Saint Pierre de Coubertin, priez pour nous, pauvres contribuables

Rédigé le 12 juillet 2017 par | Dette, Simone Wapler Imprimer

Paris devrait être ville olympiques en 2024 ou 2028. Avons-nous besoin de ce boulet supplémentaire pour nous précipiter dans la faillite ?

Nos finances publiques sont délabrées, notre dernier budget « insincère » et le gouvernement courent après 10 Mds€.

Le budget prévisionnel des Jeux se monte à 6,6 Mds€. Les recettes attendues sont de 1,1 Md€ pour la billetterie, 1,1 Md€ pour les sponsors et une subvention de 1,3 Md€ du Comité d’organisation des Jeux olympiques.

Le compte n’y est pas. Pas vraiment une affaire rentable, comme vous pouvez le constater, cher lecteur.

En réalité, les JO sont plutôt une calamité pour le pays d’accueil.

Les Jeux olympique d’Athènes en 2004 avaient précipité la faillite de la Grèce. Le budget prévisionnel avait été pulvérisé : 4,6 Mds€ prévus, 11,2 Mds€ officiellement comptabilisés et des audits indépendants conduits par la suite l’ont estimé à 20 Mds€.

« Après que le déficit budgétaire a atteint en 2002 une part encore tolérable de 3,7% du PIB, ce taux est grimpé à 7,5% l’année des JO. En l’espace d’un an, les dettes d’Etat sont montées de 182 à 201 Mds€. Le chemin qui allait mener la Grèce au désastre de l’endettement était ainsi déjà tracé. » Gerd Höhler, hebdomadaire Zeit, Juillet 2012

« Le président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge, avait par exemple déclaré en 2011 au quotidien grec Kathimerini qu’en Grèce, ‘2% à 3% de la dette extérieure du pays a augmenté en raison du coût des Jeux.’ Des infrastructures construites en Grèce à l’occasion des JO sont aujourd’hui en friche, faute de pouvoir les entretenir. » L’Obs, 14 avril 2015

Les Jeux olympique de Rio ont quant à eux été le révélateur de la corruption qui minait le pays.

Vous avez 50 € ? Alors cette vidéo est faite pour vous.

Elle révèle une opportunité particulièrement lucrative — mais attention :

Assurez-vous d’être dans un endroit discret pour la visionner… son contenu peut être choquant.

Cliquez ici pour tout savoir.

En 2010, le Fonds monétaire international écrivait que :

« Les premiers partisans de l’organisation d’un tel événement dans leur ville ont intérêt à sous-estimer les vrais coûts tant que le soutien du public n’est pas acquis.

Entre la présentation de la candidature à l’organisation d’un événement et son organisation effective, les coûts de construction et la valeur du foncier peuvent augmenter de beaucoup« .

Mais cela ne dissuade pas la Parasitocratie de s’agiter et de s’auto-féliciter du vote du Comité, qui décidera en juillet entre Paris et Los Angeles pour la première échéance de 2024.

« Nous vivons un moment historique […] Nous voulons les Jeux car ils sont un message d’optimisme pour notre société, et en particulier pour notre jeunesse ». Anne Hidalgo, Maire de Paris, Le Figaro du 12 juillet

Les contribuables, eux, ne sont pas dupes. Et pas seulement ceux de Rome, Boston, Hambourg ou Budapest qui ont retiré leur candidature face à l’hostilité du public.

« Selon une étude Odoxa Le Parisien-Aujourd’hui en France, les Franciliens semblaient préférer l’idée d’une exposition universelle en 2025 et payée par des sponsors privés à celle de Jeux Olympiques 2024 payés par de l’argent public. » Serge Federbusch, Contrepoints

JO

Il nous reste cependant un espoir pour ne pas nous retrouver chargés de ce boulet supplémentaire. Le Comité olympique favoriserait d’abord la candidature de Los Angeles car le financement s’appuie sur des fonds privés. Les risques de dérapage sont donc moindres, estime le Comité. Or les Jeux olympiques ruineux refroidissent les futures candidatures.

Prions donc Saint Pierre de Coubertin pour que le bon sens l’emporte.

Les Jeux olympiques sont certainement un bel événement mais ils doivent être financés par le privé. Il n’y a aucune raison que les contribuables non consultés les payent à leur corps défendant.

Notons d’ailleurs que si le Comité international olympique siège à Lausanne, la Suisse n’a jamais accueilli les JO, à l’exception des Jeux d’hiver de 1928 et 1948. En revanche, le Musée olympique de Lausanne semble quant à lui une affaire rentable. [NDLR : Comment investir dans des entreprises rentables mais non cotées et viser des plus-values de x10 et x20 à horizon de trois ans ? Découvrez ici les secrets des « nouveaux millionnaires ».]

Mots clé : - - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Un commentaire pour “Saint Pierre de Coubertin, priez pour nous, pauvres contribuables”

  1. Ben oui !!!!!les Suisses ne sont pas des  » neuneu » : ils ont compris qu’il valait mieux avoir un musée rentable plutot que de «  »bouffer » » la baraque avec l’organisation des jeux olympiques…….Nos grands dirigeants feraient mieux de retenir la leçon….

Laissez un commentaire