Qui est John Galt ? Bon courage…

Rédigé le 29 avril 2017 par | Liberalisme, Simone Wapler Imprimer

Les éditions des Belles Lettres viennent de publier en français La Grève (Atlas Shrugged) d’Ayn Rand, en format poche. Ce pavé tombe à pic.

La lecture de ce livre publié pour la première fois en 1957 est plus utile pour comprendre le monde de 2017 que les prétendus débats électoraux dont on nous afflige.

La Grève

Ne croyez pas que vous allez vous ennuyer : La Grève est un roman, une histoire avec beaucoup de souffle et vous tournerez avidement les pages. C’est un roman sur l’industrie, la finance, le milieu des affaires américain, le capitalisme de copinage, le lobbyisme et la Parasitocratie.

Les gentils sont les entrepreneurs, les honnêtes travailleurs amoureux de leur métier, les passionnés, ceux qui veulent avancer. Les méchants sont les politiciens, les affairistes, les profiteurs quelle que soit leur classe sociale, les altruistes prétendant faire la charité avec l’argent des autres. Bref, tous ceux qui aiment arranger des échanges gagnant-perdant.

« – Je pensais qu’un homme comme vous… Vous avez pas idée comme les gens peuvent être moches, prêts à vous marcher dessus et à profiter de vous, si vous les laissez faire. Je croyais que les gens importants comme vous pouvaient y échapper ; ne pas se laisser bouffer par des parasites de toutes sortes, mais je me trompe peut-être. – Qu’entendez-vous par ‘se laisser bouffer par les parasites’ ? – Je me dis ça parfois quand les choses vont mal et que je dois prendre la tangente pour pas me sentir bouffée par les parasites et les nuls. Mais c’est peut-être pareil pour vous, sauf que les parasites sont plus gros. – Beaucoup plus gros. »

La Grève est un roman philosophique, un roman économique, un roman sur le désespoir et la frustration mais aussi sur la réussite, la liberté et l’indépendance d’esprit.

Mais quel rapport avec le monde de 2017 ?

Une phrase revient, tel un fil conducteur, prononcé par des personnages divers lorsqu’ils sont trop empêtrés dans leur propre vie : « Qui est John Galt ? ».

Cette phrase résonne comme le « bon courage » qui tient aujourd’hui de salutation en France. Comme si affronter la simple vie quotidienne nécessitait de nos jours l’étoffe d’un héros.

« L’adversaire contre lequel elle se vit bientôt obligée de lutter ne méritait d’être ni combattu ni vaincu. Il ne possédait aucune compétence supérieure à laquelle elle aurait été fière de se mesurer. Non, au contraire, elle se heurtait à l’incompétence — un Etat sans consistance, mou et informe, qui n’offrait aucune résistance à rien ni à personne, mais qui n’en constituait pas moins un obstacle sur son chemin. »

60 ans après la publication de La Grève, l’Etat-providence et la stabilité d’un système financier intrinsèquement frauduleux justifient toutes les actions du gouvernement. Les fondements du capitalisme honnête sont ébranlés. La responsabilité a disparu puisque la sanction de la faillite est évitée à certains privilégiés proches du pouvoir et de l’argent.

La destruction créatrice et la croissance de la productivité sont sacrifiées sur l’autel de la démagogie et du clientélisme.

La manipulation des taux d’intérêt sert les privilèges de quelques uns qui ont accès à un crédit illimité et gratuit. Des miettes distribuées sous forme de prestations sociales camouflent l’escroquerie.

Autrefois, les voleurs des grands chemins avaient l’élégance de ne réclamer que « la bourse ou la vie ». Lorsqu’ils prenaient l’argent, ils laissaient la vie sauve.

De nos jours, nos nouveaux voleurs de grands chemins nous prennent la bourse et notre temps. Ils nous taxent mais ils nous volent aussi notre temps qui est notre capital le plus précieux. Ils le volent de deux façons. En premier lieu, ils trichent sur les taux d’intérêt qui rémunère notre épargne, la rémunération de notre temps déjà passé. En deuxième lieu, la complication administrative, réglementaire, qui absorbe notre temps et notre énergie leur sert à masquer leurs larcins, à les enrober de bons sentiments.

Mais il n’y a pas de meilleure façon de le découvrir de façon distrayante que de lire La Grève.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

5 commentaires pour “Qui est John Galt ? Bon courage…”

  1. Et Macron que vous soutenez à tout va, serait donc un Anconia ? Vous ne manquez pas d’air !

  2. Je suis aux publications Agora depuis quelques temps,vous ouvrez les yeux et faites découvrir les dessous
    de la politique et de la finance, les malversations en tous genres des élites financières soutenues par les
    mafieux politiques de droite comme de gauche, mais restez neutre dans le choix de vote des des abonnés
    aux publications Agora.
    Je pense que les gens qui vous suivent tout au long de l’année, savent pour qui voter au deuxième tour de
    l’élection.
    Pour ma part (c’est ma responsabilité) le vote le plus important sera les législatives car peu importe qui sera le futur président, mais la france sera ingouvernable. ( le petit f pour france est voulu).
    En résumé, arrêtez de donner des directives plus ou moins voilées pour ce 2ième tour.
    Cordialement et surtout restez neutre cela grandira les publications Agora.

  3. les gens modestes sont devenus des moutons et ne proteste plus comme en mai 68
    bravo pour nos pour dirigeants qui s’en mette plein les poches Avantages et retraites
    les royalistes du Sénat

  4. Pour la petite histoire, c’est une traductrice indépendante qui a balancé sur le net sa traduction française non officielle, scandalisée qu’après des décennies, ce livre ne soit toujours pas traduit. Curieusement, il le fût peu de temps après… Merci à la Chronique de souligner à quel point ce livre est tristement d’actualité…

  5. anyway je sais qui est Dagny Taggart ;-)))

Laissez un commentaire