La confiance peut-elle vaciller ?

Rédigé le 13 septembre 2018 par | Bitcoin et autres cryptomonnaies, Inflation, dettes et récession, Or et Argent, Simone Wapler Imprimer

L’or et les cryptomonnaies chutent. La confiance du public dans la monnaie des banques centrales est encore bien ancrée… jusqu’à ce que l’inflation surgisse dans les prix.

Les marchés financiers vont bien : aucune chute sévère des obligations, aucun défaut de paiement, aucune retentissante faillite malgré un niveau d’endettement jamais atteint dans l’histoire financière et une activité économique en faible croissance.

Dans ce qu’il est maintenant convenu d’appeler l’économie réelle, l’épargne est désormais punie par des taux d’intérêt réels négatifs. Si vous placez vos économies, les intérêts qu’on vous propose sont inférieurs à l’inflation.

En général, ce type de situation profite à l’or, le seul actif financier qui ne soit la dette de personne. Aujourd’hui, il n’en est rien. Les cours de l’or stagnent et les minières décrochent, preuve que plus personne ne s’intéresse réellement à cette monnaie hors système.

graph_chute_or

 

Depuis peu, il existe une nouvelle monnaie « hors système » : le bitcoin et la famille des cryptomonnaies.

Contrairement à l’or, les cryptomonnaies n’ont aucune existence matérielle mais comme l’or, elles ne sont la dette de personne.

 

Connaissez-vous cette minuscule société à 3,10 € ?

Elle pourrait vous rapporter jusqu’à 54 567% de gains grâce à l’explosion d’une technologie émergente… qui devrait représenter un marché de 15 700 Mds$ d’ici quelques années – plus que tout le PIB de la Zone euro !

Pour vous positionner avant que l’envolée se produise – et profiter de plus-values optimales – cliquez ici.

 

 

Comme les devises des banques centrales, les cryptomonnaies n’ont aucune valeur intrinsèque. Mais contrairement aux grandes devises, leur quantité ne dépend pas du bon vouloir d’un technocrate omniscient ou d’un politicien soucieux d’acheter sa réélection.

Alors même qu’un de ces technocrates omniscients, Olivier Blanchard, ancien chef économiste du FMI, suggère de lever toute limite à la création monétaire et la création de crédit, le cours du bitcoin est en pleine déprime.

graph_chute_bitcoin

[NDLR : Cette chute est cependant une opportunité si vous voulez abriter un peu d’argent dans les cryptomonnaies et profiter de la grande collision technologique qui se profile pour la fin de l’année. Découvrez ici les opportunités qu’elle va faire surgir.]

Les monnaies hors système n’attirent personne. Tout le monde a confiance, tout le monde pense qu’un invraisemblable stock de créances, dépassant les capacités d’une génération, sera honoré.

L’argent, le vrai, celui qui a été vraiment gagné ou légitimement acquis  ne fuit pas le système, sinon ce serait l’inflation puis l’hyperinflation comme au Venezuela.

Mais vous connaissez notre adage, cher lecteur : quand tout le monde pense la même chose, c’est le signe que personne ne pense…

Les mystères de l’inflation et ses ressorts psychologiques

Avant Crésus, la monnaie étatique n’existait pas et le crédit était limité.

Depuis Crésus, soit plus de 2 500 ans, il n’existe pas d’exemple historique où l’inflation monétaire ne se soit pas traduite par une inflation des prix.

En revanche, la transmission de l’inflation monétaire vers les prix est un phénomène qui dépend du comportement de chacun et de ce que les économistes appellent la vélocité monétaire. Il faut que :

– Les gens soient convaincus qu’il y a avilissement de la monnaie

– Qu’ils aient envie de s’en débarrasser

– Qu’ils trouvent à s’en débarrasser

La création monétaire est d’abord faite pour lutter contre la « déflation » : une autorité veut faire croire qu’elle a de l’argent (ou dispose de crédit) alors que c’est faux et qu’elle est en réalité en incapacité de paiement.

Il faut donc que chez les gens la peur de l’inflation remplace progressivement celle de la  déflation. « Je dépense parce que les prix vont augmenter » remplace « j’économise parce que ça va mal ».

Il faut aussi que ceux qui ont profité de l’inflation, ceux qui étaient les plus proches de la création monétaire, aient envie de matérialiser leurs gains. « Houlà, il est temps de ramasser mes plus-values et d’aller les abriter dans quelque chose de solide » remplace « chic, il y a de l’argent et même bidon, je sais comment en profiter ! »

C’est la conjonction des deux comportements qui fait que l’inflation s’emballe.

« Une croissance significative de l’inflation finira par faire augmenter le prix de l’or. Investir dans l’or maintenant est une assurance. Ce n’est pas dans une perspective de gain de court terme mais pour une protection à long terme.

 […]

 Personne ne refuse l’or en paiement pour solder une obligation. Les instruments de crédit et les monnaies fiduciaires dépendent de la note de crédit d’une contrepartie. »

Alan Greenspan, février 2017 devant le World Gold Council

 

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire