup en collaboration avec le U.S. Council on Competitiveness et publiée en décembre 2016 montre la baisse considérable de « la productivité long terme des Etats-Unis ».

Le ralentissement de la croissance
Gallup

Pour Gallup, il n’y a pas de reprise : « depuis 2007, la croissance du PIB par habitant des États-Unis n’a été que de 1%. »

« La Grande crise est peut-être terminée mais l’Amérique tourne dangereusement à vide. »

La ligne de croissance réelle du PIB par habitant se fonde sur les données du Bureau of Economic Analysis.

Dans le cadre de notre étude des bulles financières déjà gonflées, ce graphique montre que les marchés sont artificiellement élevés alors que la productivité américaine est à la traîne.

Or les marchés anticipent des bénéfices futurs et sans gain de productivité, on voit mal comment ils seront obtenus.

27. La chute des bénéfices du S&P 500

Selon les chiffres des entreprises du S&P 500 publiés dans le cadre des rapports du deuxième trimestre, les bénéfices à partir du deuxième trimestre 2015 jusqu’en 2016 ont reculé de 3,2%.

Si cette baisse peut sembler minime, selon un rapport de FactSet : « ce deuxième trimestre marque la première fois où l’indice enregistre cinq trimestres consécutifs de baisse des bénéfices d’une année sur l’autre depuis le troisième trimestre 2008 jusqu’au troisième trimestre 2009. »

c
FactSet

Cela signifie que les tendances financières d’une année sur l’autre sont revenues au niveau de 2008 — année où les Etats-Unis (et le monde) ont connu le pire choc économique depuis la crise de 1929.
[NDLR : Même si les résultats des entreprises baissent, il est toujours possible de viser un rendement moyen de 17% sur votre PEA… sans pour autant prendre de risques inutiles. Notre spécialiste vous livre la liste complète des valeurs à éliminer et celles que vous devriez impérativement sélectionner. Tout est ici.]

28. Productivité : rien qui se rapproche de la normale

La Federal Reserve Bank of St. Louis a publié un rapport sur le taux d’utilisation de la capacité industrielle totale qu’elle définit ainsi :

« Le pourcentage de ressources utilisées par les entreprises et les usines pour produire des biens dans l’industrie, l’exploitation minière, et les services de gaz et d’électricité pour toutes les infrastructures localisées aux Etats-Unis (hors celles dans les territoires américains). »

Traduction du langage de la Fed : cela correspond au taux d’utilisation de l’outil de travail. En gros, les usines ronronnent-elles correctement ?

Juste avant le krach financier, en novembre 2007, le taux d’utilisation de la capacité industrielle était de 80,9%. Depuis, l’utilisation a ralenti et depuis novembre 2014, il est en déclin. En novembre 2016, la Fed a mesuré que le taux d’utilisation de la capacité était de 74,3%, soit un fort déclin des ressources utilisées.

Utilisation de la capacité : toutes industries
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Federal Reserve Bank of St. Louis

29. La crise immobilière devient mondiale

Selon la pyramide des besoins de Maslow, avoir un toit est un des éléments essentiels de la motivation humaine. Le FMI a publié un rapport en décembre 2016 qui montre que les prix mondiaux de l’immobilier ont atteint les mêmes niveaux qu’au début de la crise financière mondiale, ce qui est particulièrement inquiétant.

Dans une étude menée dans 57 pays, le FMI a mesuré les niveaux de l’indice moyen des prix et en a conclu que, s’il existe des différences selon les pays, une vigilance accrue est nécessaire.

L'indice des prix immobiliers dans le monde est quasiment revenu à son niveau d'avant la crise financière (en pondérant à l'identique)

30. Les bilans des banques centrales et une question idiote

Les plus grandes banques centrales au monde ont vu une forte augmentation de leurs bilans, qui atteignaient 21 000 Mds$ en octobre 2016.

Cela représente 29% de l’économie mondiale (le double du niveau antérieur au krach financier de 2008).

Les actifs combinés des 10 plus grandes banques centrales ne cessent de croître
Bloomberg

Selon Bloomberg, « l’accélération de l’expansion des bilans des banques centrales se produit tandis que le débat fait rage de savoir si leur politique d’achats d’actifs et de taux d’intérêt faibles en continu crée des bulles… »

Il faut bien comprendre que les banques centrales achètent des actifs, actions ou obligations, et donnent à leurs anciens détenteurs des liquidités qui sont ensuite réinvesties par ces mêmes détenteurs.

Cette énorme masse monétaire arrive bien quelque part…

Oui, les agissements de ces banques centrales créent d’énormes bulles, comme nous l’avons vu et il faut être aveugle pour refuser de les voir.

Nous refermons ce dossier dont voici un récapitulatif des pièces.

  1. Piège des taux bas
  2. Même les riches calent
  3. Les capitaux spéculatifs atteignent des niveaux historiques
  4. Les esclaves de la dette face au risque des taux
  5. La Chine surendettée
  6. Crédits automobiles américains : le prochain subprime
  7. Le risque démographique est mal perçu
  8. « Trop gros pour faire faillite » – encore et toujours
  9. Dans les économies occidentales, les prix de l’immobilier sont sous stéroïdes
  10. Le crédit chinois grimpe en flèche sans contrepartie productive
  11. La réserve fédérale est coincée
  12. Les chiffres des achats de Noël signalent une perte de confiance
  13. Le gouvernement américain détient la facture des consommateurs
  14. Explosion des prêts étudiants aux Etats-Unis
  15. La dette publique en forte augmentation
  16. Le patrimoine immobilier des ménages à un plus haut historique
  17. Les prix des actions à des niveaux record
  18. L’immobilier commercial est encore plus haut qu’en 2008
  19. Le piège de la dette fédérale
  20. Le chiffre d’affaires des entreprises du Dow Jones baisse depuis cinq ans
  21. Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises
  22. Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises
  23. La hausse des prix des produits de base devient évidente
  24. Banques systémiques et risque systémique toujours plus intense
  25. Des banques plus grosses et plus endettées qu’avant 2008
  26. Un « choc des prix » des actifs à venir selon l’Office of Financial Research américain
  27. Le grand ralentissement de la croissance américaine
  28. La chute des bénéfices du S&P 500
  29. Productivité : rien qui se rapproche de la normale
  30. La crise immobilière devient mondiale
  31. Les bilans des banques centrales et une question idiote

Craig Wilson

Mots clé : -

Un commentaire pour “30 preuves de la plus grosse bulle financière de tous les temps – dernière partie”

  1. A lire absolument, une excellente synthèse sur l’instabilité financière, par nos sénateurs ! (les papys flingueurs ?):

    http://www.senat.fr/rap/r16-393/r16-3931.pdf

    Très cordialement

    Christian

Laissez un commentaire