Tag Archives: quantitative easing

Choc à la Fed : l’or victime collatérale ?

Choc mercredi 20 février 2013 : la Fed a fait savoir qu’elle pourrait arrêter la planche à billets. La cataracte du QE3 infini qui déverse 85 milliards de dollars de liquidités par mois sur les marchés actions pourrait ne plus être… infinie…

Europe : le nom qui a disparu du vocabulaire diplomatique américain

| |

▪ Wall Street subit un second coup de boutoir consécutif à la baisse, beaucoup plus violent que celui observé la veille, puisque les indices américains ont perdu 1,6% à la mi-séance contre -0,8% 24 heures auparavant. Le rebond miracle de lundi en fin de séance aura été orchestré en pure perte, cela n’aura repoussé l’échéance de la correction que de quelques heures.

Récession ou économie en amélioration pour les Etats-Unis ?

| |

Il y a peu de temps encore nous conseillions de faire attention à une récession à venir. Et voilà un rapport nous informant du contraire… apportant les preuves que l’économie s’améliore… voire même peut-être qu’il y a une réelle reprise.

Le twist expliqué à nos lecteurs

| |

Non, cher lecteur, il ne s’agit pas de vous enseigner le déhanchement cher à Chubby Checkers… mais de vous expliquer les contorsions tout aussi spectaculaires de la Fed. Pour cela, je laisse la parole à ma collègue Cécile Chevré, de La Quotidienne d’Agora, dont je reproduis l’excellent article…

Crise grecque : l’arbre qui cache la forêt de problèmes

L’interminable feuilleton grec nous a rendu d’inestimables services. Outre le prétexte à une hausse inexorable des actifs boursiers de type “effet Pénélope” (chaque jour qui passe entretenait l’espoir d’un achèvement de l’ouvrage), cette polarisation du débat a permis d’occulter la plupart des sujets moins porteurs.

A quoi rêve Wall Street à 24 heures de la séance des “Trois sorcières” ?

| |

Franchement, cher lecteur : auriez-vous misé un seul euro sur la proposition suivante le 1er janvier dernier ? Les indices boursiers vont inscrire leur meilleur mois de janvier de la décennie — et pour être précis, depuis janvier 2001. A cette époque, les indices avaient enregistré alors un puissant rebond technique après avoir subi quatre mois consécutifs de descente aux enfers.

Un petit bilan 2011 avant la trêve des confiseurs

Voici l’une de mes dernières chroniques de l’année 2011. Elle se trouve placée sous le signe des “Quatre sorcières” ce vendredi. Cela dit, je préfère évoquer la trêve des confiseurs qui débute ce week-end.

Record de population sous le seuil de pauvreté aux Etats-Unis

▪ Représentant entre 20 et 25% du PIB mondial, les Etats-Unis sont la plus grande économie au monde. Or la croissance américaine tend vers le zéro (prévisions du FMI : 3% pour 2010, 1,5% pour 2011 et 1,8% pour 2012).

Un QE3 est-il certain de la part de la Fed ?

▪ Les prêts secrets de la Fed à Wall Street s’élevaient à 1 200 milliards de dollars au plus fort de la panique de 2008. C’est la conclusion tirée par Bloomberg après analyse des 29 346 pages de documents publiés par la Fed, uniquement parce que Bloomberg, justement, est allée jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis pour les obtenir.

Malgré le quantitative easing, l’immobilier US et la production industrielle sont en berne

| |

▪ Les investisseurs ont un peu relevé le nez du guidon médiatique pour jeter un oeil alentour. On ne sait jamais, quelques nuages conjoncturels pourraient venir menacer le bon déroulement de la longue escapade haussière programmée par Ben Bernanke, au nom de la création d’un illusoire effet de richesse dont 5% des Américains (et encore ! ) sont les vrais bénéficiaires.

