déficit public

Le déficit commercial français découle en partie du déficit public

Rédigé le 15 mai 2018 par Olivier Myard | Argent public, Inflation, dettes et récession

Les déficits de notre pays affectent votre pouvoir d’achat. La pression fiscale va s’accroître et vous devriez envisager de vous créer de nouvelles sources de revenus…

banques centrales

Fin du QE3 : la Fed serait-elle vraiment sérieuse ?

Rédigé le 7 août 2013 par Françoise Garteiser | Epargne, Indices, marches actions, strategies

Le déficit commercial français est en baisse, sous les 30 milliards d’euros. C’est une baisse de 16% par rapport au premier semestre 2012, selon Le Monde…

Chine/Etats-Unis : parlementer ou se battre ?

Rédigé le 8 février 2010 par Addison Wiggin | Epargne

Il y a quelques jours, le président Obama a dit aux démocrates du Sénat US qu’il espérait pouvoir faire pression sur la Chine pour qu’elle se conforme aux accords commerciaux, sans préciser quels accords la Chine avait rompus, ni comment. Puis il a laissé entendre que la balance commerciale entre les Etats-Unis et la Chine devait être détraquée puisque que le yuan est surévalué par rapport au dollar, mais à aucun moment il n’a mentionné le nom de la Chine

Un séisme macro-économique

Rédigé le 22 avril 2009 par La rédaction | Epargne

Si vous n’avez pas encore vu le "film à gros budget" d’Addison et de Kate, l’intrigue principale repose sur son protagoniste, David Walker, ancien chef du Bureau des responsabilités du gouvernement américain, durant ce qu’on peut appeler sa "tournée de réveil budgétaire". M. Walker parle de la dette, du déficit et des illusions du dollar dans des conseils municipaux à travers tout les Etats-Unis, pour tenter de sensibiliser les gens aux dangers de politiques monétaires et fiscales hasardeuses

Tout le monde le fait

Rédigé le 15 septembre 2008 par Bill Bonner | Epargne

Lorsqu’on ne peut pas quémander, emprunter ou voler l’argent pour rembourser ses obligations nécessaires, on fait faillite. Voilà pourquoi les autorités américaines sont intervenues pour prendre le contrôle de Fannie et Freddie. Les prêteurs hypothécaires avaient besoin de cash. Et au taux d’intérêt demandé par les prêteurs privés — pour se protéger contre la possibilité improbable que Mac et Mae ne puissent jamais les rembourser — il semblait qu’ils ne pourraient jamais se sortir de leur trou de 100/200 milliards de dollars