L’inutilité de la hausse du prix du tabac

Rédigé le 12 décembre 2017 par | Politique et vie quotidienne Imprimer

Le paquet de cigarettes à 10 € pour dissuader les fumeurs ? Encore une fausse bonne idée, sauf pour les caisses des organisations terroristes…

Six étapes en trois ans : la ministre de la Santé a annoncé récemment la politique de hausse tarifaire qui fera augmenter le prix du paquet de cigarettes à 10 €. Pour le gouvernement, il faut un choc tarifaire afin de réduire considérablement le nombre de fumeurs en France. Il a tort. Cette augmentation sera inefficace et produira des conséquences malvenues.

Les augmentations tarifaires du tabac se poursuivent en même temps que le marché noir de ces produits prospère. L’effet des dealers de tabac n’est plus qu’un phénomène des alentours de la Gare du Nord à Paris. D’après un rapport KPMG de 2015 (1), 15% de tout le tabac consommé en France provient de filières illicites. Trafic d’autres pays et contrefaçons : le marché noir s’enrichit à cause de la politique anti-tabac française.

Les profits de cette contrebande nourrissent largement des organisations terroristes, comme le relève l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC). D’après eux, l’IRA, Al-Qaïda et Daesh se financent partiellement avec l’argent de ces ventes (2) :

« Ainsi, en tant que crime global se chiffrant en milliards de dollars, les groupes criminels organisés n’hésitent pas à s’engouffrer dans la brèche du commerce de marchandises contrefaisantes ».

Ce constat souligne l’opportunisme de ces groupes et leur tendance à se diriger vers des activités traditionnellement considérées comme des crimes économiques.

cigarettes

Une hausse radicale du prix du tabac ne pourra pas convaincre les consommateurs d’arrêter la cigarette ; elle incitera plutôt une large partie de consommateurs à chercher des alternatives. Les cigarettes issues de contrefaçons présentent beaucoup de dangers : ingrédients très nocifs, papier non-conformes aux standards de sécurité, filtres en plastiques toxiques lorsqu’ils chauffent. Sous cet aspect, cette politique anti-tabac est mauvaise pour la santé et de plus discriminatoire.

Tandis que les cigarettes restent abordables pour une large partie de la population, elles deviennent inaccessibles pour les modestes. C’est justement ceux qui iront se procurer leur tabac sur le marché noir, là où il encoure le plus de danger pour la santé.

L’efficacité des augmentations de prix sur la consommation est toujours plus discutable que ce que les gouvernements prétendent. Si l’on regarde l’évolution de la consommation après la hausse de 2008, on peut certes constater une diminution au niveau des ventes mais le gouvernement ignore que la baisse des ventes n’est pas en corrélation avec la diminution de la consommation. L’application du « paquet neutre », n’a pas donné de résultats convaincants (3) :

« En 2016, les ventes de cigarettes avaient reculé de 1,2%, en raison de l’impact du marché parallèle (c’est-à-dire les achats à l’étranger ou de contrebande) selon les buralistes et cigarettiers, quand les professionnels de santé assurent que cette baisse, accentuée sur les mois de novembre et décembre, est liée à l’arrivée du paquet neutre dans l’Hexagone. »

D’après l’économiste Bastiat, « ce qu’on voit » est la diminution de la vente légale, mais « ce qu’on ne voit pas » est le déplacement de cette demande vers le marché noir.

Une politique publique ne doit pas s’évaluer par ses intentions mais par ses résultats.

Cette politique devrait aussi nous faire réfléchir au vrai rôle de l’Etat. Avons-nous envie de nous retrouver avec un Etat-nounou qui nous dicte nos principes de vie, et inspire nos décisions de santé ? Avons-nous envie d’être infantilisé au point d’être ridicule ? Personne n’essaye de nous convaincre que fumer est bon… [NDLR : ne faites pas non plus dépendre la rentabilité de vos investissements de l’Etat. Pour rejoindre le club des nouveaux millionnaires, mieux vaut s’appuyer sur des entreprises exerçant dans un secteur concurrentiel en croissance plutôt qu’un secteur encadré par l’Etat. Comment investir dans de telles entreprises et viser des plus-values gigantesques ? Tout est ici.]

Mots clé : - - -

Bill Wirtz
Bill Wirtz

Bill Wirtz est analyste de politiques pour le Consumer Choice Center. Ses articles sont publiés par Le Monde, Le Figaro, Les Echos, Le Soir, La Libre Belgique et L’Echo.

Un commentaire pour “L’inutilité de la hausse du prix du tabac”

  1. Ben oui,nous sommes diriger par des « neu-neu » qui croient tout connaitre , et au final le résultat est pire que pire…En voulant le bien de la population (mais surtout le bien des caisses de l’état !!!!), ils vont provoquer le mal ….quelle bande de Nuls…….

Laissez un commentaire