Le retour du bâton des taux d’intérêt se produit vite

Rédigé le 8 novembre 2017 par | Banques Centrales, Simone Wapler Imprimer

Les taux d’intérêt pourraient-il repartir brutalement à la hausse ? Oui, si l’on en croit l’Histoire – et les banquiers centraux seront impuissants.

Nous tenons pour acquis le subtil pilotage des taux d’intérêt des banquiers centraux et le fait que la normalisation qui commence aux Etats-Unis et même en Europe sera une douce transition d’un monde de taux bas vers un monde de taux « normaux ».

Mais comme vous le savez, les grands planificateurs centraux réussissent rarement. Plus exactement, leurs échecs retentissants émaillent l’histoire.

Les taux d’intérêt pourraient-ils échapper au contrôle de Janet Yellen, James Powell, Mario Draghi et autres ?

L’or a démarré une reprise « en douce, » faisant plus de 10% de gains sur l’année… rivalisant avec le CAC 40 !

La plupart des gens n’ont pas pris conscience du retour de l’or… et vont « louper » la fenêtre d’entrée…

Un groupe de lecteurs pourra participer aux gains grâce à nos analystes… mais n’attendez pas !

Cliquez ici pour accéder à la stratégie à mettre en place pour profiter de la hausse de l’or…

« Oui ! », répond le blog « Bank Underground ». Ce blog de libre expression tenu par les employés de la Banque d’Angleterre conteste ou soutient les théories ou politiques monétaires du moment.

Un article posté le 6 novembre monte qu’historiquement, les sorties d’une période de taux d’intérêt déprimés sont brutales.

Taux d'intérêt réels depuis 1311 : La brutalité des retournements se retrace depuis la Renaissance

Vous trouverez dans cet article un graphique intéressant sur l’évolution des taux d’intérêt « sans risque » depuis 1311 !

Taux d'intérêt réel des prêts "sans risque" depuis l'an 1311

Pour la petite histoire, les prêts « sans risque » sont ceux consentis aux villes, princes et souverains : cités italiennes aux XIVème et XVème siècles, puis l’Espagne et la Hollande au XVIème et XVIIème siècles, le Royaume-Uni à partir de 1703 puis l’Allemagne et enfin les Etats-Unis.

Les bandes verticales bleu-ciel de ce graphique indiquent les périodes de « dépression des taux d’intérêt réels » similaires à la période que nous traversons.

Deux remarques de ma part et qui ne figurent pas dans l’article :

Le pic de 1400 correspond au « risque géopolitique » maximal : chute de Constantinople et main-mise par les Ottomans sur les mines d’argent.

Visiblement, la Révolution française, les guerres de l’empire et deux guerres mondiales ne furent que petite bière en comparaison de la prise de Constantinople.

Mais revenons à aujourd’hui et maintenant.

La conclusion de cette étude (dont je vous recommande chaleureusement la lecture si vous êtes à l’aise avec l’anglais) : les retournements de taux d’intérêt se produisent rapidement et nous pas doucement.

« Dans les 24 mois après avoir touché leur plus bas dans un cycle de dépression des taux d’intérêt réels, les taux remontent en moyenne de 315 points de base (1). Dans deux cas de retournement, les taux d’intérêt réels se sont appréciés de plus de 600 points de base en deux ans (2).

D’une façon générale, des preuves historiques solides soutiennent la récente assertion d’Alan Greenspan selon laquelle les taux d’intérêt réels remonteront ‘relativement vite’ une fois que la tendance se sera retournée ».

Concrètement, dans notre douce France dont la dette publique s’élève à près de 2 000 Mds€, cela veut dire que les intérêts de la dette triplent (dans le meilleur des cas) en moins de deux ans.

La charge de la dette est de 41 Mds€.

Cette charge passe à 120 Mds€ en deux ans.

Par comparaison, les recettes de l’impôt sur le revenu sont de 78 Mds€.

La ligne « économies complémentaires actions publiques » du budget national 2018 (3) prévoit 0 en 2018 , 0 en 2019 et 4,5 Mds€ en 2020.

Je ne vous fais pas un dessin…

 

1- + 3,15%

2- + 6%

3 – page 10 premier tableau : https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2018/pap/pdf/PLF2018.pdf

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire