Des gilets pare-balles en Ohio

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

Depuis le 11 septembre 2001, selon le journal londonien The Observer, "une industrie très lucrative" est née aux Etats-Unis — protéger la mère-patrie contre les terroristes. On n’avait pas vu un tel racket à la protection depuis le maffieux Lucky Luciano dans le New York des années 20. Dans tous les états de l’Union, il n’y a peut-être pas assez de terroristes pour remplir une petite prison de campagne, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’argent à faire dans le domaine de la sécurité nationale.

Un torrent de ténèbres

Rédigé le 1 janvier 1970 par Byron King | Article

La Chine est en plein boom. Les gens ont de l’argent. Je n’ai jamais vu une telle concentration de grues de construction. Il y avait des centaines de grues, et on aurait dit que tous les endroits que nous visitions étaient en construction. Les rues étaient encombrées de gens bien habillés, et les magasins étaient bondés. Mais à quoi bon, si on peut à peine respirer ?

Les marchés filent à l'anglaise

Rédigé le 1 janvier 1970 par justicelitle | Article

C’est très vrai. Tous les investisseurs et traders expérimentés ont des méthodes de travail permettant de gérer le court terme. En fait, si vous êtes un trader, le court terme est votre habitat naturel, ce qui vous facilite la tâche lorsqu’il s’agit d’effacer l’ardoise et de chercher de nouvelles pistes.

Du nucléaire dans votre poubelle

Rédigé le 1 janvier 1970 par justicelitle | Article

Le déversoir amène les ordures dans un fourneau géant, qui les force ensuite à descendre sur une grille. La grille en question possède des barreaux mobiles qui mélangent les ordures en combustion avec les ordures fraîchement arrivées, afin de les enflammer. Ce fourneau est très chaud — entre 982 et 1 100°C. Les parois du fourneau sont revêtues de tubes d’acier ; la chaleur du procédé de combustion transforme l’eau dans ces tubes en vapeur.

Eau australienne

Rédigé le 1 janvier 1970 par Dan Denning | Article

Il nous a fallu un petit moment pour comprendre qu’un jeune Français nous informait des problèmes de l’eau en Australie durant notre pause déjeuner dans Acland Street la semaine dernière. A priori, il avait de bons arguments. Nous ne savons pas grand’chose de la politique forestière australienne. Mais logiquement, couper des arbres dans le bassin hydrographique diminue la quantité d’eau souterraine stockée après les chutes de pluie. Le sol exposé s’érode plus rapidement, et l’eau de pluie s’écoule dans les rivières puis vers la mer.

Bons points pour les céréales

Rédigé le 1 janvier 1970 par Chris Mayer | Article

L’épuisement des ressources en eau — particulièrement en Chine et en Inde. Nous avons déjà longuement parlé de ce phénomène. McLornan présente un argument intéressant dans ce domaine : la manière la plus efficace, pour la Chine et l’Inde, d’économiser l’eau est d’importer des céréales, puisqu’il faut 1 000 tonnes d’eau pour produire une tonne de céréales.

Demi teintes

Rédigé le 1 janvier 1970 par Françoise Garteiser | Article

Une fin de semaine en demi-teinte pour les places mondiales vendredi. Du côté européen, on reprenait quelques forces ; du côté américain, par contre… des fissures commencent à apparaître non plus seulement sur les marchés, mais bel et bien dans l’économie elle-même.

Où va l'argent-metal ?

Rédigé le 1 janvier 1970 par Doug Casey | Article

Il y a des différences significatives entre l’or et l’argent-métal. La demande d’or est presque entièrement destinée à des fins financières (protection et profit) et pour des utilisations en joaillerie. Bien peu d’or est consommé, en réalité. Dans ce domaine, l’or est à l’opposé complet d’un métal de base comme le fer, que les gens achètent uniquement dans le but de l’utiliser. L’argent-métal a un pied dans chacun de ces domaines ; on en achète dans le but de le consommer, ou bien pour des raisons de profit ou de protection financière.

Crime et bâtiment

Rédigé le 1 janvier 1970 par lebanquiercentral | Article

… Il est beau, le cinématographe contemporain ! Et l’on croit que ces choses-là vont se vendre ? A quoi songent donc nos producteurs ? A prendre toujours plus de risques artistiques, voilà à quoi ! Jamais à gagner de l’argent ! Sans se soucier des malheureux spectateurs qui désertent par milliers les salles obscures !

Les limites de la confiance

Rédigé le 1 janvier 1970 par Simone Wapler | Article

La Chine a annoncé fin juillet le décrochage du yuan par rapport au dollar. Une page d’histoire monétaire se tourne doucement : la fin du règne de l’étalon-dollar. L’improbable hausse simultanée de l’or et du dollar du mois de juin montre que la confiance des investisseurs dans le billet vert s’érode.

Petite consolidation du métal précieux

Rédigé le 1 janvier 1970 par Simone Wapler | Article

La consolidation actuelle ne remet pas en cause les fondamentaux haussiers à plus long terme, comme le montre le comportement des minières. Ainsi, Anglogold a annoncé ne plus vouloir signer de contrat à terme. D’autres se sont engagées dans des acquisitions de juniors pour s’emparer de bonnes réserves. En dehors du spectaculaire rachat de Placer Dome par Barrick, Yamana a jeté son dévolu sur RNC Gold ; une autre canadienne, Goldcorp s’est emparé Virginia Gold et Iamgold de Gallery Gold. Ces opérations, effectuées en décembre, ont conduit à revaloriser le cours des proies de 20 à 25 %. Les minières demeurent donc encore un bon investissement, tant que le ratio once d’or / XAU reste favorable.

Une histoire d'orignal

Rédigé le 1 janvier 1970 par Le Mogambo Guru | Article

Et c’est là que j’ai eu une Fabuleuse Idée Mogambo (FIM). Il s’agissait de louer un costume d’orignal et d’aller à Jackson Hole. Déguisé en véritable orignal, je m’aventurerai, l’air de rien, tout mignon et gentil, assez près de la conférence pour capter l’attention de tous. Ensuite, je mugirai, vraiment comme un orignal : "L’Esprit de l’Orignal l’exige : envoyez-moi Ben Bernanke !". Ce dernier sortirait en disant : "qu’est-ce que tu veux, l’orignal ?". Ensuite, avec un effet tout à fait dramatique, je sauterais hors de mon costume d’orignal en criant, avec un accent russe à couper au couteau : "Ha ! Je ne suis pas un orignal, mais bien le Mogambo Guru !".

La nature des désastres

Rédigé le 1 janvier 1970 par Byron King | Article

L’humanité est toujours aussi aveugle — et c’est quasi volontaire — en ce qui concerne la capacité de prévoir et d’éviter les désastres qui se préparent.
Prenons un exemple de désastre moderne : personne ne pourra oublier les fameux mots prononcés le 28 janvier 1986 par le centre de contrôle de la NASA — et qui sont peut-être le plus bel euphémisme du 20ème siècle : "il semble que nous ayons un dysfonctionnement majeur du véhicule".