flying_dollars-150x150

L’assouplissement quantitatif de la Fed, plus fort que l’affaire Madoff !

Rédigé le 16 janvier 2014 par Bill Bonner | Article, Bill Bonner

Hier, nous avons fait un geste citoyen auprès de la SEC (l’équivalent américain de l’AMF). “Nous voulons révéler une gigantesque affaire de manipulation boursière”, avons-nous dit à l’agent très courtois qui a répondu à notre appel téléphonique…

Que la punition corresponde au crime !

Rédigé le 1 juillet 2009 par Bill Bonner | Article

Tous les journaux semblaient ravis. "Enfermé pour la vie !" titrait l’un d’entre eux. Ses victimes voulaient qu’on n’ait aucune pitié pour lui — et le juge n’en a eu aucune : il a imposé la sentence maximum. Madoff est "extraordinairement néfaste", a-t-il déclaré. Justice est faite, non ? En faite, nous n’en sommes pas certain

Une pyramide de 150 ans de silence

Rédigé le 30 juin 2009 par Philippe Béchade | Article

Bernard Madoff a écopé de 150 ans de prison. Les plaignants ne savent pas grand-chose ; ils n’en sauront donc probablement pas davantage sur les possibles complicités familiales… mais qui ne seront pas inquiétés. Idem sur la troublante complaisance de la SEC, qui a délibérément omis d’enquêter malgré l’envoi de renseignements très documentés mettant en évidence une arnaque pyramidale. Et LA question qui va continuer de tarauder les victimes reste la suivante : où est passé l’argent

"Un contrat, c'est un contrat"…

Rédigé le 17 mars 2009 par Philippe Béchade | Article

Vous avez pu croire durant 24 heures que la planète avait cessé de marcher sur la tête — mais c’était compter sans AIG qui révèle le versement 165 millions de dollars de bonus à ses plus hauts dirigeants… lesquels ont fait couler le n°1 mondial de l’assurance (renfloué pour une somme provisoire de 180 milliards de dollars prélevée sur l’argent des contribuables)

Gigolo et finance

Rédigé le 11 mars 2009 par Bill Bonner | Article

Le Wall Street Journal se demande désormais ouvertement si le Dow pourrait chuter jusqu’à 5 000. Barron’s aussi. C’est "une possibilité baissière", déclare le Wall Street Journal. Mais Barron’s exprime ce que nous pensons être encore le sentiment dominant sur les marchés : "le Dow chutera-t-il jusqu’à 5 000 points ?", demande-t-il. "Nous ne le pensons pas", répond-il immédiatement. Non seulement les journaux envisagent nos cibles pour le Dow, mais ils commencent à piger ce qui est vraiment en train de se passer

Paradis fiscaux et cauchemars gouvernementaux

Rédigé le 20 février 2009 par Philippe Béchade | Article

Non, ce n’était pas un phénomène de déjà-vu ni une version boursière du film Un jour sans fin : la séance d’hier a été un véritable bis de celle de mercredi — les applaudissements en moins, la crispation en plus. Elle a en effet clôturé en tout juste négatif de 0,05% malgré des gains résiduels au cours du dernier quart d’heure et des volumes d’échanges parfaitement identiques. Les opérateurs n’ont pas pu se consolider avec une volatilité de tous les diables