Les Leçons Immortelles de l’Histoire, version Mogambo

| |

Je me recroquevillais dans le Bunker Mogambo de la Peur en prévision de la parution des informations sur le niveau de crédit que ces traîtres de la Réserve fédérale ont créé la semaine dernière. Je m’attendais à ce que ce soit une Somme Enorme puisqu’ils ont déjà annoncé qu’ils allaient produire la quantité stupéfiante de 600 milliards de dollars au cours des six prochains mois

Identifiez les bulles gonflées par les QE et ne vous laissez pas prendre (2)

| |

Les pays émergents sont devenus la tarte à la crème des gérants et je ne connais pas une semaine durant laquelle un communiqué de presse triomphant ne m’annonce la création d’un fonds émergent. Nous sommes submergés par les émergents ! Evidemment, nous détestons cela. C’est un signe "bullien" inquiétant

Identifiez les bulles gonflées par les QE et ne vous laissez pas prendre (1)

| |

C’était dans les journaux il y a quelques jours et dans les indices. Monsieur Trichet, gouverneur de la Banque centrale européenne va racheter (avec des euros surgis du néant) la dette souveraine des pays en difficulté. C’est ce que nous avons baptisé QEE, comme quantitative easing européen, par similitude avec ce que font les Etats-Unis

Les détenteurs d’obligations souveraines font la loi sur les marchés

| |

A notre avis, le plongeon de lundi dernier constituait une sorte d’avertissement adressé à Bruxelles et à la BCE. Les détenteurs privés de dettes souveraines n’accepteront pas de voir leurs investissements menacés d’une restructuration — comme par exemple, un moratoire sur les intérêts versés ou un allongement de la maturité

Qu’est-ce qui attend les Etats-Unis ? La même chose que l’Irlande

| |

Pas question de laisser quelques "petites mauvaises nouvelles" venues des marchés de taux européens ou un dictateur paranoïaque gâcher des semaines de travail acharné pour créer un climat psychologique favorable aux Etats-Unis. Si le peuple irlandais s’enfonce dans la mouise, les Américains qui ont encore un boulot et une carte de crédit doivent se lâcher aujourd’hui et mordre dans la vie à plein portefeuille d’ici dimanche

Et Ben Bernanke éclata d’un long rire dément…

| |

"La Fed s’applique à détruire méthodiquement le dollar, et à travers lui, la montagne de dettes accumulée par les Etats-Unis, lesquelles ne peuvent plus être remboursées sinon par l’émission de nouvelles créances pour rembourser les anciennes. Créer 600 milliards de dollars à partir d’un trait de plume est une escroquerie. La Fed n’a aucune idée des véritables conséquences de cette stratégie à moyen terme. Ben Bernanke assure qu’il veut juste combattre la déflation en relaçant l’investissement"

QE1, QE2… et la fête à laquelle vous devez absolument participer (2)

| |

Le quantitative easing, ça ne marche pas, disions-nous hier… alors pourquoi se lancer dans une nouvelle vague ? Eh bien, c’est un peu compliqué… Si l’économie était une science, le keynésianisme aurait disparu depuis longtemps. Mais l’économie est une religion. Dans ce genre de milieu, on accorde beaucoup de crédit aux pêcheurs repentis et convertis. J’en ai justement un sous la main : Alan Greenspan ex-Grand Gouverneur de la Grande Banque Centrale de l’Empire Américain. Et même Greenspan dit que le QE c’est dangereux

QE1, QE2… et la fête à laquelle vous devez absolument participer (1)

| |

QE = quantitative easing. Cette opération consiste pour la Banque centrale américaine à racheter des créances douteuses. La Fed donne du bel argent tout frais tout vert aux banques qui, en échange, lui refilent des mauvaises créances. L’opération soulage les banques et les prêteurs comme les emprunteurs et soutient le marché immobilier américain. C’est l’équivalent (plus sophistiqué) de l’impression de monnaie, de la création monétaire pure. Le but est de soutenir l’économie américaine et l’immobilier américain

