Trois signes qui montrent que la crise italienne couve toujours

Rédigé le 11 juin 2018 par | actu géopolitique, Dette, Simone Wapler Imprimer

Malgré les interventions de la BCE, la crise italienne ne semble pas sous contrôle et les banques plongent, y compris Deutsche Bank.

Selon Bloomberg, nous vivons une des « semaines les plus importantes de l’année sur le plan économique » :

« Trump rencontre Kim, Poutine rencontre le prince saoudien Mohammed ben Salam, le Parlement britannique vote sur la facture du Brexit, la Fed s’apprête à encore relever ses taux, la BCE revoit sa politique de rachat d’obligations, la Banque du Japon va conserver ses stimulants ».

Toutes ces nouvelles sont plus politiques qu’économiques… mais le fait que Bloomberg les considère comme « économiques » nous montre à quel point le mondialisme est en réalité une économie dirigée.

Revenons à l’Europe et à l’Italie. Même inondés de fausse monnaie, les marchés réagissent encore. La puissance de feu de Mario Draghi a du mal à contenir la hausse des taux d’emprunt.

L’Italie doit désormais payer plus de 3,10% pour emprunter à 10 ans.

graph bunds 10 ans italien graph

Si notre pays devait emprunter lui aussi à un tel taux, nous affronterions une monstrueuse crise des finances publiques et nous serions au bord de la faillite.

Une Grande Dépression « à la française » se prépare :

Etes-vous prêt pour le Fléau de la Dette noire ?

Cliquez ici pour découvrir les vrais chiffres de la dette française… et ce qu’ils signifient pour vous, votre épargne, votre mode de vie… mais aussi l’avenir de vos enfants.

Mais me direz-vous, « quelle importance, il suffit que Mario Draghi fasse tout ce qu’il faut… ».

Peut-être… Encore que Monsieur le Marché a pris d’autres choses en grippe ces derniers temps et notamment les banques italiennes, qui plongent aussi.

banques italiennes graphique ftse  graphique

La plus grosse de ces banques italiennes, Unicredit, se prend une bonne claque. Et la deuxième, Intesa Sanpaolo, inspire aussi la plus grande méfiance.

Unicredit graph italie graph

Tout cela ne laisse pas insensible le gros monstre allemand Deutsche Bank dont les prix des CDS (credit default swap, des instruments dérivés supposés assurer leur détenteur contre la faillite) s’envolent.

Deutsche Bank spread 5 ans graphique

Récapitulons. L’Italie emprunte pour plus cher, ses banques plongent et Deutsche Bank inquiète : ces trois signes doivent nous alerter.

Trump et Poutine peuvent rencontrer qui ils veulent, les élus britanniques voter comme ils l’entendent, les banques centrales triturer le crédit, à un moment la réalité finira par reprendre le dessus sur les manipulations politiques.

Plus le crédit est risqué, plus il doit coûter cher. Moins il y a de vrai argent à prêter et plus le crédit est rare et cher.

Revenons à notre argent. 10 ans de manipulations monétaires ont conduit à des hausses factices des actifs financiers et immobiliers. Le retour à la vérité des prix risque d’être cruel. Votre patrimoine est-il prêt à l’affronter ?

Mots clé : - - - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire