Des changements… partout !

Rédigé le 2 juillet 2016 par | Politique et vie quotidienne Imprimer

▪ « Si ça se trouve, ils ne seront plus dans l’Union européenne quand on ira la semaine prochaine ! »

C’est ce que j’avais dit à ma collègue Cécile Chevré il y a une dizaine de jours, au sujet d’un court séjour prévu à Londres.

A l’époque, je plaisantais.

Depuis, il s’est produit ce que l’on sait… et notre voyage s’est effectivement déroulé dans une Angleterre ayant décidé de « faire sécession » du reste de l’Union européenne.

Sur place, rien de spectaculaire à constater. A part quelques affiches « IN » aux fenêtres et une atmosphère inhabituellement pesante, rien n’indique que les citoyens de Londres soient au bord de l’insurrection indépendantiste, ayant voté en majorité contre la sortie de l’UE.

Tout de même… Votre correspondante, à titre personnel, a le coeur un peu serré. Londres — et la Grande-Bretagne plus généralement — est l’endroit où j’ai débuté ma vie d’adulte « indépendante ».

Certes, rien n’a changé dans les faits, les îles britanniques n’ont pas disparu, elles ne se sont pas éloignées, elles ne sont pas entourées d’un mur infranchissable érigé entre le 23 et le 24 juin.

C’est cependant une fissure de plus dans un édifice européen de plus en plus délabré. Plus qu’une fissure, même, c’est un bloc qui vient de se détacher.

On arguera, comme Eric Lewin, que le Royaume-Uni se remettra, que la livre va aider les exportations, que les marchés finiront par remonter, que l’activité économique survivra, etc.

C’est tout à fait vrai — heureusement.

Mais l’Union européenne, elle, pourrait ne pas se relever. Or, pour reprendre les termes de Simone Wapler jeudi :

« L’Union européenne était au départ un beau projet. Un espace d’échange libre sans barrière douanière, sans tracasserie frontalière. Tout bipède européen allait pouvoir nouer des transactions civilisées avec un autre bipède ce qui était un gage de paix et de prospérité.

Qu’est-ce qu’une transaction civilisée, me direz-vous ? Comme l’explique Bill Bonner, c’est un échange dans lequel l’acheteur et le vendeur fixent librement leur prix. Pas de contraintes, pas de contrôle du prix par une autorité prétendument supérieure, pas de subvention financée par tous pour inciter certains à produire, pas de taxe pour dissuader d’acheter…

Cette liberté est la seule garantie que l’acheteur soit satisfait d’acheter et le vendeur content de vendre. La civilité tient à cela, à des échanges gagnant-gagnant, sans bras de fer. Quant à la paix et à la prospérité, il me semble que l’Histoire prouve que les régions paisibles sont plus prospères que les autres et inversement, même si vous pouvez toujours argumenter sur l’oeuf et la poule ».

Or l’Europe semble avoir perdu de vue ces objectifs simples et concrets. Elle a aussi « perdu » ses citoyens en se retirant derrière des rouages de plus en plus compliqués, des textes de plus en plus fumeux et une législation de plus en plus envahissante.

▪ Peut-être est-ce là ce que les Britanniques ont refusé jeudi… mais je ne suis pas certaine que le message ait été entendu dans les hautes sphères bruxelloises. Et de nombreuses personnalités politiques ailleurs en Europe profitent désormais du battage médiatique pour avancer leurs propres pions… alors que leurs intérêts ne sont pas forcément alignés à ceux de leurs électeurs.

Toute cette affaire, depuis le début, n’est qu’une illustration de ce principe : opportunisme et manoeuvres politiciennes contre ras-le-bol du peuple.

David Cameron n’avait promis — et organisé — ce référendum que pour être réélu. De leur côté, Boris Johnson et Nigel Farage ont sauté sur l’occasion pour faire avancer leur propre cause, empilant mensonges sur mensonges tout au long de leur campagne.

Au final, Cameron démissionne… les travaillistes, le parti d’opposition, sont en pleine déroute… Boris Johnson a dû renoncer à sa candidature en dernière minute… et la Grande-Bretagne est profondément divisée, amère et désillusionnée.

Un fiasco complet.

L’Europe, tout comme les autorités britanniques, ressemblent au Parlement britannique lui-même : les nuages s’amoncellent, les combles fuient… et le bâtiment est en réparation.

Londres

▪ A La Chronique Agora, cependant, nous ne nous laissons pas abattre (ou seulement temporairement).

De grands changements sont en effet à venir dès la semaine prochaine !

Nous faisons peau neuve au niveau de la présentation de vos Chroniques, pour commencer.

Par ailleurs, de nouveaux rédacteurs feront leur apparition dans les mois qui viennent — afin d’enrichir une ligne éditoriale qui, elle aussi, est en train de changer.

Enfin et surtout, à partir de lundi prochain, vous y retrouverez Simone Wapler au quotidien, avec les commentaires affûtés dont elle est coutumière.

Elle vous en dira plus sur tous ces changements lundi. Nous ouvrons vraiment une « nouvelle ère » pour la Chronique Agora… J’espère qu’elle continuera à vous satisfaire pendant de nombreuses années encore !

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser La Chronique Agora

Françoise Garteiser
Françoise Garteiser
Directrice de la rédaction pour La Chronique Agora

Françoise Garteiser est Directrice de la rédaction pour La Chronique Agora. Elle se charge de la diffusion de cette lettre d’information contrarienne et politiquement incorrecte. Du choix des textes au respect de la ligne éditoriale – en passant par la traduction des notes provenant de nos partenaires à l’étranger et des interventions ponctuelles au sein de la lettre quotidienne, elle s’assure qu’aucun grain de sable ne vient empêcher le bon fonctionnement des rouages de La Chronique Agora. Vous pouvez également retrouver Françoise Garteiser toutes les semaines dans La Chronique du week-end, billet d’humeur envoyé le samedi.

Mots clé : -

2 commentaires pour “Des changements… partout !”

  1. «  » »Nigel Farage ont sauté sur l’occasion pour faire avancer leur propre cause, empilant mensonges sur mensonges tout au long de leur campagne » » »

    Parce que les européistes n’ont jamais menti ? Les européistes étant ceux qui ont empilé le plus de mensonges !

  2. Si je le pouvais je ferai en sorte que cecile chevré fasse ses chroniques avec une casquette maga: cela serait ravissant, ne lui en deplaise . MAGA.!!!

Laissez un commentaire