Valeurs boursières : peu de chances de hausse

Rédigé le 15 juin 2016 par | Bill Bonner, Indices, marchés actions, stratégies, Investissement Imprimer

Comme nous l’avons souligné hier, il y a de nombreuses raisons de penser que les valeurs boursières vont chuter… et peu de raisons de croire qu’elles ne le feront pas.

Un lecteur nous a écrit pour nous rappeler que si on calcule le PIB comme on le faisait sous l’administration Reagan, on verrait que l’économie américaine est en dépression depuis 15 ans.

On ne s’attendrait pas à ce que les actions s’échangent à des sommets record après 15 ans de dépression. Mais nous nous habituons à des phénomènes bizarres et insensés sur les marchés financiers ; qui aurait pensé que les gens paieraient pour le privilège de prêter de l’argent à des gouvernements en faillite ?

Pourtant, nous voilà en l’an de grâce 2016, avec 10 000 milliards de dollars de dettes gouvernementale s’échangeant à des taux négatifs… et des taux qui continuent de chuter. Qui aurait pu imaginer que nous allions connaître pendant plus de sept ans un « état d’urgence » avec un taux directeur de la Fed à zéro ?

Peut-être qu’à partir de maintenant, tous les candidats à la présidentielle seront systématiquement des bonimenteurs et des charlatans

Peut-être que cette fois-ci, c’est vraiment différent. Peut-être qu’à l’avenir on ne gagnera plus jamais d’intérêt en prêtant au gouvernement. Et peut-être qu’à partir de maintenant, tous les candidats à la présidentielle seront systématiquement des bonimenteurs et des charlatans.

La fin des vieux schémas ?

Oui, et sur les marchés boursiers, peut-être que les anciens schémas — hausse, baisse, hausse, baisse — qui tiennent depuis si longtemps ne sont plus applicables.

« Je vais faire une prédiction hardie », déclare notre vieil ami Doug Casey, de Casey Research :

« Je sais que je dis depuis longtemps que ce marché est prêt à exploser. Je le redis. Et cela arrivera avant la fin de cette année ».

Mais attendez… un mot d’explication.

Vous nous entendez souvent — nous ou notre équipe — parler d’investir en actions. Nous le faisons en étant pleinement conscient que la direction la plus probable à court terme, pour les marchés boursiers dans leur ensemble, est vers le bas, non vers le haut.

Mais comme aime à le souligner notre collègue Chris Mayer, les actions ne se limitent pas à un code ISIN. Il ne s’agit pas d' »investir sur les marchés ». Il s’agit d’acheter des parts, à des prix raisonnables, d’entreprises qui ne s’éteindront pas durant une récession. Du moins on peut l’espérer !

Qui plus est, nous investissons pour la prochaine génération… et nous sommes prêt à patienter durant une sécheresse de 20 ans avant de profiter d’une nouvelle mousson.

Mots clé :

Bill Bonner
Bill Bonner
Fondateur de AGORA

Né en 1948, Bill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.

En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement dans le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.

« Parfois nous avons raison, parfois nous avons tort, mais nous sommes toujours dans le questionnement », telle est la devise de Bill.

Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

Dans son dernier livre, Hormegeddon, quand trop de bien nuit (2015), paru aux Belles Lettres (www.lesbelleslettres.com), Bill décrit ce qu’il advient lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre.

Vous pouvez retrouver les notes de Bill au quotidien dans La Chronique Agora.

Un commentaire pour “Valeurs boursières : peu de chances de hausse”

  1. Bonsoir,

    Toujours un plaisir et une belle satisfaction de découvrir le point de vue très très peu conformiste , voire parfois complètement anticonformiste de M.Bill BONNER sur les marchés et.nos sociétés.
    Je partage son analyse sur la progression imperturbable du risque récessif au plan mondial avec les montagnes de déficit qui continueront de s’accumuler.
    L’eventualité d’une paupérisation accéléré de la planète est réelle surtout si on accompagne cette réflexion de l’analyse des effets de la démographie planétaire galopante et de ceux du chômage endémique que favorisera sans doute toujours plus le recours croissant aux technologies numériques et à l’informatique à l’échelle du globe.

Laissez un commentaire