Impôts : La migration des vaches à lait du fisc

Rédigé le 1 novembre 2017 par | Liberalisme Imprimer

Chers élus locaux, voici la recette du succès.

Une Grande transhumance des vaches à lait a débuté mais passe encore inaperçue des grands médias et des économistes conventionnels. Si vous pensez qu’un exode de ceux qui paient le plus gros des impôts est impossible, je vous renvoie à ces deux textes :

– L’étude de l’institut de recherche d’économie politique de Stanford (1)

– Un article de Zerohedge titré « quelle ville américaine se déclarera en faillite en premier ? » (2)

En résumé, beaucoup de villes et de régions vont faire faillite, devoir réduire drastiquement leurs services et augmenter leurs impôts, tout cela en vain.

Il est impossible que les promesses faites par les politiciens corrompus soient tenues, malgré leurs constantes assurances du contraire. Ceux qui s’attendent à ce que les services restent inchangés seront choqués par les réductions massives dans ce domaine, ainsi que par l’augmentation tout aussi massive des impôts qui leur sera imposée dans un effort inutile pour « sauver » les circonscriptions et les fiefs politiques.

Ces circonstances provoqueront une grande migration des vaches à lait du fisc. Elles quitteront les villes, les régions et les Etats en faillite pour aller vers des endroits plus frugaux, mieux gérés et accueillants envers les petites entreprises.

Contrairement aux citoyens des régimes communistes qui exercent un contrôle strict sur les autorisations de changement de résidence, les Américains sont encore libres de s’installer où bon leur semble aux Etats-Unis. Cela crée une concurrence darwinienne entre :

Ceux qui déménagent pou échapper aux impôts…

Pour beaucoup de gens, il est fondamentalement impossible de déménager du fait de racines familiales et d’obligations, d’un emploi stable, d’enfants scolarisés et de diverses autres raisons tout aussi impérieuses.

Toutefois, certains ont la possibilité de déménager – en général les auto-employeurs indépendants qui ne peuvent plus se permettre (ou ne peuvent plus supporter) de vivre dans des municipalités où la fiscalité est élevée et anti-petites entreprises, où des leaders élitistes prétentieux sont plus intéressés par le « m’as-tu vu » que par la création d’emplois et un écosystème favorable aux petites entreprises.

La migration des Vaches à Lait du Fisc

Note aux politicards et aux élites : au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, un nombre croissant de travailleurs parmi les plus talentueux et expérimentés peuvent vivre partout où ils veulent et envoyer le produit de leur travail numériquement. Autrement dit, ils n’ont pas besoin de vivre à Brooklyn, à Santa Monica ou à San Francisco.

Ceci est le modèle de nombreux réfugiés qui sont à moitié agriculteurs, à moitié autre chose comme je l’ai déjà décrit, c’est-à-dire des gens qui s’installent dans une ferme équipée de tous les réseaux et qui ont les compétences nécessaires pour travailler à mi-temps dans l’économie numérique. Dans un endroit où la vie est moins chère, ils n’ont besoin de gagner qu’un tiers voire même un quart de leur ancien salaire pour mener une vie beaucoup plus satisfaisante et motivante.

Les politicards prétentieux et les élites ne l’ont pas remarqué mais seuls les ménages parmi les plus aisés peuvent s’offrir une maison dans les économies de bulles. Débourser 4 000 $ par mois pour louer un petit cagibi à San Francisco peut sembler une très bonne affaire aux élites qui habitent de superbes villas, mais pas à ceux qui ont perdu tout espoir de jamais posséder quelque chose qu’ils puissent appeler « maison ». [NDLR : en France les taxes foncières sont truffées d’erreur. Ne payez plus les yeux fermés. Vérifiez cet impôt, employez ces quatre leviers efficaces pour le contester et utilisez ces sept opportunités pour réduire la valeur locative de vos biens. Tout est expliqué dans ce Rapport qui peut vous faire obtenir jusqu’à 50% de réduction ou abattements. Cliquez ici pour en savoir plus.]

Un pays de locataires

Lorsqu’il faut un an rien que pour obtenir l’autorisation d’ouvrir un magasin de glaces (à San Francisco), combien le « propriétaire » insolvable devra-t-il faire payer le cornet de glace pour pouvoir payer un loyer ; que lui restera-t-il mis à part le privilège d’être un larbin méprisé dans une ville dirigée par des fiefs privilégiés et protégés ?

Bien que ce graphique soit basé sur des données nationales, il existe de nombreuses différences entre les régions.

Variation annuelle nette du nombre d'entreprises

Beaucoup de personnes aimeraient bien posséder un lopin de terre et une maison sans devoir tout sacrifier, y compris leur santé et leur famille.

A vous, responsables politiques locaux, voici la formule de la réussite sur le long terme : accueillir les talents d’où qu’ils viennent ; faire en sorte que lancer une entreprise soit rapide et bon marché comme son fonctionnement ultérieur ; rendre les espaces publics gratuits, sûrs et bien entretenus ; gouverner de façon transparente et réactive, délivrer un service public aussi frugalement que possible ; soutenir une classe politique composée de personnes ayant une expérience de l’entreprise dans le monde réel et pas de politiciens professionnels, de lobbyistes, etc., bien traiter l’afflux de capital – pas uniquement le capital financier mais aussi le capital intellectuel, social et humain. Construire une collaboration entre l’enseignement et l’entreprise – encourager les apprentissages pas seulement dans le commerce mais dans chaque domaine entrepreneurial.

Si vous favorisez des élites indélogeables, la faillite est assurée lorsque ceux qui paient des impôts décideront de sauver leur santé mentale et physique et leur avenir en décidant de partir tant que cela est encore possible.

(1) Pension Math : Public Pension Spending and Service Crowd Out in California, 2003 -2030 – https://siepr.stanford.edu/sites/default/files/publications/17-023.pdf

(2) http://www.zerohedge.com/news/2017-10-05/these-two-charts-depict-which-cities-will-file-bankruptcy-next

Mots clé : - -

Charles Hugh Smith
Charles Hugh Smith
Auteur et blogueur américain

Charles Hugh Smith est un auteur et blogueur américain ; il est notamment l’un des principaux contributeurs du blog Of Two Minds. Lancé en 2005, ce site a été classé 7ème dans la liste des meilleurs sites financiers alternatifs élaborée par CNBC, et ses analyses figurent sur de nombreux sites, dont Zerohedge.com, The American Conservative et Peak Prosperity.

Laissez un commentaire