Macron victime du Syndrome Chirac? Réformes au ralenti et maladresse | La Chronique Agora


Macron s’englue-t-il comme Chirac ?

Rédigé le 26 février 2018 par | A la une, Epargne, Politique et vie quotidienne Imprimer

Le gouvernement ouvre de nombreux chantiers de réforme, mais semble en difficulté pour les mener à bien. C’est le syndrome Chirac.

La volonté de réforme s’englue peu à peu dans les résistances ordinaires, et il faut dépenser une énergie grandissante pour obtenir des conquêtes de moins en moins ambitieuses. Le Président entre progressivement dans la partie la plus compliquée de son mandat.

Quoiqu’en disent les médias subventionnés, la situation d’Emmanuel Macron dans le pays est loin d’être enviable. Les derniers sondages d’opinion le créditent d’une cote de confiance à peine supérieure à celle de François Hollande au même stade de son mandat. Il en est à 40% de popularité, contre 36% pour François Hollande à la même époque.

D’autre part, le mandat d’Emmanuel Macron présente des difficultés assez proches de celles que François Hollande a connues. Sa majorité parlementaire connaît d’importantes fissures, révélées à l’occasion du débat sur le droit d’asile et la politique d’immigration. La thématique du pouvoir d’achat se dresse comme un plafond invisible au-dessus des projets gouvernementaux. Les affaires concernant des ministres commencent à inquiéter les Français. C’est particulièrement le cas avec Gérald Darmanin.

Des réformes au ralenti

Dans ce contexte morose, les réformes initiées par le président de la République paraissent avoir du plomb dans l’aile.

La méthode de concertation du gouvernement recèle en elle-même sa part de déception. Utilisée pour le PACTE, comme pour la SNCF ou la réforme de l’État, elle consiste à fixer un cap, puis à se donner du temps pour décider la route à suivre pour l’atteindre. Cette technique donne forcément le sentiment passager d’une dilution des décisions dans le temps, qui peut perturber l’opinion.

Lorsque l’indécision s’instille dans le déroulement des opérations, la perplexité grandit. On le voit dans le débat sur l’immigration et le droit d’asile. La majorité semble vaciller sur le texte. L’enthousiasme des premiers jours cède peu à peu la place aux querelles intestines traditionnelles aux majorités qui se succèdent.

Du coup, l’annonce d’un renouvellement semble déceptive.

Deux poids deux mesures pour le privé et le public

Une caractéristique accroît ce sentiment de déception: c’est l’inégalité de traitement entre les sujets. La thématique du « président des riches » l’a bien mis en exergue.

Lorsqu’il s’est agi de réformer le Code du travail en instaurant plus de flexibilité dans les normes, Macron n’a pas tremblé. Ni même lorsqu’il s’est agi d’augmenter la CSG, qui frappe aujourd’hui dans toute sa largeur les retraités. Ni même lorsqu’il s’est agi d’alléger la fiscalité des plus riches, alors même que des taxes frappant la consommation étaient créées.

En revanche, le gouvernement a semblé beaucoup plus mou dès lors qu’il a fallu rendre les contreparties. La taxe d’habitation n’est pas encore supprimée. Les cotisations salariales ont disparu, mais leur effet est annihilé par les augmentations de taxe par ailleurs.

En outre, le gouvernement ne semble pas pressé de demander à ses fonctionnaires les efforts qu’il a imposés d’emblée aux salariés du privé.

La dilution de l’autorité gouvernementale complique les réformes

Ce procès d’intention en inégalité de traitement que les Français dressent sous le manteau contre leur gouvernement est nourri par les maladresses gouvernementales.

On a probablement mal mesuré l’effet délétère d’incidents comme le retour en avion à 300 000 € d’Édouard Philippe. Le discours sur les nécessaires limitations de vitesse sur nos routes nationales tenu par le même Premier Ministre en a immédiatement souffert.

Les affaires qui se multiplient au gouvernement participent toutes à cette perte progressive d’autorité qui complique le travail ministériel. Celles qui entourent Gérald Darmanin risquent de peser lourd. Dans l’hypothèse où ces affaires prospéreraient, la solidarité dont le ministre du Budget a bénéficié de la part du Premier Ministre risquerait de plomber encore un peu plus le contexte politique ambiant.

L’engluement progressif de l’exécutif dans le syndrome Chirac

Ainsi en va-t-il du déroulement classique des mandats présidentiels! Une fois passés les cent premiers jours utiles, le travail de réforme est de plus en plus épineux. C’est le syndrome Chirac : de façon tangentielle, le pouvoir se dilue dans l’immobilisme. Seuls les meilleurs parviennent à retarder cet inévitable loi de la nature étatique.

Eric Verhaeghe
Eric Verhaeghe
Auteur

Éric Verhaeghe est le fondateur du site d’information Décider et Entreprendre, du cabinet Parménide et président de Tripalio.
Diplômé de l’ENA (promotion Copernic) et titulaire d’une maîtrise de philosophie et d’un DEA d’histoire à l’université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

2 commentaires pour “Macron s’englue-t-il comme Chirac ?”

  1. OUi Mr Verhaeghe,
    Il aurait été encore plus intéressant de développer en profondeur la « mécanique » de cet engluement et de pointer les inepties contre-productives du matraquage des retraités du privé alors que les régimes « spéciaux » subsistent anormalement = injustices (anti-constitutionnelles) nuisibles au pouvoir d’achat et à la réduction du chômage. De même pour la réduction de vitesse à 80 km / h bloquant dangereusement les automobilistes derrière les camions…réduisant aussi la vitesse des flux économiques donc augmentant les « chances » de chômage. Bravo. Comment leur faire confiance ainsi ?
    Ma réaction est de conclure que malgré tous leurs désirs d’oeuvrer, dans un sens ou dans l’autre, de telles maladresses sont plus nuisibles qu’utiles au pays:
    Ils sont vraiment pas « forts ». Ma conviction est que seule une démocratie directe dans l’intérêt du peuple (comme en Suisse), est porteuse des vrais remèdes.
    C.B.

  2. Bonjour,

    Qui fut meilleur? (post période de gaulle…)

    je me dis que Philippe et Macron* étaient dans une situation selon laquelle ils auraient pu abattre du travail, mais qu’en fait, ils ne savent pas où ils vont.
    En effet Trump gagnent sur tous les fronts , Merkel est finie. (politiquement et financièrement), trudeau est grillé (bulle immo…) etc…
    Ensuite ils sont pragmatiques et très scolaires (macron n’a jamais été banquier ne connait rien à l’économie. il est, selon l’idée que je m’en fais le premier à le savoir.
    que va t’il se passer si une réplique de 2008 advient ?)

    Philippe humainement est sympathique (cf les commentaires sur sa déclaration à la halde)
    Ils sont maintenant au sommet donc libres de s’affranchir des lobbys:
    Pourquoi se laisseraient -ils mettre dans les poubelles de l’histoire?
    alors que macron est jeune?

    Initialement globalistes, pourraient-ils s’affranchir de leurs plans initiaux?
    A contre pied, un peu comme mitterand avec fabius ou blair.
    Cela consisterait, ayant été élus par des électeurs acquis français aimant obama (…)
    1/à les cocufier gentiment
    2/à faire du trump (ce qui s’impose). Et trump en france c’est….

    De toutes façons la seule façon de faire les réformes et par la faillite ou à contre pied.
    Et aujourd’hui tout va plus vite que sous mitterand ou chirac

Laissez un commentaire