Le début de la fin pour les FAANG ?

Rédigé le 26 juillet 2018 par | Indices, marches actions, strategies Imprimer

Les FAANG assurent à eux seuls la progression des marchés actions américains. Leur chute pourrait provoquer la fin de la « bulle de tout ».

Hier, en après-séance, Facebook a chuté de 23%, sa capitalisation fondant de 143 milliards de dollars.

Les raisons de la désaffection des investisseurs sont déjà abondamment commentées. Le chiffre d’affaires (13,2 milliards de dollars) a été un peu plus faible que prévu et Facebook a prévenu qu’il pourrait ralentir fortement dans les trimestres à venir. La moindre déception pèse très lourd lorsqu’une action se négocie 30 fois ses bénéfices…

Une chute de Facebook pourrait entraîner le retournement du marché actions.

Depuis le creux de 2009, les valeurs technologiques (contenues dans l’ETF Powershares Nasdaq Internet, symbole PNQI) ont vu leur capitalisation multipliée par neuf tandis que l’indice S&P 500 n’a fait que doubler.

Les quatre plus grosses capitalisations du S&P 500 – en dehors d’Apple – sont Google, Amazon et Facebook. Le ratio cours sur bénéfice de ces quatre entreprises dépasse 100, soit environ quatre fois plus que le ratio cours sur bénéfice de l’indice qui est lui même à un niveau historiquement très élevé.

En d’autres termes, le marché dans son ensemble peut chuter très lourdement et rapidement si ces valeurs technologiques baissent. Les investisseurs se sont engouffrés dans des fonds indiciels (ETF) et s’ils se précipitent vers la sortie, l’effet sera très sensible sur la totalité du marché.

Sur le premier semestre de l’année, le S&P 500 a progressé de 2,65%, les FAANG (Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Google) ont progressé de 3,38% tandis que le reste des valeurs a chuté de 0,73%.

Sans les valeurs technologiques, l'indice phare américain serait en baisse graph FAANG

Aujourd’hui, ces chiffres ont peut-être légèrement bougé mais l’idée est simple : sans les valeurs technologiques, le marché haussier n’existe plus.

Le « secret magique » de James Altucher – révélé !

Vous permet de générer 2 000 euros par mois… Grâce à une « opération » que James va vous montrer en « live »…

Cliquez ici…

Quand Trump menace Google

Juste devant Facebook, Google détient 31% des parts de marché de la publicité en ligne, selon le cabinet d’études e-Marketer.

En avril, Trump a signé un décret qui permet aux fournisseurs d’accès internet (FAI) de vendre l’historique de navigation des internautes directement aux annonceurs. Ceci menace le business model de Google, prévient mon collègue américain Dan Denning.

Cette nouvelle loi permet aux FAI américains de collecter les données (âge, sexe, localisation, fréquence d’utilisation, sites visités, revenus et catégorie sociale), de les stocker, de les partager et de les vendre.

Tout comme Facebook et Google, les FAI pourront promettre aux annonceurs de les diriger vers les profils qui sont les plus pertinents pour eux.

Google et Facebook et même Amazon pourraient donc voir leur position dominante menacée par ces nouveaux concurrents.

Alors, la chute de Facebook marque-t-elle simplement une légère consolidation de parcours ou un début de retournement ? Nous verrons bien. Mais historiquement, des ratios cours sur bénéfice supérieurs à 100 n’ont jamais duré très longtemps. [NDLR : Marchés actions américains, européens, marchés obligataires, tout est lié et interdépendant. Si la bulle de tout éclate, votre patrimoine est-il protégé ? Découvrez ici quelques précautions simples à prendre et notamment pourquoi vous devriez vus méfier des ETF ou trackers indiciels.]

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Mots clé : -

Un commentaire pour “Le début de la fin pour les FAANG ?”

  1. La sortie des capitaux des FAANG pourrait également bénéficier aux autres valeurs (rotation du capital) donc sans impact sur l’indice global. Par exemple les capitaux pourraient s’orienter justement vers les FAI qui bénéficient des changements réglementaires que vous évoquez.

    Cela dit après avoir pris 20% de baisse FB ne se vend maintenant plus que 29 fois son bénéfice 2017, et 25 fois son bénéfice trimestriel 2018 (Q1) annualisé.

Laissez un commentaire