Pourquoi une hausse du taux directeur serait mortelle pour certains

Rédigé le 13 octobre 2016 par | Banques Centrales, Dette, Simone Wapler Imprimer

Les emprunteurs en mal de refinancement ne peuvent supporter la moindre hausse de taux directeur. Le créditisme va-t-il mourir asphyxié sous la dette ou les banques centrales vont-elles trouver autre chose pour prolonger l’agonie ?

Que serait +0,25% sur les taux directeurs de la Fed en décembre ? Une évolution du taux directeur signifie simplement que pour créer de l’argent à partir de rien, pour accorder un nouveau prêt, les banques commerciales paieraient un tout petit peu plus cher.

La vie n’est plus une maladie mortelle ! +900% de gains en ligne de mire grâce à ces 3 incroyables avancées technologiques : lisez vite pour vous positionner sur la très profitable « quête de l’immortalité ».

Il suffit de cliquer ici.

Souvenons-nous que le créditisme, qui a remplacé le capitalisme en 1971, prétend que le crédit adossé à rien a la même valeur que le crédit adossé à l’épargne existante. Une telle chimère ne pouvait que plaire à tous les amateurs d’argent gratuit… et ils sont nombreux.

Sans surprise, quarante-cinq ans plus tard, le monde croule sous la dette — à tel point que même le FMI s’en est aperçu et s’en inquiète. La dette mondiale pèse maintenant 152 000 milliards de dollars, 2,25 fois la taille de l’économie mondiale. Une majeure partie de cette dette est libellée en dollar : la dette privée et publique des Etats-Unis en premier lieu et les emprunts de nombreux pays qui n’ont pas le privilège d’appartenir au très select club des émetteurs de devises de réserves, en deuxième lieu.

Si les prêts nouveaux se paient plus chers, qu’importe puisque finalement il y a déjà trop d’emprunts et de moins en moins d’amateurs, en dehors des Etats ?

Le problème est en réalité celui du refinancement. Le monde est surendetté. Les consommateurs achètent des choses avec de l’argent qu’ils n’ont pas encore et des entrepreneurs ont investi dans des outils pour produire ces choses qui ne s’achètent qu’à crédit avec l’argent du futur. Pensez à l’automobile, à l’immobilier, aux téléphones subventionnés par les opérateurs…

Lorsque, en tant que chef d’entreprise, vous avez contracté un mauvais prêt, le retour sur investissement sur lequel vous comptiez tarde à se matérialiser, et vous avez du mal à rembourser intérêts et principal. Vous avez alors deux solutions : faire défaut ou vous refinancer.

Le refinancement est un terme élégant pour dire que vous allez rembourser votre mauvais prêt en contractant un autre mauvais prêt. Lorsque les taux d’intérêt baissent, le refinancement est très facile. Vos intérêts vont diminuer, le retour sur investissement sera plus facile.

Mais lorsque les intérêts augmentent, votre enfumage se complique. Les charges de vos intérêts vont au contraire augmenter tandis que le retour sur investissement escompté s’éloigne toujours à cause de cette « croissance molle » dont parlent les journaux…

Comment faire ?

Voici un graphe qui présente (en bleu) la dette nette de 1 500 entreprises américaines au regard de leurs résultats (en rouge).

Dette des entreprises non financières américaines (en bleu) et résultats de ces entreprises (en rouge)

Vous pouvez constater qu’au fur et à mesure que la dette gonflait, les résultats diminuaient. [NDLR : un rendement correct avec votre PEA, c’est encore possible ! Il suffit de choisir les bonnes entreprises, peu endettées et dont les chiffres d’affaires et les résultats progressent. Comment les sélectionner ? Tout est ici.]

Avec des taux en baisse, le refinancement n’était pas un problème, mais avec des taux en hausse ?

Lorsque le refinancement n’est plus possible, il reste la faillite, cette horrible sanction du capitalisme que le créditisme prétend pouvoir ignorer.

A moins qu’il n’y ait de nouveaux QE, que les banques centrales rachètent encore plus de mauvaises créances.

Lorsque les banques centrales auront 152 000 milliards de dollars de bilan, les gens se rueront-ils pour acheter de l’immobilier, des voitures, des téléphones et des gadgets à crédit ?

Mots clé :

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire