Et si ces vieux papiers avaient vraiment de la valeur ?

Rédigé le 23 décembre 2016 par | Investissement Imprimer

Parmi tous ces vieux papiers que vous trouvez dans votre grenier, oubliés depuis des lustres, figurent peut-être des titres anciens tels que les emprunts russes, ottomans et chinois. Ne les jetez pas avant d’avoir lu ceci !

Ils ont ruiné vos grands-parents… mais ces derniers les ont quand même conservés et transmis à vos parents ! A présent, vous les avez entre les mains.

Au fil des décennies, les détenteurs des emprunts russes, ottomans et chinois ont oscillé entre panique, désespoir, puis regain d’espoir.

Ces différents titres ont tous un point commun : ils représentent une dette publique dont le service a cessé d’être honoré après que le régime politique qui les avait émis ait été mis à bas.
Pour les emprunts tsaristes, c’est évidemment la chute du tsar et l’avènement de Lénine lors de la révolution de 1917 qui est à l’origine du défaut de paiement des intérêts et du capital.

Concernant les emprunts chinois, c’est un fait quasi-identique survenu après la Seconde Guerre mondiale : l’accession de Mao Zedong au pouvoir et le basculement du pays dans le communisme.

Dans ces deux cas, les nouveaux dirigeants ont refusé catégoriquement de reconnaître la dette contractée antérieurement.

Pour les emprunts ottomans, c’est un peu plus compliqué ! L’Empire ottoman éclate après la Première Guerre mondiale et l’on voit émerger une myriade de pays indépendants dont le principal est la Turquie. A ce stade, la bonne volonté demeurait : ils promettaient tous de rembourser. C’est effectivement ce qu’ils ont fait durant quelques années, puis progressivement plus rien, en dépit du fait que la dette est toujours juridiquement existante et reconnue par ses émetteurs…

illustrations titres anciens

Les Russes ont payé un peu… les Chinois ont payé davantage… mais pas encore aux Français !

En 1999, les porteurs d’obligations de la Russie tsariste ont reçu une maigre compensation que les associations de défense veulent voir comme un premier geste d’indemnisation, une provision en quelque sorte.

Quant aux emprunts chinois, les porteurs anglais ont déjà reçu une indemnité substantielle, il y a quelques années ; on peut donc espérer qu’il s’agisse d’un premier pas vers le règlement de la question avec la France…

En fait, pour tous ces vieux emprunts russes, ottomans et chinois, sachez que des procédures menées par des associations discrètes mais actives, ainsi que des initiatives diplomatiques, sont toujours en cours !

Quand les « assos » ne lâchent pas le morceau, que pouvez-vous espérer ?

Mais que pouvez-vous décemment attendre de ces vieux papiers encore présents dans de nombreux patrimoines de familles françaises ?

J’ai rédigé un nouveau livre intitulé Emprunts russes, ottomans et chinois – Analyse juridique & fiscale pour répondre à cette lancinante question. D’abord en faisant le point sur chaque dossier obligataire. Puis en analysant les perspectives politiques, diplomatiques, économiques et juridiques pour chaque ligne de titres russes, ottomans et chinois.

Avec ce livre, vous pourrez déterminer la valeur vénale de vos vieux titres et maintenir l’origine de propriété qui est un élément capital si une indemnisation – même partielle – devait aboutir, comme on a pu le constater avec les obligations de la Russie.

[NDLR : Etablir une déclaration ISF, organiser une donation ou une mutation, négocier une expropriation, sortir d’une indivision : autant de cas où vous devez savoir bien évaluer vos titres de société, votre patrimoine immobilier et foncier. Comment faire ? Les différentes méthodes que vous pouvez employer et comment les utiliser à votre meilleur profit, tout est dans notre rapport La juste évaluation. Vous serez guidé pas à pas et vous aurez toutes les clés en main pour négocier avec le fisc, vos associés, les membres de votre famille. Pour vous le procurer, c’est ici.]

Mots clé :

Fabrice Coletto
Fabrice Coletto

5 commentaires pour “Et si ces vieux papiers avaient vraiment de la valeur ?”

  1. Bonjour,

    Votre annonce sur google relative aux titres anciens semble intéressante et ma question préliminaire set la suivante.

    Quelles sont vos sources d’information sur les titres anciens spécialement russes, chinois, ottomans et non pas par exemple grecs, polonais, cubains, europe centrale etc…

    Quelles sont les associations qui s’occupent uniquement des titres russes, chinoises et ottomanes SVP, je n’en connais qu’une et je vous donnerai ses coordonnées lors de notre prochain courriel si vous le voulez bien;

    Enfin, pour les russes , il y a l’AFIPER d Eric SANITAS , seule association d’envergure internationale reconnue à défaut des associations belges ou suisses mais celà est une autre affaire.

    Bonnes fêtes de fin d’année

    Bien cordialement,

    Pierre NALET

  2. ai un emprunt russe tsar, perpetuel, remboursable en or, à moscou, si guerre à londres.
    jamais remboursé.
    mais il a (aurait) de la valeur car l’emprunt est arrangé par amschel Rothschild avec sa signature et il est beau même s’il s’agit de marketing basé sur du vent.

    =>peut etre amschel a t’il participé à la chute du tsar? je devrais demander l’argent aux rothschild (aussi pour la trahison de Napoleon etc…)
    =>mais la leçon est que plus surement les trackers OR rothschild ou SPDR ne seront JAMAIS remboursés

    😉

  3. Aussi, les OAT sont deja des vieux papiers

  4. Bonjour,

    Détenteur d’emprunts russes, chinois, ottomans , brésiliens,grecs cubains , j’ai trouvé votre article intéressant.

    Vous parlez d’associations qui prétendent défendre les porteurs, pouvez vous les citer ,sont elles sérieuses, ont elles obtenues des résultats , lesquels , quand les porteurs peuvent ils espéraient une indemnisation ? Quels sont les délais pour que nous obtenions une indemnisation ?

    Vous affirmez que ses associations sont « discrètes, mais actives » ; qu’est-ce qui vous permet de dire qu’elles sont actives puis elles sont discrétes,à moins que vous apparteniez à l’une d’entre elles ?

    Ces associations demandent en général à leurs adhérents une grande discrétion ; est-ce vraiment dans l’intérêt des associés ? La discrétion peut faciliter une escroquerie.

    Ces associations ne sont-elles pas des attrapes nigauds qui exploitent les adhérents et qui s’engraissent sur leur dos ?

    Les porteurs d’emprunts russes attendent depuis pratiquement un siècle ; devront-ils attendre un siècle de plus pour toucher leur dû et les autres aussi?

    Pouvez-vous répondre à ces questions sur ce site ? Je pense que ces questions peuvent intéressées beaucoup de porteurs qui consciemment ou inconsciemment doivent se les poses .

    Bonnes fêtes

    ARTY

  5. Bonjour,

    Possédant des emprunts russes, j’ai moi-même essayé de rentrer en contact avec l’association qui s’en occupe (AFIPER).
    Toujours sans nouvelles depuis 2 mois avec un message automatique m’indiquant que leur boite mail est pleine lorsque je leur ai écris, le dernier billet sur leur site datant de l’AG de 2015.

    Si quelqu’un a des informations plus récentes ou un moyen de les contacter je suis preneur.
    Je suppose qu’il faille adhérer à l’association pour être officiellement représenté, mais avec autant de zone d’ombre je n’entamerais pas la démarche.

    Bonnes fêtes

    Cordialement,

    Martin

Laissez un commentaire