Alerte sur la croissance chinoise… un krach durable

Rédigé le 24 août 2015 par | Croissance, pays émergents, Epargne Imprimer

▪ La Chine a publié un chiffre de croissance de 7% au deuxième trimestre 2015…

Cependant, alerté par une série d’évolutions très défavorables…

– forte perte de compétitivité de l’industrie avec la hausse rapide des coûts salariaux ;
– saturation des besoins en logements, en infrastructures, d’où le ralentissement de l’investissement en construction ;
– forte réduction des exportations de produits assemblés en Chine, avec la hausse des coûts salariaux
– recul des besoins d’investissement

… Patrick Artus, directeur des études économiques de Natixis essaie d’estimer la "vraie" croissance de la Chine dans la période récente en partant de relations statistiques supposées stables entre :

– le PIB et les importations ;
– le PIB et la production d’électricité ;
– le PIB et le fret (routier, ferroviaire, maritime).

Ceci le conduit à une estimation de la croissance de la Chine au deuxième trimestre 2015 de l’ordre de 2% en rythme annuel

Ceci le conduit — non, vous ne rêvez pas — à une estimation de la croissance de la Chine au deuxième trimestre 2015 de l’ordre de 2% en rythme annuel, en prenant la moyenne des différentes estimations. Rappelons tout de même que cette croissance était officiellement de 7% sur cette même période…

AGISSEZ AVANT LE 1er SEPTEMBRE
POUR PROFITER DE CETTE FAILLE !

Au 1er septembre 2015, une nouvelle mesure prévoit d'interdire les paiements en espèces ou en monnaies électroniques pour des montants supérieurs à 1 000 euros.

Cette mesure comporte en réalité une faille qui pourrait non seulement vous permettre de régler vos achats sans plafonds, mais en plus vous rapporter des intérêts spectaculaires !

Cliquez ici pour découvrir la faille de cette nouvelle mesure…

 

D’un point de vue économétrique, (l’économétrie est une branche de l’économie qui a pour objet de vérifier la relation entre des variables économiques et de quantifier concrètement ces relations à partir de séries statistiques) l’analyse de Natixis est cohérente.

La relation entre les variables explicatives (importations, production d’électricité et fret) et la variable expliquée est quantifiée.

▪ Quels sont les vrais chiffres ?
La sensibilité (dans le jargon des économistes/économètres, on parle aussi d’élasticité) estimée des importations au PIB est de 1,93. Cela veut dire qu’une hausse de 1,93% des importations entraîne une hausse de 1% du PIB. Si la croissance sur un an du PIB était donc vraiment de 7% au deuxième trimestre 2015, on serait en droit d’attendre une croissance des importations de 13,5%. Or nous avons observé une croissance en rythme annualisé de 4,3% des importations au premier semestre 2015, ce qui est plutôt compatible avec une croissance du PIB de seulement 2,2%.

La croissance observée sur un an de la production d’électricité en Chine au deuxième trimestre 2015 est compatible avec une croissance du PIB de 2,4%

L’élasticité estimée de la production d’électricité au PIB sur la période 1996-2013 est de 1,77.
La croissance observée sur un an de la production d’électricité en Chine au deuxième trimestre 2015 est compatible avec une croissance du PIB de 2,4%.

Enfin, l’élasticité vis-à-vis du PIB estimée sur la période 1996-2013 est de :
– 0,92 pour le fret routier ;
– 1,43 pour le fret ferroviaire ;
– 0,60 pour le fret maritime.

Avec les évolutions observées du fret, les calculs de Natixis feraient ressortir la croissance du PIB de la Chine sur un an à +5,8% (si l’on retient le fret routier), à -8,7% (si l’on retient le fret ferroviaire) et à +5,0% (si l’on retient le fret maritime), soit +0,7% en moyenne pondérée.

En supposant une relation stable entre la croissance du PIB et celle des importations, de la production d’électricité, du fret (routier, ferroviaire, maritime), on parvient à une estimation de la croissance du PIB de la Chine de l’ordre de 2% par an au début de 2015. Le krach boursier chinois serait donc loin d’être fini. Quelles sont les couvertures et les stratégies les plus appropriées pour vous couvrir contre la poursuite d’une catastrophe sur les indices boursiers chinois ?

C’est ce que nous verrons prochainement… mais vous pouvez déjà commencer en cliquant ici.

Mots clé : -

Mory Doré
Mory Doré
Economiste

Mory Doré est un professionnel des marchés financiers depuis plus de 20 ans ayant exercé différentes fonctions dans plusieurs grands groupes bancaires : économiste de marché ; trader et arbitragiste sur produits dérivés de taux d’intérêt ; trésorier et responsable de l’allocation des excédents de fonds propres ; responsable gestion financière.

Aujourd’hui, il est responsable du département des risques financiers dans un grand groupe bancaire mutualiste.

Durant ces 10 dernières années, il est un interlocuteur privilégié de la gestion financière et des risques financiers de son établissement auprès de différentes instances et institutions : commissaires aux comptes, Commission bancaire, Comité d’audit et Comité d’entreprise.
Il possède un diplôme de statisticien économiste de l’école nationale de la Statistique et de L’Administration économique ainsi qu’une maîtrise d’Econométrie de l’Université de Bourgogne (Dijon).

Laissez un commentaire