Accueil Epargne L’affaire Peugeot, une illustration du ratio price to book