Deutsche Bank va tuer l’euro

Rédigé le 6 juillet 2016 par | Indices, marchés actions, stratégies, Simone Wapler Imprimer

Deutsche Bank est un monstre des produits dérivés. Les actionnaires valorisent désormais cette banque comme au plus fort de la crise de 2008. « La banque allemande est de nature à propager les plus grands dommages dans le système financier », indiquait fin juin une note du FMI.

Deutsche Bank va-t-elle torpiller l’euro ?

Précisons d’abord que la banque affichait, au premier trimestre de 2016, un ratio de fonds propres (l’argent mis au pot par les actionnaires) sur engagements (toutes les lignes de crédit accordées et les positions de marché) de 36,2. Cela veut donc dire qu’elle a un levier de 36,2. Et cela veut dire que si tous ces « actifs » baissent de seulement 2,76%, Deutsche Bank est pul-vé-ri-sée, kaput…
Si nous vivions dans un monde normal, la sanction devrait être la faillite.

Deutsche Bank en mode krach

Mais Deutsche Bank est supposée trop grosse pour faire faillite. Ses engagements pèsent 1 902 milliards d’euros, soit presque la moitié de la taille de l’économie allemande.

Comment un tel monstre a-t-il pu naître et prospérer ? Vous connaissez la réponse, cher lecteur : grâce au « créditisme », un système monétaire et financier qui ne repose que sur la croissance infinie du crédit.

Mais comment la croissance infinie du crédit est-elle possible ? vous demandez-vous encore, cher lecteur sagace, éveillé à la finitude de l’homme et aux limites de sa petite vie terrestre.

C’est en réalité très simple. Il suffit de quatre conditions :

__________________________________________________________________________

Comment le rendement de votre contrat d’assurance-vie pourra-t-il résister à un monde de taux zéro ou négatifs ? Y-a-t-il des solutions ? Oui : Simone Wapler vous les donne ici, et vous indique qu’il est urgent de vérifier votre contrat d’assurance-vie.

__________________________________________________________________________

Attendez-vous donc à un déluge de liquidités (c’est à dire de la fausse monnaie, du crédit adossé à rien) et à ce que l’euro parte à la dérive avant de couler.

__________________________________________________________________________

Savez-vous qu’il est possible de faire simplement des plus-values en profitant de la baisse des banques européennes ?

Dans Crises, Or et Opportunités, nous ne faisons pas que miser sur des minières. Nous vendons à découvert certaines banques européennes ce qui nous a permis de dégager en février 19% et 25% sur la chute de Barclays puis en avril 14% et 13% sur la chute de Deutsche Bank. A votre tour d’en profiter Pack.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

2 commentaires pour “Deutsche Bank va tuer l’euro”

  1. merkel préférera finir dans un bunker à berlin avec DB à -300milliards

    si l’afd fait 40% cela change la donne ;-))))

  2. Le japon est dans une situation analogue et survit comme cela depuis 1990.Tant que toutes les grandes banques centrales acceptent de jouer ensemble ce jeu de dupe, cela peut durer encore longtemps.Si cela venait à cesser, probablement que les démocraties partiraient au tapis, engendrant les populismes (nous n’en sommes pas si loin) et les guerres (nous n’en sommes pas si loin non plus).L’or papier tue la valeur de l’or et le retour à l’or physique me semble , dans un monde de 7 milliards d’individu, un peu utopiste.Si je me trompais, il faudrait surtout investir dans des armes, des coffre fort, pour protéger le moindre gramme qui vaudrait extrèmement cher.Par contre, des investissements « annexes » peuvent être moins risqués à tout point de vue.Nous n’avons pas encore assister au « vin papier », au « montre papier », au » Picasso papier » aux » voitures de collection papier »etc…

Laissez un commentaire