C’est le moment de jouir de votre or ! (1)

| |

A 1 353 $ et 967 euros l’once, l’or est certainement rentré dans la troisième phase de son grand marché haussier, celle qui verra son sommet et son déclin, jusqu’à la prochaine crise. Mais cette troisième phase devrait durer quelques années. En 1980, les progressions de l’or et de l’argent furent respectivement de 2 276% et 3 099% avant la traversée du désert. Nous n’en sommes qu’à 412% et 419%

Chaud devant pour les matières premières !

| |

L’indice CRB, une référence assez large dans le secteur des matières premières, a dépassé les 300 à l’ouverture de jeudi. La Chine a publié des données de douane pour septembre qui révèlent une augmentation des importations de matières premières en général, mais surtout des importations de pétrole brut. La dernière fois que le CRB avait atteint les 300, c’était en octobre 2008 — quand toutes les catégories de capitaux étaient en vente, pour lever des liquidités

Le 13 octobre, ça, c’est une date qui nous parle !

| |

Le 13 octobre 1987, la bulle boursière éclatait suite à la décision allemande de durcir sa politique monétaire. Dans le même temps, la Fed — avec à sa tête un tout nouveau président dénommé Alan Greenspan — regardait sans émotion le déficit commercial américain se creuser dans des proportions historiques, entraînant le dollar dans une spirale baissière qui risquait de replonger la planète, et l’Allemagne, dans un contexte inflationniste dont la Bundesbank ne voulait à aucun prix. Le 13 octobre 2010, les marchés s’abandonnaient à une euphorie débridé

Une conclusion qui s’impose…

| |

L’or grimpe parce que le monde est plein de banquiers centraux bien intentionnés qui dévalorisent leur devise nationale dans une course à la vitalité économique. Je sais, ça semble un peu farfelu ; mais c’est ce que les universités de renom enseignent de nos jours. Les grandes universités enseignent également que quelques hommes très instruits vêtus de beaux costumes peuvent manipuler des chiffres et faire jouer l’effet de levier pour soigner les récessions et créer des reprises non-inflationnistes

Inflation ? Déflation ? Solutions !

| |

Lorsque vous créez de l’argent à partir de rien, le risque majeur est la perte de la confiance en la monnaie papier, sa dépréciation et l’inflation. Chaque nouveau billet émis dépréciant la valeur de tous les billets précédemment émis… Dans les faits, pour acheter un même bien réel, (une baguette, une voiture, une maison), le vendeur vous demandera d’arriver avec quelques brouettes de billets en plus, au fur et à mesure de la dépréciation de la monnaie. Les prix montent. C’est l’inflation

Inflation ? Déflation ? Solutions !

| |

Nos gouvernements et banquiers centraux ont inondé la planète finance d’argent gratuit, et ils ont injecté des centaines de milliards dans l’économie réelle via les plans de relance généreusement abondants. Des chèques en blanc par-ci, de la planche à billets par-là, du quantitative easing de-ci et des subventions de-là… Le robinet a coulé et coule toujours à flots. Les faits sont implacables. Et voici les trois conséquences de cette générosité sans bornes

La fin du quantitative easing de la Fed

| |

Vous avez remarqué ? Le monde n’est plus le même ce matin. Certes, le soleil brille toujours, les oiseaux chantent et l’excitation produite par la sortie de l’iPad d’Apple atteint un niveau insupportable. Votre monde peut vous paraître normal. Mais il y a aujourd’hui une différence qualitative dans le secteur de l’économie, suite à la suppression du quantitative easing (assouplissement quantitatif) ou QE — notre acronyme préféré en 2010. Par le biais de ce programme, la Réserve fédérale a gracieusement acheté 1,25 millier de milliards de dollars de titres adossés aux créances hypothécaires à des banques et des hedge funds paniqués au cours des douze derniers mois. Mais c’est désormais terminé. Aujourd’hui, la Bourse a perdu un soutien important… et nous pensons qu’elle va aussi commencer à fléchir dangereusement