Une « valeur refuge » : les diamants

Rédigé le 14 mai 2016 par | Or & Matières Premières Imprimer

Investir dans le diamant semble être un moyen intéressant de diversifier son patrimoine. Encore faut-il respecter quelques règles, à commencer par vous adresser à un interlocuteur fiable. Une personne sérieuse, qui aura une vision réellement financière de l’opération et qui pourra attester de la valorisation réelle du diamant sur plusieurs années. Un spécialiste de confiance, qui ne vous proposera pas de pierre à l’origine douteuse.

Le diamant plutôt que l’or ?

Disons que le marché du diamant est beaucoup plus petit. Il représente 80 milliards de dollars, soit un peu plus de 71 milliards d’euros par an. Une niche, beaucoup moins volatile, moins spéculative, régie par la demande en bijouterie.

« Le diamant n’a pas un cours à l’instant T », explique Joseph-Alexandre Riachi, directeur général de Diampatrimoine. « Ni de Bourse, comme celle de l’or, où l’on peut acheter et vendre dans la seconde. Ce qui est rassurant, car aucun organisme financier ne peut venir déstabiliser le marché. En cela, le diamant est une valeur refuge ».

Faites-vous bien conseiller

Où ? Auprès de sociétés, comme Diampatrimoine ou Euro-diamants, dont la mission est de guider et de conseiller les personnes qui souhaitent investir dans les diamants. Leur permettre de trouver la pierre qui prendra de la valeur au fil des années.

« Chez Diampatrimoine, la sélection des pierres a été faite sur différents critères, parmi lesquels une valorisation de minimum 8% par an sur les 3, 5 et 10 ans », argumente Joseph-Alexandre Riachi. « Cette valorisation s’appuie sur le cours Rapaport, qui traduit l’évolution de la cotation de chacun des diamants ».

Investissez dans un diamant qui prendra de la valeur

Ce qui donne la valeur à un diamant est sa rareté. Plus vous allez investir dans de grosses pierres de très belle qualité, plus elles vaudront cher et plus elles se valoriseront.

Votre diamant doit remplir quatre critères (certains appellent cela la règle des « 4 C ») : – carat ; – couleur ; – clarté ; – cut (taille).

S’il n’y avait qu’un critère à retenir pour investir : le nombre de carats. Votre diamant doit faire au minimum 1 carat. En dessous, la pierre sera moins rare et se valorisera donc moins. De plus, sachez que la plupart des diamants d’investissement sont ronds ; cette forme en optimise la brillance. [Information importante concernant votre déclaration d’impôts Economisez des centaines… voire des milliers d’euros sur votre prochaine déclaration ! La marche à suivre exacte est révélée dans un document exclusif… dont un exemplaire vous est déjà réservé. Pour le recevoir, cliquez ici].

Dans tous les cas, soyez intransigeant et n’achetez que des diamants certifiés par des laboratoires de gemmologie internationaux et indépendants. Les diamants achetés par Diampatrimoine ou Euro-diamants sont livrés avec un certificat et sur chacun d’entre eux est gravé un numéro de référence (visible uniquement au microscope).

Quelle somme de départ devez-vous investir ?

Pour un diamant dont la valorisation sera de 8%, comptez 12-13 000 euros ; 100 000 euros pour une pierre estimée à 14%.

« C’est un investissement accessible », commente Joseph-Alexandre Riachi. « En revanche, il est déconseillé de placer tout son capital dans les diamants. Nous faisons appel à des conseillers en gestion de patrimoine, ce qui permet d’obtenir une étude préalable. En règle générale, il convient de ne pas investir plus de 20% de ses liquidités ».

En effet, élément important à savoir : le diamant est assujetti à la TVA. Pour une pierre dont la valorisation est de 8%, deux ans et demi à trois ans sont donc nécessaires pour absorber la taxe.

« De plus, les petites pierres sont moins liquides que les très grosses, ajoute Joseph-Alexandre Riachi. Il est beaucoup moins difficile de revendre un quatre ou cinq carats — même si la pierre vaut 1 million d’euros –, qu’un diamant à 10 000 euros, que les bijoutiers trouveront partout sur le marché. Plus on monte en qualité, plus la pierre sera rare et aura les plus grandes chances de se vendre en 24 heures ».

Et la fiscalité ? Elle est avantageuse. Pas de fiscalité à l’achat ni à la revente jusqu’à 5 000 euros. Au-delà : taxation sur les plus-values (34,5%, et abattement de 5% au-delà de la deuxième année) ou taxation forfaitaire de 6,5%.

Que faire du diamant, une fois entre vos mains ?

Vous avez trois solutions :

– le garder chez vous ; – le conserver dans un coffre ; – le faire monter et le porter comme bijou. Sachez que, si vous choisissez cette option, cela n’enlèvera rien à la valeur du diamant et donc à celle de votre investissement.

« La plupart du temps, les investisseurs ont pour idée de faire un placement », résume Joseph-Alexandre Riachi. « Dans les trois quarts des cas, ils ne projettent pas de revendre le diamant quelques années plus tard et considèrent que la pierre fait partie de leur patrimoine familial ».

Mais si l’idée de la revente vous titille, sachez que pour que votre investissement soit rentable, vous devrez conserver votre diamant en moyenne sept ans.

Meilleures salutations,

Maya Dujardin Pour la Chronique Agora

Mots clé :

Un commentaire pour “Une « valeur refuge » : les diamants”

  1. Entre l’or et l’argent, le diamant est bien là.

Laissez un commentaire