Etes-vous « insoumis » ? (2/2)

Rédigé le 17 juin 2017 par | Desinformation Imprimer

Après avoir vu que le programme de la France Insoumise comporte quelques bonnes propositions, mais également de simples déclarations d’intention et des propositions proprement irréalisables, poursuivons notre analyse du fameux questionnaire.

Les fausses bonnes idées qui reposent sur des mythes

« Privilégier systémiquement les circuits courts et les productions locales dans la commande publique (alimentation, fournitures, etc.) et les rendre obligatoires pour les cantines scolaires. » Ici, on est typiquement dans la légende urbaine qui ne résiste pas plus de 10 minutes à l’analyse économique. Le professeur d’économie et fondateur du site Les Econoclastes Alexandre Delaigue l’explique très bien : « l’exemple typique étant la volonté d’encourager une localisation de l’agriculture à proximité des villes, négligeant le fait que les coûts environnementaux pour compenser des écarts de productivités entre terres sont supérieurs au coût de transport des produits; ou la promotion de mesures visant à dissuader les pays pauvres de se développer. »

Encore plus caricaturale, on trouve cette proposition : « combattre l’obsolescence programmée des biens de consommation par un allongement des durées de garanties légales des produits. » Là encore, je recommande au leader de la France Insoumise de lire le même auteur, en particulier l’un de ses papiers de 2011 intitulé Le mythe de l’obsolescence programmée. Jean-Luc Mélenchon se verrait démontré que cette prétendue stratégie des grands groupes mondiaux selon laquelle ils s’entendraient derrière le rideau pour conduire le consommateur à dépenser plus que nécessaire en remplaçant régulièrement ses produits n’a en réalité aucun sens.

Les propositions à géométrie variable

« Doubler les effectifs de l’inspection du travail pour lui permettre d’être plus efficace dans la protection de l’emploi et des salariés, dans la lutte contre la souffrance au travail et dans l’assistance juridique aux PME. »

Dans les propositions de monsieur Mélenchon figurent toute une kyrielle de mesures visant à « libérer » les travailleurs salariés, mais pas une seule pour permettre aux chefs d’entreprise et aux professions libérales de travailler un peu plus facilement. Le piège visant à vous faire imaginer le contraire repose sur le fait qu’on vous promet une assistance de fonctionnaires qui vous aideront à vous faire spolier en bonne et due forme – vous apprécierez la nuance. Tant pis pour ceux qui ceux qui n’ont pas les faveurs des Insoumis, ils continueront à souffrir sous le poids des contraintes fiscales et réglementaires. D’ailleurs, pas besoin d’attendre l’arrivée au pouvoir de l’ancien sénateur socialiste. On a récemment appris que les auto-entrepreneurs devront se doter à compter du 1er janvier 2018 d’un logiciel de comptabilité obligatoire, les réfractaires risquant une amende de 7 500 €.

Dans le même genre, mais en pire :

France Insoumise

En effet, ça se discute. En revanche, ce dont j’ai peur, c’est que ceux qui seront considérés par la France bolivarienne de monsieur Mélenchon comme des « combattants de la liberté » seront systématiquement situés à plusieurs milliers de kilomètres de la ligne de front française. Et pour ceux qui auront le malheur de lutter à l’intérieur du territoire national, je crains que monsieur Corbière devenu ministre de l’Intérieur ne préfère raccourcir leurs velléités libertaires !

Robespierre

Les propositions en faveur d’un Etat toujours plus nounou

« Imposer l’objectif d’une alimentation 100% biologique locale dans la restauration collective. » L’Institut économique Molinari vient de publier une étude qui montre que la France est l’un des six pays les plus moralisateurs de l’Union européenne. Mais à croire Jean-Luc Mélenchon, cela ne suffit pas et nos concitoyens sont tellement irresponsables que l’Etat doit intervenir pour fixer ce qu’ils doivent manger.

Les propositions qui sentent bon l’U.R.S.S.

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin.

FI

Si vous vous demandez comment l’Etat pourrait se permettre de financer la présence d’un portier à chaque entrée de bâtiment, comme au bon vieux temps de l’U.R.S.S., je vous donne un indice :

FI

Suis-je insoumis ?

FI

Vous noterez que l’on est passé du vouvoiement au niveau de l’accueil du site au tutoiement lors de l’annonce des résultats. Mais il est vrai qu’au travers d’un dialogue en 40 questions, une certaine complicité s’installe.

Avec 10% de compatibilité, j’espère que j’échappe à l’aller simple dans le transsibérien en classe koulak. Je redoute fort en revanche que le stage de six mois de rééducation sur le thème « Progrès et Solidarité » dans le Larzac soit inévitable. Reste à savoir si les pelles et les pioches sont fournies sur place ou s’il faut que je m’équipe avant de monter dans le train…

Mots clé :

Nicolas Perrin
Nicolas Perrin

Nicolas Perrin est l’auteur de l’ouvrage de référence « Investir sur le Marché de l’Or : Comprendre pour Agir ». Diplômé de l’IEP de Strasbourg, du Collège d’Europe et titulaire d’un Master 2 en Gestion de Patrimoine, il est conseiller en gestion de patrimoine indépendant en région lyonnaise et à La Réunion.

4 commentaires pour “Etes-vous « insoumis » ? (2/2)”

  1. Excellent ! J’apprécie le ton « léger » employé pour exprimer la déraison de Jean-Luc Mélanchon !

  2. Oups ! Jean-Luc Mélenchon

  3. Très bel exemple de journalisme en trompe l’œil !
    Donc « combattre l’obsolescence programmée des biens de consommation par un allongement des durées de garanties légales des produits. » serait une proposition caricaturale, car ce concept est un mythe d’après Alexandre DELAIGUE. Je pourrais arguer qu’il existe 10 études universitaires pour 1 Delaigue qui démontrent le contraire, mais ce n’est même pas la peine car tous les professionnels du domaine de la réparation dans l’électronique sont mort de rire devant une telle ânerie. Positionner un condensateur dans la zone ou cela chauffe le plus au lieu de la position éloignée où il se trouvait avant et de fait vous réduisez drastiquement la durée de vie de l’appareil.
    D’un autre coté , l’analyse objective d’un programme politique n’est pas le but de cette article mais plutôt de décrocher le graal, un juteux poste de lobbyiste quelconque, et là rien à dire minimum 18/20.

  4. La où la Chronique Agora se plante, étant que oui il faudra tôt ou tard raccourcir le trajet des marchandises, notamment des fruits et légumes, mais pas uniquement… MAIS, rappelons un principe essentiel = La mondialisation n’a été rendue possible essentiellement grâce au pétrole ! Dès lors qu’il n’y aura plus de pétrole, ou moins de pétrole, ou que le prix du pétrole va flamber, mécaniquement le transbordement des marchandises va ralentir voir disparaître pour certaines marchandises s’il n’est plus rentable de produire hors sol ! En rappelant que l’humanité a déjà consommé plus de la moitié des réserves mondiales de pétrole, donc moins de pétrole pour de plus en plus de consommateurs de pétrole, autant dire que l’autre moitié restante des réserves mondiales ne va pas faire long feu ! Alors, pour revenir à la consommation au plus près des moyens de production, oui ça deviendra une réalité qu’on le veuille ou non, ce n’est pas une question de vouloir ou pas voir, mais de devoir s’adapter ou pas !

Laissez un commentaire