Coma étatique…

Rédigé le 6 avril 2017 par | Liberalisme, Simone Wapler Imprimer

Des journalistes subventionnés et appartenant à des medias dépendant d’aides publiques interrogent complaisamment des fonctionnaires, des professionnels de la politique ou du syndicalisme briguant des mandats d’élus.

Les discussions portent sur là où concentrer la lourde poigne de l’Etat, ou comment muscler encore plus ladite poigne.

Il faut dire que l’économie française dépendant à 57% de l’Etat, nous avons encore une marge de progression vers le modèle Guyane (90% du PIB dépendant de l’Etat) qui garantit la prospérité.

Bref, on ne peut pas dire que le point de vue libéral soit sur-représenté en cette période électorale.

Découvrez comment profiter de 8 000 euros par mois

Vous gagnez moins de 50 euros de l’heure ?

Découvrez comment profiter de 8 000 euros par mois !

Oubliez les actions boursières Oubliez les produits de trading Oubliez les livrets ou autres assurances-vie

Découvrez une stratégie simple, concrète et applicable par tous immédiatement.

Toutes les infos en cliquant ici…

Voici un très bon exemple de coma étatique, illustré par un joli visuel de mes amis du collectif Antigone.

Antigone

Vous avez bien lu.

L’Etat prend aux entreprise 115 Mds€ d’impôt et leur en redonne 110 Mds€ en aides.

« J’aspire 115 et je recrache 110… Que 5 Mds€ perdus dans la pompe (1 petit kerviel). Pas mal, hein ? Voyons si nous ne pourrions pas aspirer 120 ou bien discutons des endroits où recracher les 110 ».

Voilà en gros, la teneur du débat affligeant auquel nous avons droit.

Un esprit libéral primaire (pas néo-libéral, ni ultra-libéral) penserait à réduire les impôts pesant sur les entreprises de 95,5%.

Comme 4,5% de 115 font 5,175, l’Etat conserverait ses 5 Mds€, évitant ainsi d’être asphyxié par une sauvage austérité. (Vous voyez, je ne suis pas féroce).

En contrepartie, il faudrait évidemment supprimer les 6 000 aides et subventions.

Vous m’accorderez qu’avec une telle mesure la situation ne pourrait pas s’aggraver. Je ne parle même pas de supprimer les postes des fonctionnaires régissant les 6 000 aides. Ils pourraient aller à la pêche (bon pour le tourisme) ou dans les musées, au concert, au cinéma (bon pour la culture), enfin, ils feraient ce qu’ils voudraient, là n’est pas la question…

La situation ne pourrait pas empirer et elle pourrait même s’améliorer, si vous y réfléchissez.

En allégeant les taxes pesant sur toutes les entreprises, vous leur rendez leurs bénéfices et donc de la trésorerie. Comme elles gagnent de l’argent, elles en gagneront plus en embauchant, en investissant, en utilisant les bénéfices qu’on ne leur aura pas pris au mieux de leur intérêt (puisqu’elles ont démontré qu’elles savent le faire). [NDLR : Sélectionner des entreprises innovantes aptes à connaître une explosion de leurs bénéfices, c’est l’objet de la lettre NewTech Insider. Pour profiter de l’essor prodigieux du secteur du cannabis médical aux Etats-Unis, cliquez ici !]

Imaginez aussi, le déferlement d’entreprises étrangères souhaitant s’implanter dans une France taxant les sociétés à 1,50% !

Quant aux entreprises qui perdent de l’argent, évidemment, elles ne payent pas d’impôts. Certaines reçoivent des aides et des subventions, d’autres non. Les premières, zombifiées, qui survivaient avec l’argent des autres, vont mourir définitivement. Mais leurs employés devraient rejoindre les entreprises qui savent gagner de l’argent. Et croyez-moi, l’ambiance de travail est beaucoup plus agréable dans une entreprise qui gagne de l’argent que dans une entreprise qui en perd.

Le chômage ne semble pas être une fatalité mondiale. Beaucoup de nos voisins (Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Norvège, Irlande, Belgique, Suède, Pologne, Autriche, Finlande) connaissent un chômage inférieur au nôtre. Pour le moment, seules les solutions étatiques sont avancées pour lutter contre le chômage en France. Il paraît qu’on a tout essayé… Tout, sauf ce qui marche.

Pourquoi ne pas essayer ?

Parce que la Parasitocratie et le capitalisme de copinage se nourrissent des 6 000 subventions et aides et n’ont aucun intérêt à leur disparition…

Voilà pourquoi nous allons nous enfoncer dans le coma étatique. On attend la réanimation mais je ne vois rien dans la brochette électorale.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

4 commentaires pour “Coma étatique…”

  1. Pour une fois que Miss Wapler parle des assistés de droite en Subventions, ça nous change des assistés de gauche en Allocations…. Mais oui c’est bien ça, ça aspire des entreprises pour en subventionner d’autres… Autrement dit ce sont des entreprises qui vivent de leur production qui subventionnent des entreprises qui font semblant de travailler à produire pour percevoir de l’argent…. TOUTEFOIS, ce qui manque dans l’article c’est quelles sont les types d’entreprises qui se font taxer et quelles sont les types d’entreprises qui se font subventionner…. Car ce sont les entreprises les plus petites qui se font le plus taxer par rapport au chiffre d’affaire….

  2. 6000 aides?! c’est imagé, j’imagine…

    Y a quoi là dedans? ok crédit impôts recherche, les aides à la création d’entreprise ok ok..

    Mais quand on regarde sur internet les dispositifs, il n’y en a pas autant! On peut me donner des infos là dessus?

  3. Bravo pour cet excellent article.Effectivement le pays n’est pas réformable puisque ceux qui vivent de la parasitocratie défendent leur gagne pain.Donc mort lente économique jusqu’a la crise financière(ou autre) qui débloquera tout.

  4. Bonjour,

    Je suis chef d’entreprises et réfléchis à embaucher une personne pour étudier les aides mobilisables.

    J’avais en tête 3600 aides, plus de 2000 sont référencées sur le site publique http://www.aides-entreprises.fr

    D’autres aides sont proposées par la sphère para-publique (BPI, pole emploi, CCI, CMA, CA, MSA)

    La meilleure que j’ai en tête est le plan PME proposé par la région Rhône-Alpes.
    Une équipe de politiciens réfléchit aux manières de se faire bien voire, montrer que leur mandats est utile. Ils font appel à un cabinet conseil pour connaître les besoins des PME.
    Après des mois d’investigations facturés plein pôt, la conclusion arrive : il faut aider les PME à accéder à des cabinets conseils, en effet ils n’ont pas les moyens de se payer des experts.
    Le plan PME est lancé !
    « Financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes afin de répondre aux besoins des TPE et des PME, le Plan PME offre une prise en charge pouvant atteindre 80% du coût de l’accompagnement. »
    source http://planpme.rhonealpes.fr

    Surtout ne changeons rien …

Laissez un commentaire