Les cryptos en tenue d’hiver ?

Rédigé le 28 mars 2018 par | Bitcoin et autres cryptomonnaies, Crypto Monnaies Imprimer

Les cryptomonnaies font maintenant l’objet d’un suivi régulier d’analystes sérieux et rigoureux. En voici la primeur.

Si vous lisez régulièrement ces colonnes, vous savez que je suis un lecteur assidu de Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek, qui nous gratifient chaque mois de juin d’un nouveau rapport, In Gold We Trust.

Si Stöferle et Valek ont abordé les cryptomonnaies dans leurs rapports passés, leur société de gestion, Incrementum, ne dédiait pas encore de publication à cette classe d’actifs.

C’est désormais chose faite puisque depuis le mois de décembre, Incrementum nous gratifie d’un « Crypto Research Report » (CRR). Stefan M. Kremeth, cofondateur d’Incremetum, indique que ce rapport, dans la mesure où il apporte la même rigueur d’analyse que son grand frère, « a le potentiel pour devenir le standard de la recherche en cryptomonnaies au sein de l’industrie« . Impossible, donc, que je m’abstienne de vous en parler !

Comme les choses bougent plus vite sur le marché des cryptos que sur celui de l’or, le CRR a vocation à être publié sur un rythme trimestriel. C’est Demelza Kelso Hays, enseignant-chercheur à l’Université du Lichtenstein depuis 2013 sur le thème des cryptomonnaies, qui pilote la rédaction de ce rapport en qualité de research analyst chez Incrementum.

Si l’auteur change, la marque de fabrique reste la même avec des interventions de plusieurs experts externes à Incrementum, des citations abondantes et variées de spécialistes du milieu (ou au contraire pas du tout !), voire de grosses blagues pour geeks de l’économie et de la finance !

Ce deuxième opus publié le 12 mars faisant tout de même 67 pages, je vais essayer de vous en extraire la substantifique moelle. Chaque numéro reprendra la même structure en trois chapitres : le résumé des temps forts du trimestre, les aspects techniques et financiers d’un crypto-actif donné et l’explication détaillée d’un « crypto concept ».

Comme les deux derniers chapitres sont assez techniques, c’est surtout du premier dont je voudrais vous entretenir… lui-même étant déjà assez technique compte-tenu de la nature de l’actif qui nous intéresse !

BREAKING NEWS : Bitcoin monte, ensuite il descend… puis il remonte à nouveau !

Début 2018, les médias ont (re)découvert ce qui n’est finalement que la routine sur le marché des cryptos, en tout cas pour l’observateur de longue date : le gonflement et l’explosion de bulles successives avec des plus hauts historiques toujours plus hauts et des plus bas toujours plus hauts eux aussi.

Comme je l’écris depuis 2013, les cryptos offrent un terrain de jeu grosso modo semblable à celui des marchés actions, mais avec des mouvements qui prennent des proportions bibliques et qui se développent sur des durées certes variables mais globalement beaucoup plus condensées.

(Le mouvement baissier actuel est représenté en vert)

Autre différence d’avec les marchés actions : le phénomène Bitcoin se produit avec un niveau de volatilité bien plus élevé. Au cours des derniers mois, la volatilité à 30 jours du bitcoin s’est montée à 6%, contre 1,5% pour l’or et 1% pour le S&P 500.

D’où la vanne suivante :

« Un enfant demande à son père, investisseur en Bitcoin, de lui offrir un Bitcoin pour son anniversaire. Son père lui répond : Quoi ? Un cadeau à 11 554 $ ??! 10 354 $, ça fait beaucoup d’argent ! Et puis qu’est-ce que tu veux faire avec 12 782 $, d’abord ? »

Ou encore :

« Le 30ème anniversaire du Lundi Noir, lorsque les marchés ont baissé de 23% en une journée ? Dans les cryptos, on appelle juste ça un lundi », comme le dit Alexander Tapscott.

Allez, une dernière pour la route :

« Le nocoiner : qu’est-ce que ça fait de perdre 40% de ton argent en un mois ? Le bictoiner : moins mal que de perdre 47 000% en 5 ans. »

Quoi qu’il en soit, depuis 2009, cette évolution du cours a pleinement légitimé la stratégie buy and hold (« hodl » en langue crypto). En tout cas jusqu’à présent.

Pourquoi les économistes mainstream continuent à annoncer la mort du bitcoin alors qu’il a déjà survécu à cinq bulles ?

Le corps du rapport s’ouvre sur une citation de Jochen Möbert (Deutsche Bank) qui explique pourquoi les plateaux télé et les journaux sont peuplés d’économistes qui déclament que le bitcoin est une « escroquerie » ou encore un énorme « schéma de Ponzi » et que son destin est de valoir zéro.

Voici de quoi il retourne :

« En 1924, John Maynard Keynes a déclaré qu’un excellent économiste doit regrouper en lui une unique combinaison de talents. Il doit être mathématicien, historien, homme d’Etat et philosophe. En ce qui concerne Bitcoin, cette liste doit inclure quelques compétences supplémentaires. Un excellent crypto-économiste doit, en plus de ce qui précède, être un spécialiste du softfware, du hardware et de la blockchain. Confrontés à ces barrières intellectuelles presque insurmontables, il est facile de comprendre pourquoi les économistes traditionnels ont eu des difficultés à rejoindre la discussion ».

Demelza Kelso Hays fait en particulier référence aux « économistes old school » Paul Krugman et Nouriel Roubini, le premier n’ayant pas caché sa joie lorsqu’il a vu le cours du bitcoin s’effondrer en ce début d’année.

Or, au total, depuis son introduction sur les plateformes d’échange, le bitcoin a survécu à cinq bulles. Peu à peu, il fait montre de sa résilience. Il pourrait même bien être en train de développer de réelles propriétés anti-fragiles, pour reprendre le terme de Taleb. Bien entendu, seule l’évolution du cours au fil du temps permettra de le vérifier.

Si Demelza Kelso Hays reconnaît volontiers qu’il y a bien eu des arnaques dans l’écosystème des cyptos, pour elle, cela est simplement représentatif de « la phase Wild West de n’importe quel marché en cours de régulation, Bitcoin et la blockchain affrontant un process de maturation qui les amènera à se débarrasser des mauvaises graines ».

De ce point de vue, le krach entamé en ce début d’année « est dans une certaine mesure souhaitable, en cela qu’il permet au marché de se purifier des criminels. C’est comme cela que fonctionne l’économie libre de marché », précise-t-elle. [NDLR : Savez-vous que 2018 sera l’année de la grande collision blockchain ? Une collision technologique qui va vous permettre d’engranger des gains dignes de ceux qu’ont connu les investisseurs pionniers dans les circuits intégrés avant qu’on les appelle des puces. Découvrez ici comment en tirer profit.]

Qu’est-ce qui pourrait faire s’effondrer la valeur du bitcoin ?

Le premier risque est celui de la dilution de la valeur de bitcoin dans l’océan de cryptomonnaies en cours de formation. En effet, si l’offre de Bitcoins est limitée en quantité (21 millions), le bitcoin a déjà connu 19 hard forks, « dont certains ont eu un effet sur le prix du bitcoin ». Par ailleurs, « de nouveaux tokens peuvent être créés sur la blockchain Ethereum avec seulement 66 lignes de codes […] Il existe même sur YouTube des tutoriels pour créer une nouvelle cryptomonnaie en moins de six minutes » ! Pas étonnant que 472 nouvelles altcoins aient été lancés en 2017…

Cependant, les auteurs font remarquer que si le potentiel de création de concurrents au bitcoin est illimité, cela ne présuppose pas pour autant qu’ils parviendront à développer un réseau d’utilisateurs. En d’autres termes, « l’offre de réseaux de cryptomonnaies globales est limitée ».

Le deuxième risque est celui que le Bitcoin soit dépassé par une technologie encore meilleure, par exemple une « technologie post-blockchain, comme celle de Hashgraph ou IOTA […] qui promettent de résoudre le problème de scalabilité du bitcoin ».

La récompense de la création d’une cryptomonnaie qui serait meilleure que Bitcoin est à ce point astronomique que « les esprits les plus brillants de la planète travaillent à l’élaboration d’une meilleure blockchain », font remarquer les auteurs.

Ces derniers relèvent néanmoins une limite à ce risque : si c’est un fork du bitcoin qui finit par prendre le pas sur la monnaie-mère, Bitcoin Cash par exemple, « la version originelle du bitcoin pourrait adopter les caractéristiques de Bitcoin Cash ».

Le troisième risque est juridique. Si le bitcoin devient un moyen d’échange qui se répand au sein de la population, les Etats pourraient interdire son usage en tant que tel, voire interdire sa détention.

Enfin, Bitcoin fait face à des risques technologiques : hack de l’algorithme d’encryptage SHA-256, attaque 51% ou encore destruction du réseau internet.

Mais la force du bitcoin repose sur du solide et les auteurs envisagent trois scénarios quant à l’évolution de son cours que nous verrons demain.

Partagez cet article

Mots clé : - -

Nicolas Perrin
Nicolas Perrin

Nicolas Perrin est l’auteur de l’ouvrage de référence « Investir sur le Marché de l’Or : Comprendre pour Agir ». Diplômé de l’IEP de Strasbourg, du Collège d’Europe et titulaire d’un Master 2 en Gestion de Patrimoine, il est conseiller en gestion de patrimoine indépendant en région lyonnaise et à La Réunion.

Un commentaire pour “Les cryptos en tenue d’hiver ?”

  1. Pour le moment un rien peu faire chuter le cours du Bitcoin et des crypto-monnaies en général. C’est effarant de voir le nombre de bonnes nouvelles en provenance du G20 ou du Gouvernement Francais et en même temps de constater que les cours sont toujours dans le rouge…

Laissez un commentaire