30 preuves de la plus grosse bulle financière de tous les temps | La Chronique Agora


30 preuves de la plus grosse bulle financière de tous les temps

Rédigé le 23 février 2017 par | Banques Centrales Imprimer

La « grosse vilaine bulle » que Trump, alors candidat à la présidence, avait identifiée à propos des marchés américain est réelle.

Nous vous en avons déjà donné 20 preuves dans de récentes Chroniques. Nous versons aujourd’hui cinq nouvelles preuves à notre dossier.

21. Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises

Le graphique ci-dessous représente la valeur de l’indice S&P 500 divisé par les résultats des entreprises. A nouveau, nous avons atteint des niveaux historiques : les entreprises n’ont jamais été aussi valorisés par rapport aux résultats qu’elles sont capables de délivrer. Lorsque (et non pas si) la bulle éclatera, la chute sera sévère.

Le marché n’a été aussi proche du niveau actuel de 11,3 que durant quelques mois de pure frénésie de marché au début du siècle, en 1999.

S&P 500 Capitalisation/EBDITA Zerohedge

22. La hausse des prix des produits de base devient évidente

Jeff Desjardins remarque dans Visual Capitalist : « les prix grimpent en flèche mais uniquement pour les produits nécessaires. »

Alors que l’inflation fait augmenter les prix dans tous les secteurs d’un marché donné, les Etats-Unis connaissent une hausse modérée dans des secteurs spécifiques de l’économie.

Les prix grimpent en flèche, mais seulement pour les produits de base Cliquez sur le graphique pour l’agrandir Visual Capitalist

Vous souvenez-vous de dinosaures comme Circuit City (distributeur américain spécialisé dans le commerce d’ordinateurs personnels, de jeux vidéo et de produits électroniques grand public, NDLR) ou Radioshack (entreprise américaine de vente de produits et de composants électroniques, NDLR) ? La disparition de telles enseignes de proximité pourrait bientôt avoir lieu dans des secteurs qui connaissent une forte hausse des prix.

23. Banques systémiques et risque systémique toujours plus intense

Les grandes banques sont aussi interdépendantes et dangereuses qu’elles l’étaient avant la crise de 2008. Le FMI indique que la Deutsche Bank est « le contributeur net le plus important aux risques systémiques. »

Une telle interdépendance peut entraîner un effet de contagion à travers le monde entier. Lorsqu’une banque A un prend froid, la suivante B a une pneumonie.

d International Monetary Fund

Selon ce rapport du FMI, « les noeuds bleus, violets et verts indiquent les banques européennes, américaines et asiatiques, respectivement. L’épaisseur des flèches montre les liens (vers l’intérieur comme vers l’extérieur) et la flèche montre la direction des retombées. La taille du noeud reflète la taille des actifs. »

24. Des banques plus grosses et plus endettées qu’avant 2008

Les grosses banques laisseront un cratère encore plus grand qu’en 2008 lorsque l’énorme bulle de la dette éclatera.

Selon le U.S Treasury Office of Financial Research, « la taille de la banque est un composant important du risque systémique. »

La taille des bulles ci-dessous devrait vous alarmer.

Actif et passif des banques américaines systémiques Office of Financial Research

« … le défaut d’une banque avec un fort indice de connectivité aura un effet plus grand sur le reste du système bancaire. En effet, l’origine de son défaut se répandra sur les autres institutions financières, créant un effet de cascade qui pourrait conduire à d’autres défauts. »

« Un effet de levier élevé, mesuré comme le ratio du total des actifs rapporté au capital Tier 1, a tendance à être associé à une forte connectivité financière ; or, beaucoup des plus grandes institutions sont élevées sur les deux dimensions…

« Plus grande est la banque, plus l’effet d’entraînement est élevé si elle fait défaut ; plus son effet de levier est élevé, plus elle est encline à faire défaut sous la pression ; et plus son indice de connectivité est élevé, plus grande sera la part du défaut qui entrera en cascades dans le système bancaire. »

« Le produit de ces trois facteurs fournit une mesure globale du risque de contagion que posent les banques pour le système financier. » [NDLR : L’euro tel que nous le connaissons aujourd’hui pourrait-il survivre à un choc sur une grande banque européenne ? Alan Greenspan, l’ancien président de la Fed, se dit inquiet pour l’avenir de l’euro et considère que cet indicateur est une des clés. Découvrez-le ici.]

25. Un « choc des prix » des actifs à venir selon l’Office of Financial Research américain

Le PER montre la valeur de l’action d’une entreprise rapporté à son résultat. Le graphique ci-dessous montre que le PER, cycliquement ajusté, a atteint un niveau correspondant à ce qu’on avait avant les trois plus grands déclins du marché boursier durant le siècle dernier.

On peut le voir dans le graphique ci-dessous :

d Office of Financial Research

« Le prix de l’immobilier commercial a également grimpé et les taux de capitalisation, l’une des mesures du rendement attendu sur un bien immobilier, sont proches des plus bas records. Un choc des prix dans l’un de ces marchés pourrait menacer la stabilité financière américaine si les actifs étaient principalement détenus par des entités qui utilisent des effets de levier à hautes doses et du financement à court terme.

« Un choc des prix qui coïnciderait avec une forte hausse des défauts des entreprises américaines amplifierait les risques… Nous sommes préoccupés par les risques de marché auxquels les banques et assureurs américains sont exposés. »

Voici un récapitulatif des 25 des 30 preuves de l’existence de la « grosse vilaine bulle » dénoncée par Trump avant son élection. En cliquant sur les liens vous pouvez retrouver les précédents signaux que nous estimons dangereux.

  1. Piège des taux bas
  2. Même les riches calent
  3. Les capitaux spéculatifs atteignent des niveaux historiques
  4. Les esclaves de la dette face au risque des taux
  5. La Chine surendettée
  6. Crédits automobiles américains : le prochain subprime
  7. Le risque démographique est mal perçu
  8. « Trop gros pour faire faillite » – encore et toujours
  9. Dans les économies occidentales, les prix de l’immobilier sont sous stéroïdes
  10. Le crédit chinois grimpe en flèche sans contrepartie productive
  11. La réserve fédérale est coincée
  12. Les chiffres des achats de Noël signalent une perte de confiance
  13. Le gouvernement américain détient la facture des consommateurs
  14. Explosion des prêts étudiants aux Etats-Unis
  15. La dette publique en forte augmentation
  16. Le patrimoine immobilier des ménages à un plus haut historique
  17. Les prix des actions à des niveaux record
  18. L’immobilier commercial est encore plus haut qu’en 2008
  19. Le piège de la dette fédérale
  20. Le chiffre d’affaires des entreprises du Dow Jones baisse depuis cinq ans
  21. Le S&P n’a jamais été aussi cher comparé aux bénéfices des entreprises
  22. La hausse des prix des produits de base devient évidente
  23. Banques systémiques et risque systémique toujours plus intense
  24. Des banques plus grosses et plus endettées qu’avant 2008
  25. Un « choc des prix » des actifs à venir selon l’Office of Financial Research américain

Nous verserons les cinq dernières preuves à notre dossier de méga bulle sans précédent historique, après-demain, le 25 février.

Craig Wilson

Mots clé :

Laissez un commentaire